Menu

La chum parfaite – Par Sarah

Bon. Avant de commencer, j’ai quelques avertissements à vous donner.

Premièrement, je vais pas vous bombarder de photos poétiques en noir et blanc avec deux filles aux cheveux longs au vent qui se tiennent par la main devant un coucher de soleil. FUCK NO!

Ensuite, je tiens à vous dire que les prochains statements correspondent à mon avis personnel et à mes expériences. Si vous êtes pas d’accord, c’est probablement normal : y’a personne de pareil. Cependant, j’ai des critères qui comptent pas mal à mes yeux, parce que je suis passée par « ma meilleure amie s’est poussée… avec mon chum » et aussi par « je fais du parenting avec ma pote et ça a l’air que c’est moi qui dois lui apprendre à devenir mature ». Bref, vous comprendrez que j’ai eu mon quota de relations de marde et de grugeage d’énergie.

En fait, nous sommes toutes d’accord pour dire qu’on a jamais de trouble avec nos chums de gars (celles qui décident de tomber amoureuses d’eux-autres, c’est un autre problème, pas le mien. Évitez donc ça aussi). De toute façon, on parle souvent de l’homme parfait, mais qu’est-ce qu’on recherche vraiment chez une chum de fille?

Pourtant, c’est pas si compliqué, une chum parfaite…

sarah1

Fermer sa gueule pis écouter
Ce qui est important, dans une relation, c’est la confiance, non? Fek une info personnelle, une confidence, ça se dit pas, ça se screenshot pas, ça se partage pas, ça fait pas rire les autres. Ce qui est pas pire aussi, c’est d’écouter quand l’autre te jase. Couper la parole pis chier sur le nouvel album d’un band, c’est pas mal moche quand j’essaie de me confier à toi. Ah pis please, lâche ton cell quand j’te parle.

Savoir être directe et honnête
Dire la vérité, qu’elle plaise ou non, c’est important. De mon bord, je l’avoue, je suis souvent trop directe et bien souvent j’agis avec trop d’impulsivité. Je travaille là-dessus, sauf que c’est impossible pour moi de ne pas te dire ce que je pense ou tout simplement de te mentir.

Ne pas juger, surtout quand tu vires la brosse
On l’a toutes déjà échappé, mais là je te parle de la brosse, la vraie. Celle que tu ne veux plus jamais vivre, mais que tu finis par revivre de temps en temps quand-même. Une pote, ça dit rien sur la game qui s’est jouée la veille, sauf pour en rire ensemble. Partager les beaux moments, c’est le fun. Moi, je suis du genre à écoeurer l’autre en lui faisant un bon smoothie matinal pour lui redonner une face ou un semblant de vie pendant qu’elle est en train d’essayer de survivre sur le divan. Ça sert à rien de lui basher dessus par rapport aux conneries qu’elle a pu dire ou faire.

Ne pas juger les sentiments et les actes de l’autre fait aussi partie de l’histoire de la vie (toune du Roi Lion en arrière plan). C’est pas parce que quelqu’un se confie à toi que t’as le droit d’interpréter le tout et surtout d’y ajouter une opinion déplaisante. Mets-toi à sa place, pour commencer. On appelle ça l’empathie.

Accepter que vous aimez pas nécessairement toutes les mêmes affaires
J’aime un style de musique que t’aimes pas? Profites-en donc pour en écouter avec moi ou pour essayer de le découvrir. On peut même en discuter après de ce que t’aimes pas pis je vais faire pareil, ok?

Sauf qu’il y a une autre affaire : si tu te rends compte que t’as pas les mêmes valeurs et que tu passes ton temps à tenter d’accepter celles de l’autre, ça risque de faire des flammèches un moment donné ou de te donner une écoeurantite aigüe. C’est peut-être malsain comme relation. Flush ça.

On m’a aussi dit que grandir ensemble, c’est important. Rester stickée sur ses vieilles affaires, ne rien connaître de plus ou ne rien partager ensemble, c’est PLAAAAAAAAAAAAAAAATE.

Être solidaire
Quelqu’un me fait un coup bas, je m’attends pas à ce que tu renies son existence, mais j’espère au moins que t’iras pas fraterniser avec l’ennemi dans ma face.

Don’t touch le boyfriend
Inutile de préciser davantage.

Rire, bâtard!
S’envoyer des jokes sur Facebook, se texter des niaiseries, se trouver des activités communes où le plaisir est de mise : c’est le but d’apprécier la présence de l’autre! Riez-en une bonne shot, ayez l’air ridicules! Ça tue pas, de toute façon.

Avoir le réflexe Mère Teresa
T’as de la peine? T’es frue après une autre bitch? J’accours avec ma bouteille de vin, j’te fais à manger pis j’te fournis même mon chat à flatter si t’en as pas. Tu peux compter sur moi.

Dis-y que tu l’aimes
Pas obligée d’avoir le bouquet de fleur, le regard tendre et de sentir la lavande pendant ce moment-là, tsé. Un « fuck you, ma tite bitch » fait très bien l’affaire. Une petite attention à son égard donne chaud aux coeurs (aux deux).

Les affaires de ta chum, c’est TES affaires, mais pas tant que ça
T’as le droit de te sentir concernée quand il est question de ses problèmes, sauf que laisse-là les régler toute seule. Comme une grande. Embarque-toi pas dans des histoires pas possible et, encore une fois, ne la juge pas, parce que c’est SES affaires.

Je pense que j’ai fait le tour avec tout ça. En fait, t’as beau la chercher, cette chum parfaite, mais oublie pas que tu te dois de l’être toi aussi. C’est une question de principe et surtout d’éviter d’être égoïste.

La cerise sur le sundae, c’est qu’en plus de tout ça, la chum parfaite, elle termine sa phrase en disant : « Hey pis fuck, veux-tu un verre de vin? »

Shake your tits, bitches. Je vous aime.

sarah

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

© La Fabrique Crépue. 2022. Tous droits réservés
Conception de site web - Effet Monstre