Menu

La beauté des Îles-de-la-Madeleine

Je ne pense pas que ce soit un secret pour quelqu’un : je suis fier à chaque fois que je mentionne que je viens des Îles-de-la-Madeleine. Quiconque m’a déjà rencontré est obligé d’affirmer que ça fait partie des dix premières choses que je dis à mon sujet.

Il y a une certaine fierté qui est associée à mon petit coin de pays. Je la ressens à chaque fois que je passe ma main dans mes cheveux et que des grains de sable en tombent, à chaque fois que je trouve un peu de sable dans mes poches et à chaque fois que ma peau sent un peu le sel, après une baignade à la plage.


Source

J’aime ça quand quelqu’un regarde ma peau bronzée par le soleil et me demande si je suis allé dans le sud. Je le regarde franchement pis je dis : « non, juste aux Îles ». Comme quoi c’est pas toujours nécessaire d’aller bien loin pour en profiter pleinement.

J’aime ça faire goûter des produits locaux (la bière, les fromages, les viandes, etc.) à mes amis de la ville et vanter les producteurs des Îles qui les font. Je ne les connais pas tous par cœur, mais je suis probablement capable de faire l’éloge des trois quarts des délicieux produits qu’ils font.

C’est peut-être pas l’endroit le plus peuplé, l’endroit où la température est la plus clémente ou l’endroit où il y a le plus de choses à faire, mais j’ai envie de dire que c’est LA plus belle place au Québec. J’ai peut-être un biais parce que, justement, je suis né là-bas et j’y ai vécu la plus grande partie de ma vie. Mais, en vrai, même si j’essayais de mettre ça de côté, je serais quand même porté à dire que c’est la plus belle région du Québec.

On dit toujours que tu peux sortir le gars/la fille des Îles mais que tu sortiras jamais les Îles du gars/de la fille. Pis c’est vrai. J’ai toujours un petit pincement au cœur quand on me demande où j’habite et que je réponds « Québec » au lieu des Îles, pis j’ai surtout toujours envie d’y retourner, été comme hiver, pour profiter de ce que cette région a à offrir.

Au terme de deux semaines de vacances chez mes parents, je réalise à quel point tout ce qui caractérise les Îles-de-la-Madeleine est extrêmement précieux.

Les Îles, c’est les paysages qui te coupent le souffle comme si quelqu’un te donnait un coup de poing au ventre, c’est les caps qui s’effritent au fil des saisons, c’est les soirées autour d’un feu de camp avec quelques bières et d’excellents amis, c’est le vent et la mer qui te fouettent le visage, c’est le bruit des vagues qui t’aide à t’endormir et le chant des goélands qui te réveille, c’est les maisons tellement colorées qu’elles donnent l’impression que tu vis dans le dessin d’un enfant de quatre ans.

Mais, les Îles, c’est surtout les gens : l’infinie volonté de vouloir mettre la main à la pâte, la chaleur humaine, la proximité, la légendaire capacité à recevoir, les drôles d’accents qui viennent d’on-ne-sait-trop-où (mais qui en font toujours rire plus d’un) et l’amabilité.

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Pin on PinterestShare on TumblrShare on StumbleUponShare on LinkedInEmail this to someone

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

© La Fabrique Crépue. 2017. Tous droits réservés
Une réalisation de