Menu

Je suis plate

Ça fait longtemps que je le sais. Même que je l’ai toujours su. Pendant des années, j’ai tout orchestré pour que ça ne paraisse pas. Ça a fonctionné pendant un moment. Puis je me suis tannée. J’ai pogné 25, 26, 27 ans. Pis 28. Pour une raison que j’ignore, l’arrivée de mes 28 ans m’a injecté une grosse dose de j’m’encrissetellement directement dans les veines. Et j’ai commencé à m’assumer.

Je suis plate.

Lire ici: j’aime ma vie. Je ne la trouve pas plate. Mais je suis plate selon plusieurs « critères. » Il est fou, le pouvoir de la pression sociale! Rien n’est laissé au hasard quand vient le temps d’être acceptable aux yeux de la masse informe et toute croche qu’est la société. Ton linge. Ta face. Ton poids. La musique que tu écoutes. La couleur de tes bas. TOUTE.
Récemment, on m’a dit que j’étais plate…et ça ne m’a pas fait un pli. À une époque, me faire dire une telle chose m’aurait fait vider mon compte en banque pour m’acheter un aller simple vers un pays au nom difficile à prononcer.

J’aime sortir mon linge le soir et le placer soigneusement sur ma commode pour le lendemain. J’aime faire ma vaisselle au fur et à mesure. Je suis incapable de relaxer quand il y a du désordre autour de moi. La plupart du temps, je suis vraiment heureuse quand les gens annulent des plans. La drama et les potins me font profondément chier. Genre, vraiment beaucoup. J’aime écouter des playlists de white noise en me magasinant des tisanes bio sur Amazon. J’aime mieux cuisiner qu’aller au restaurant. J’ai une eau pétillante préférée. La perspective d’une soirée à manger des chips en jouant au Nintendo m’excite mille fois plus que d’aller dans un bar ou dans un lancement. Je ne supporte plus d’aller voir des spectacles à moins d’avoir un siège réservé et de la place pour respirer.

Snuggie Lazy
Modification sur Paint par moi

Je me souviens avoir déjà voulu vivre en commune. J’avais 18 ans et j’allais souvent chez des ami.es qui louaient un immense appartement dans le Vieux-Lévis. J’étais passée à deux cheveux d’y vivre. Y penser aujourd’hui me donne des sueurs froides. Un va-et-vient incessant de gens? Du monde qui fume en dedans? De la musique jusqu’à 4h00 du matin? Tuez-moi maintenant.

Oui, oui, une fois par mois environ, comme une espèce de loup-garou qui s’extirpe de sa flanellette, il m’arrive encore d’avoir envie de socialiser et de « lâcher mon fou » selon l’usage courant de l’expression. Ça passe généralement assez rapidement. Je n’ai tout simplement plus la patience de faire semblant que j’aime quelque chose lorsque ce n’est pas le cas.
Je l’ai tellement eue longtemps, cette patience. Bien trop longtemps.

Est-ce que la platitude vient avec l’âge, ou bien est-ce qu’en vieillissant, on finit juste par se rendre compte qu’on a rien à prouver à qui que ce soit? Que ce n’est PAS GRAVE, d’être plate. Que ton plate est le wild de quelqu’un et vice-versa?

Toutes ces réponses, je dis. Et c’est tant mieux.

Source de la couverture

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Pin on PinterestShare on TumblrShare on StumbleUponShare on LinkedInEmail this to someone

6 thoughts on “Je suis plate

  1. Tellement 28 ans moi aussi . Ça m’a punché autant que toi. Belle plume,bravo . Disons que je me sens vraiment concernée à 90%.

  2. Très bon texte, sûrement que beaucoups se sentent comme ça. Moi j’ai 19 ans, et depuis 1 ans que je me dis ces choses la. Donc ça ne doit pas être le fait de vieillir. Seulement de ce rendre compte de ce qu’on veux réellement faire pour soi-même et les autres.

  3. J’ai beaucoup souri en lisant ton billet car je me reconnais très bien dans les traits que tu décris, sauf que plusieurs années nous séparent et ainsi, plus de temps à réfléchir et me poser des questions sur tout ça. Si je peux me permettre une suggestion de lecture, à toi et à toutes celles et ceux qui se reconnaissent dans leur « bienheureuse platitude », c’est la lecture des travaux de Elaine Aaron sur ce qu’elle appelle le high sensitivity: hsperson.com
    Y’a beaucoup de belles pistes d’investigation là-dedans.
    Keep on chillin’ out! 🙂

  4. Introvertie c’est différent de plate à mon avis. Les choses de premier degré sont très divertissantes mais peu stimulantes au niveau intellectuel. On est dans une ère de gadget et de « wow » donc les penseurs sont peu populaires aujourd’hui… c’est un cyle, ça va revenir…

    On va prendre un verre dans le vieux Lévis? 🙂
    Signé, un gars plate…

  5. J’ai lu ce texte et j’ai penser: Voyons j’ai tu écris un texte et je le savait pas?
    J’ai pas l’impression d’être plate, mais selon la société je suis une mamie de 26 ans.
    Oh well.

  6. Excellent article! Très belle plume. Et malgré le sujet que tu as choisi j’ai trouvé ton article très intéressant. Ça prouve bien que tu es tout sauf plate non? 😉 Je dirais que tu fais plus vieille que ton âge certainement, mais ça ne fait pas de toi quelqu’un de plate. En tout cas ça ne fait certainement pas de toi quelqu’un qui n’a rien à dire. Pour moi, quelqu’un qui n’a pas de conversation ou pas d’opinion, c’est quelqu’un de vraiment plate. Et ce n’est certainement pas toi! Bonne continuation!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

© La Fabrique Crépue. 2017. Tous droits réservés
Une réalisation de