Menu

La fois où la technologie nous a fait oublier la vraie vie – Par Noémie Ouellet

Pour moi, aucun texto n’a jamais pu avoir la même valeur que des mots, des phrases prononcées dans le blanc des yeux. C’est simple, plus les mois passent, plus j’ai l’impression que l’importance de se voir, de discuter ensemble en vrai devient rarissime. Au profit de quoi? De celui d’une petite boîte en aluminium ou en plastique, anyway. On en a tous quelques-unes qui nous sont tellement utiles au quotidien : cellulaire, tablette, ordinateur portable. Ces précieux outils nous sauvent beaucoup de temps et sont extrêmement pratiques, mais au niveau relationnel, c’est un gros zéro.

Que celui ou celle qui ne s’est jamais chicané par message texte me lance la première pierre. Ben c’est ça. L’humain décode beaucoup plus les messages qu’il reçoit grâce au langage non verbal qu’avec juste les mots mis dans un certain ordre. Le corps parle way better qu’un petit message rempli de sous-entendus que tu as repris 5 fois avant de l’envoyer parce que t’étais dont ben pas certaine qu’il allait comprendre, etc.

Le langage non verbal, c’est tes yeux qui regardent d’une certaine façon ou dans un certain angle de vision, c’est la façon dont tu inclines ton corps quand tu discutes, tes doigts qui entortillent ta mèche de cheveux pendant que tu parles avec un « dividu de sexe mâle », comment tu disposes tes bras, mais aussi tout ce qui a trait à la voix : l’intonation, la vitesse, les interrogations et les acclamations qui ponctuent un discours.

Simplement de pouvoir observer le visage de notre interlocuteur pendant qu’il nous parle permet de comprendre mille fois mieux l’information. Ainsi, on évite la mauvaise compréhension et les sous-entendus là où il n’y en avait pas, l’association de mauvaises émotions avec une phrase et la relecture 100 fois avant de penser avoir compris.

Quand t’es face à quelqu’un, c’est pas compliqué, le message passe pis si t’as pas compris quelque chose, tu dis hein? La personne répète et voilà, c’est réglé.

Le problème avec nous, c’est pas seulement qu’on communique trop par message texte, c’est aussi qu’on a tout le temps la face rivée sur nos cellulaires dès qu’on n’a pas grand-chose à faire ou quand on est en attente.

Ça me fait capoter. À l’école, dans l’autobus, partout, on manque plein de contacts avec d’autres humains.

Pis plus on est rivés sur nos appareils, plus on oublie comment décrypter le langage non verbal des vraies personnes qui nous entourent.

Cette semaine, je suis passée devant mon ami qui était assis pas loin entouré d’autre monde, mais lui, il regardait son cell. Je suis pas passée super vite, je l’ai regardé de façon soutenue, mais il m’a jamais vue. Ne voulant pas le déranger, j’ai continué ma route sans aller lui jaser. BOOM! Juste de même là, on vient de couper un contact humain. S’il n’avait pas eu son téléphone, y’a de bonnes chances qu’il aurait observé ce qui se passait autour de lui au lieu de sur son écran. Il m’aurait vue passer à 1,5 mètre de lui, m’aurait apostrophée et comme ça, je serais allée lui parler! J’extrapole là, mais ça aurait contribué à solidifier et à maintenir notre relation amicale du genre « on se croise, on jase pis c’est cool »!

Au lieu de ça, en m’en allant, je lui ai écrit pour lui dire que j’étais passée tout près de lui, mais qu’il m’avait ratée.

Sorry l’amitié.

Société connectée, mais déconnectée de ce qui l’entoure

On est joignable en tout temps, partout et de multiples manières. Le jour, la nuit, aux toilettes, sur le vélo de spinning. Mais pendant qu’on consacre du temps à notre vie en ligne, on perd le fil de ce qui se passe ici et maintenant.

Pis ça c’est baaaaaad.

On oublie que les émotions, ça se vit dans le vrai. Que l’amitié se développe avec des insides jokes et des fous rires quand y nous arrive des choses dans le quotidien, que l’amour se développe avec des regards et des accrochages de coudes (oui, les coudes again).

Qu’il n’y a rien de plus beau dans la vie que d’avoir une discussion avec un autre être humain ou un débat de conviction ou ce que vous voulez. L’individu est tellement complexe et le cerveau n’a toujours pas été percé entièrement à jour, alors les subtilités du domaine relationnel doivent être traitées avec précaution.

M’a faire comme l’annonce de Telus (assez ironique merci, mais bon, le message passe)! ;

Prenez le temps de regarder autour de vous, d’observer les gens, de leur faire un sourire quand vous les croisez et de les saluer si vous vous sentez wild. Crissez votre cellulaire au fond de vos poches et allez manger avec vos amis, pas vos 1 000 amis Facebook là, vos vrais amis.

Vous allez voir, en délaissant nos appareils avant-gardistes, on fait des rencontres inattendues et on se met à voir des choses qu’on n’a jamais vues avant, ou qu’on ne voyait plus parce qu’on regardait pas à la bonne place.

Faque, c’pas grave si t’as oublié ton chargeur à’ maison.

noemie ouellet noemie

caroCaroline Prud’homme, réviseure

2 thoughts on “La fois où la technologie nous a fait oublier la vraie vie – Par Noémie Ouellet

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

© La Fabrique Crépue. 2019. Tous droits réservés
Une réalisation de