Menu

Hymne à la mer – Par Émilie Hamon

Ces temps-ci, je finis pu d’être contemplative. Faut dire que l’été commence enfin à se pointer le bout du nez par chez nous. Du coup, y’a aucune raison de rester enfermée et de ne pas profiter de ce qui m’attire le plus ici : la mer. Par ici, les 5 à 7 sur la plage, les soirées à regarder le coucher du soleil, les cours de voile…

La mer m’a toujours procuré un sentiment de plénitude avec son bruit de ressac puissant, mais apaisant. Elle est grandiose, immense, infinie. Des fois calme, d’autres fois agitée, elle te rappelle toujours que la force, c’est elle qui l’a. Tu peux pas te battre contre elle. D’ailleurs, j’en ai eu l’exemple l’autre jour, alors que j’étais sur ma planche à pagaie, que j’avais le vent dans la face pis que je ramais clairement pas dans le sens des vagues. J’avançais difficilement. J’ai pogné les nerfs, je me suis assise pis je me suis laissée flotter.

C’est là que je me suis souvenu d’une rencontre avec un certain Mark, un surfer au look tout ce qu’il y a de plus typique surf qui m’avait parlé de la mer. À l’époque, j’avais pas vraiment compris ses propos. De toute façon, je trouvais donc que Mark était nonchalant avec toutes ses théories marines peace and love. Eh bien, Mark, je te fais mes excuses publiques. Je viens de comprendre ce que tu m’as dit ce jour-là.

Mark disait qu’en surf, l’essentiel était de suivre le mouvement des vagues et de comprendre que, des fois, l’eau est calme et qu’il faut en profiter… savoir patienter jusqu’à la prochaine vague et que, par moments, il faut ramer en maudit pour atteindre la vague… qu’il faut se fondre à son mouvement, aller avec elle, plutôt que contre elle, parce que ça donne rien de ramer contre le courant. Par contre, il disait que quand tu pognais enfin la vague, l’effort était récompensé. Il disait aussi que dans la vie, c’était pareil – clairement, il avait remarqué que j’étais pas une de ces créatures de nature zen -, qu’il fallait surfer sur la vague et savoir contempler le calme avant la prochaine. Force it and you’ll lose it, qu’il m’a dit.

Ça fait que je regarde la mer avec encore plus d’admiration et de plénitude aujourd’hui. C’est sûrement pour ça que je l’aime autant. Elle inspire un grand respect. Pas le choix de rester humble face à elle. Tu sais jamais ce qu’elle va t’apporter.

Emiliehamonrondsarah

Crédits photo
Couverture : pexels.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

© La Fabrique Crépue. 2021. Tous droits réservés
Conception de site web - Effet Monstre