Menu

Ce qui t’effraie – Par Gaëlle

Il y a de cela pas si longtemps, j’ai vu une citation qui m’a fait beaucoup d’effet. Je me souviens, j’étais dans une vieille librairie que j’affectionne particulièrement et où le même monsieur souriant me dit toujours gaiement : « Bonjour mademoiselle ». Aussitôt entrée, je me dirige vers les livres de voyage. Classique!

Entre les Lonely planet et les National Geographic, j’observe un intrus. Je prends le livre qui a l’air de jaser de tout, sauf de voyage. Je lis alors ce qui se trouve sur la couverture, en grosses lettres bien distinctes pour être sûr que le message ne nous passe pas sous le nez : WHAT WOULD YOU DO IF YOU WERE’NT AFRAID.

Je suis restée figée là, à relire plusieurs fois ce qui venait tout juste de me donner matière à réflexion. Gaëlle dans sa tête : « Quelles sont toutes ces choses que je me suis empêchée de faire par peur? »

J’ai pensé à des situations qui nous sont arrivées, à mes proches et à moi.

Ce programme d’études un peu inhabituel, mais qui te gruge de l’intérieur tellement il te fait de l’œil. Le hic, c’est pas une voie commune, ni un gage de succès. Tu as un peu la trouille de la réaction de tes parents qui, une fois la nouvelle annoncée, n’approuveront pas ton choix. Tu vas alors vers l’option plus sûre et facile, exempte de jugements.

Cette personne qui fait faire à ton cœur 4 329 coups dans une fraction de seconde, mais à qui tu n’as jamais avoué tes envies et tes sentiments. Et si tout ça n’était qu’à sens unique? Des dizaines de « et si » qui paralysent.

Cet emploi que tu occupes depuis des années, dans lequel tu te donnes à fond et qui t’a demandé d’assister à de nombreuses conférences et activités de perfectionnement. Chaque fois que tu croises le regard de ton patron dans les allées du bureau qui devient morose, tu essayes de te botter le derrière pour enfin lui demander cette augmentation tant méritée (et désirée). Sauf que flash, voilà que tu te l’imagines pouffant de rire, trouvant ta demande injustifiée. L’image de ce scénario t’effraie. Tu te dis alors que tu attendras encore un peu avant d’oser.

Cette amie qui t’a demandé ton avis à savoir si elle devrait pardonner à ce garçon qui n’a pas été très gentleman et respectueux ces derniers temps. Tu sais pertinemment que la réponse est un mot de trois lettres commençant par « n ». Tu figes, parce que même si elle insiste pour savoir la vérité, tu as peur de la blesser et de rendre tout ça bien pire en prononçant le mot. Alors tu bafouilles un « je sais pas trop » pas sincère du tout.

Ces situations nous arrivent toutes quand la petite voix qui fait douter de tout prend parfois plus de place qu’elle le devrait.

Lorsque j’ai vu cette couverture cette journée-là, je me suis rendue compte que toutes les choses qui nous font le plus peur sont exactement celles que l’on devrait le plus accomplir. Elles nous font sortir de notre zone de confort, nous donnent la chienne. Mais personne a réalisé ses plus grandes ambitions sans surmonter les embûches que comportent toutes les choses qui l’effraient.

Une semaine plus tard, je suis retournée à la librairie pour demander au monsieur du beau « Bonjour mademoiselle » s’il possédait encore le livre. On a cherché et on n’a pas trouvé. Tant pis.

De toute façon, ce livre a fait avec son titre ce que tout bon roman fait avec son histoire. Il a éveillé quelque chose en moi.

WHAT WOULD YOU DO IF YOU WERE’NT AFRAID?

Regarde-moi bien aller pour voir.

gaellejoanie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

© La Fabrique Crépue. 2020. Tous droits réservés
Conception de site web - Effet Monstre