Menu

À ta juste valeur

De force et d’habitudes, on se mesure aux autres pour s’améliorer et on se sous-estime quand nos essais donnent des erreurs. Rapidement, on finit par ne plus vraiment savoir quelle est notre véritable valeur. Ainsi, notre incapacité à situer notre vrai potentiel personnellement, professionnellement ou socialement nous freine trop souvent. Il me semble vital d’être capable d’évaluer nos compétences et de respecter notre valeur. Et par « vital » je m’exprime légèrement. Voici une reconstruction de ma phrase avec quelques synonymes pour ceux qui souhaite plonger intensément dans mon état d’urgence face au sujet : il me semble vital, voire même primordial, fondamental, indispensable, essentiel, vraiment, VRAIMENT important d’être capable d’évaluer nos compétences et de respecter notre valeur. En d’autres mots, être en mesure de demander un salaire juste, exprimer « je mérite mieux »/« on mérite mieux », avoir confiance en soi, respecter nos droits, pousser plus loin nos capacités et arrêter de niveler vers le bas.

Déculpabiliser modestement

Je pense que c’est le point de départ et la ligne d’arrivé à la fois. Le début et la fin d’un cercle vicieux de ressentiment et d’humilité. Par peur de l’égoïsme et de la vantardise, par amour du bien paraître et d’obséquiosités, on se place dans une boîte. Un endroit clos où nos capacités et nos possibilités sont préétablies et restreintes. On ne se met pas à jour sur ce que l’on peut vraiment faire par peur et routine.

– J’ai toujours mal dessiné, je vais toujours mal dessiner. Je dessine beaucoup pour m’améliorer. Est-ce que je dessine mal? Surement.

La réalité est connectée à ce que l’on ressent, mais aussi en rapport avec ce que l’on mérite. Prendre le temps de placer ses pensées positivement, avoir une vision juste de soi et faire son propre karma. Oui, oui! Arrêter de se sentir mal parce qu’on réalise qu’on s’améliore, qu’on aspire à mieux et qu’on maîtrise certaines choses.

– Je ne dessine pas « mal » là… mieux en tout cas!

Demander à tout hasard

Une fois qu’on décide de valoriser ce que nous sommes, il faut l’affirmer! Oser demander! Même si cela implique un risque, du stress et de l’incertitude… Prendre la chance de se faire refuser une requête, mais avoir l’heure juste sur la situation. Si on ne pose pas la question, cela retarde ou même rend impossible l’obtention de l’information. Ne jamais savoir c’est vivre dans l’ignorance. L’ignorance tue. Je dramatise à peine ici en exprimant la nécessité de revendiquer des réponses, des précisions sur un sujet, des droits, un salaire. Demander aux autres de nous traiter justement et se rappeler à soi-même d’en faire autant.

– Tu veux que je te dessine une murale? Combien me donnerais-tu en échange?

Dire non plus souvent

Aux autres, mais à soi aussi. Si une situation ne met pas en valeur le respect de notre intégrité, refuser est une option saine à envisager. Dire non parce qu’on aspire à mieux, dire non pour que d’autres aussi osent le faire. Résister à la pression et affirmer ses choix demandent une certaine liberté et de se choisir soi-même avant tout. Ne rien refuser et plaire à tout le monde est utopique et épuisant. C’est comme accepter de s’exploiter soi-même indéfiniment. Dénigrant et malsain. J’ose croire que si on a l’immense privilège de pouvoir décliner l’injustice, il est de notre devoir de le faire.

– Je ne dessine pas gratuitement. Non merci, je mérite mieux, bye!

De forces et éventuellement d’habitudes, on apprend à se mesurer à soi-même pour s’améliorer et on s’estime justement quand nos essais donnent des erreurs. On finit par ne plus vraiment voir nos chutes tellement on se concentre sur nos remontées. On finit par s’accrocher à notre juste valeur.

Crédit photo : Valario Davis

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Pin on PinterestShare on TumblrShare on StumbleUponShare on LinkedInEmail this to someone

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

© La Fabrique Crépue. 2017. Tous droits réservés
Une réalisation de