Menu

Je n’ai pas un corps à la mode

On est mardi soir, mon cadran est « setté » pour 7 h 09 le lendemain matin, il est déjà trop tard pour que je ne dorme pas encore, trop occupée à tapoter distraitement toutes les applications se retrouvant sur l’écran d’accueil de mon téléphone.

Facebook, Instagram, name it.

Je suis là, à me tenir éveillée de force pour donner de l’attention à des vies mises en scène qui ne ressembleront jamais à la mienne pour la simple et bonne raison qu’elles sont « stagées », mais je suis là, à y croire pareil, au lieu de me coucher pis d’être en forme demain pour vivre ma vie pas « stagée » qui demande un minimum de repos.

Instagram c’est comme devenu la comédie romantique bourrée de clichés à laquelle on s’accroche avant de vivre son premier amour slash-peine-d’amour et donc, d’avoir un référent. Ça nous fait croire que tout est beau et rose et que le gars cool finit toujours avec la fille gênée.

Instagram, c’est du divertissement pur et simple, et je le sais, je le sais très bien, mais je ne peux m’empêcher d’y croire quand même.

C’est comme quand je relisais à répétition le passage où Bella choisit Edward, en espérant que les mots ne seraient soudainement plus les mêmes et qu’en un clignement d’yeux elle choisirait Jacob à la place (team Jacob), j’y crois et je me fais prendre au jeu.

Instagram est construit pour me faire croire que ce que je vois c’est la vraie vie, que je devrais manger à tel ou tel endroit, que je devrais porter tel ou tel vêtement, que je devrais avoir telle ou telle silhouette.

En fait, il est surtout là le problème, dans l’importance que je laisse cette application-là avoir sur ma vie, sur l’image que j’ai de moi-même après avoir « scrollé » 400 photos retouchées de gens qui ont des corps ou des routines ou des budgets qui n’ont rien à voir avec les miens.

C’est un effet de masse. On nous bombarde avec une mode, la masse consomme la mode et donc moi aussi, comme la masse, je veux consommer l’item à la mode. Comme une nouvelle marque de montres ou de lunettes, je veux suivre la tendance parce qu’on me fait croire qu’il me la faut.

Ce concept-là date de centaines d’années, et en théorie, il n’a rien à se reprocher. Sauf que là, ce n’est pas un jeans taille haute que « la mode » veut que je me procure, c’est des hanches, un ventre plat, des fesses bombées, des cuisses sans cellulite, des yeux sans rides, un teint sans taches, des bras fermes, et j’en passe.

Ce qui est « à la mode » c’est de ne pas avoir le corps que j’ai, c’est de forcer une apparence sur des corps qui sont naturellement différents, et magnifiques dans leurs différences.

C’est comme si, en société, on s’imposait des corps usinés, comme si on s’enlevait délibérément notre individualité, au profit de quoi? Du beau? De l’uniforme? Du « uni »? D’une mode?

D’accord nous avons découvert que l’activité physique était bonne pour la santé et le moral, d’accord il faut bien manger pour être en bonne santé et avoir un bon moral, mais si je me fie à tous mes manuels scolaires scientifiques, nulle part la science indique qu’il n’y a qu’un seul modèle humain réussi et qu’on devrait tous et toutes tenter de lui ressembler coûte que coûte.

Oui ok « ceux qui se ressemblent, s’assemblent », mais « les contraires s’attirent » aussi, non?

Alors je sais pas, il me semble que ça serait tellement plus productif si je perdais mon temps à m’apprécier, au lieu de le perdre à me comparer. La vie c’est pas un film, ça a pas 43 filtres non plus, c’est juste là, pis c’est à apprivoiser, faut juste prendre le temps de le faire au lieu de le perdre ailleurs, je crois.

Voici quand même quelques comptes Instagram qui donnent envie de profiter de cette application-là pour savourer la différence et l’acceptation de soi, pis qui donnent moins l’impression de perdre son temps!

@bodyposipanda

Une fille qui souligne la beauté sous toutes ses formes. Un compte coloré, drôle, qui fait du bien de voir passer sur notre feed insta.

@ottod.rision

Un compte de citations et courtes histoires sensuelles-sexuelles qui embrace la femme et ses particularités. (J’ai dit qu’Insta n’était pas une comédie romantique mais t’sais, c’est pas une raison de pas se faire croire en l’amour un petit deux minutes)

@feministprob

Parce que ça fait toujours un peu de bien de rire de tous ces standards que nous impose la société et de s’éduquer sur le féminisme, c’est cool.

@nowrongwaymovement

Des images, témoignages, citations qui me font me demander pourquoi je continue de suivre des comptes qui me font sentir aussi moche.

Je vais de ce pas changer mon alarme pour 7 h 14, question de me donner l’impression que je vais être plus reposée avec mon petit 5 minutes de plus et fermer mon téléphone. Bonne nuit!

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Pin on PinterestShare on TumblrShare on StumbleUponShare on LinkedInEmail this to someone

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

© La Fabrique Crépue. 2017. Tous droits réservés
Une réalisation de