Menu

Donne-moi de la bonne bouffe – Par Sarah

On parle pour parler, là. Dans la vie, je suis pas mal difficile en ce qui concerne la bouffe. Pas genre : « Ah non ça je mange pas ça… ça non plus… Ark, pas ça… Bon je vais y goûter, mais as-tu du ketchup? », mais plutôt : « C’est clairement pas assez cuit… ça manque de coriandre… VOIR qu’ils ont pas passé leur potage aux tamis ». Tu saisis l’astuce, crep?

Aujourd’hui, j’ai fait un topo des raisons qui font que je chiale dans un restaurant, et ce, avec raison. Là, je te vois arriver avec tes : « t’as jamais travaillé dans un resto, tu te prends pour qui pour critiquer tout ça, je gage que tu sais même pas te faire cuire un œuf ». HHHEEUUUNNN! (bruit de buzzer de mauvaise réponse), parce que cet article, je le fais en l’honneur d’une de mes meilleures potes Meggie qui est ma chialeuse et complice adorée lorsque vient le temps de critiquer la bouffe. Elle et moi, sans s’enfler la tête, on cuisine ben (pas pour rien que c’est elle qui parle de bouffe icitte à LFC). En prime, elle a travaillé dans des restaurants en masse, fait qu’on se garde le droit d’aborder le sujet.

Voici les critères!

Le concept
C’est en entrant dans un resto qu’on saisit l’essence et la ligne directrice de l’entreprise. Si, en entrant, je vois des bateaux, des filets de pêche, un gouvernail pis des images de matelots, j’espère que t’as l’intention de me servir des fruits de mer ou du poisson sinon j’ai des petites nouvelles pour toi : le marketing pis la déco, tu l’as pas pantoute.

L’ambiance
On a tous des endroits préférés pour différentes occasions. Quand je veux prendre un verre tranquillement et discuter de problèmes de la vie, je vais pas dans un club ou dans un pub bruyant où je risque de me faire garocher des écailles de peanuts dans face ou de me faire renverser de la bière dessus. La musique, le service et la déco contribuent à l’ambiance de ton endroit fétiche.

sarah01

À boire!
Je veux du vin, un petit cocktail, une bonne bière, de l’eau pétillante, des alternatives sans alcool autres qu’une foutue limonade, peu importe! Pourvu que j’aie de la qualité et que je ne manque de rien dans mon verre.

La propreté
www.jaiuncheveudansmasoupe.com
On veut pas ça.

#leplancherglissepiscestpasnormal
On veut pas ça non plus.

« Coulisse jaunâtre / noire sur les murs, bonjour? »
Nope.

sarah02

La fraîcheur
Un bon restaurant se doit de cuisiner en suivant les saisons. C’est le temps des fraises? Plug un dessert aux fraises. Par exemple, ça a intérêt à être des fraises du Québec qui ont été cueillies récemment, pas des maudites grosses fraises full OGM qui traînent dans ta cuisine depuis deux semaines, comprends-tu? Mon tartare, je veux du saumon frais. Mes pâtes, je veux pas que ça sorte de boîtes en carton. Mes herbes, je veux que ce soit une plante, pas du séché.

sarah03

La technique culinaire
Ça, faut la maîtriser. Si je veux une poutine, je m’attends pas à de hauts standards : c’tune pout, calvaire. Par contre, si je prends de la mayo, fuck ta Miracle Whip, je veux des œufs, de l’huile, pis de la moutarde. Comme mentionné plus haut, mon potage, je le veux lisse. Tes motons, garde-les pour toé. Mes légumes se doivent d’être verts et croquants sous la dent pis je te parlerai pas de la cuisson de ma viande.

Le goût
C’est sans contredit le plus important. Pourquoi on mange? Bon, t’as raison, c’est pour qu’on puisse rester en vie. Par contre, il y a un équilibre entre l’acidité, les épices, le sucré, le salé et l’amertume à respecter. Je veux du nouveau, je veux du punch, je veux des matchs incongrus qui font que ma langue veut fendre en 4. De l’extase, de l’originalité, de la recherche, quoi. Fais-moi fondre sur ma banquette (j’espère que t’as ça dans ton resto aussi… c’est un must pour mon confort).

La texture
Un jour, je suis allée à un restaurant « asiatique » et on m’a servi une soupe « thaï » tellement épaisse et grasse qu’on aurait dit un potage aux carottes (ça goûtait même pas le lait de coco). J’ai aussi obtenu des crevettes tellement caoutchouteuses qu’il fallait que je les mâche 3 mois avant de pouvoir les avaler. Quel gaspillage! Quelqu’un qui désire explorer la fraîcheur et le bonheur de la cuisine asiatique et des crevettes est trompé et malheureusement trop déçu à la suite de cette expérience.

Ah oui! Lorsqu’on dit que quelque chose est frit ou croquant, la panure se doit d’être impeccable. Mouillée, qui s’écaille dans le fond de l’assiette, sans aucun assaisonnement, c’est de la marde.

Le temps d’attente
Je m’en fous d’attendre 45 minutes si tu m’apportes quelque chose de délicieux qui en vaut la peine. Je comprends aussi que mon plat est pas prêt à la seconde près où celui de ma comparse l’est. Je saisis que le cook est pas l’homme bionique ou Inspecteur Gadget pis qu’il va pas plus vite que son ombre. Par contre, si ma viande est trop cuite, que ma bouffe est so-so et que c’est froid, tu vas m’haïr, pauvre serveuse. D’ailleurs, c’est pas nécessairement d ta faute parce que t’es la première à rusher la cuisine pour que ce soit prêt bientôt, mais c’est peut-être de ta faute en maudit si t’as laissé glander mon assiette en-dessous du réchaud pendant 20 minutes pendant que tu faisais les beaux yeux au barman.

L’alternative santé
Pas obligé de vider ta tondeuse dans l’assiette. Offre des solutions santé à ta clientèle, sinon Matante va retourner chez elle en disant que c’est trop gras, trop sucré ou trop salé chez vous. Une bonne poitrine de poulet avec des légumes, différentes salades goûteuses ou des soupes repas font le bonheur de plusieurs.

sarah04

J’espère que tu sauras affiner ton palais, cher crep, lorsque tu retourneras au restaurant. Après tout, tu payes pour ne pas avoir à te casser le cul chez vous.

sarah

3 thoughts on “Donne-moi de la bonne bouffe – Par Sarah

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

© La Fabrique Crépue. 2021. Tous droits réservés
Conception de site web - Effet Monstre