Menu

Mon amour à l’inconnu – Par Florence Vézina

Le texte qui suit, c’est le genre de texte où tu espères qu’autrui pense comme toi, un texte pour se convaincre qu’on n’est pas seul à penser ainsi. Un texte pour me convaincre que je ne suis pas folle. J’imagine que c’est dans le développement normal d’un enfant que de se trémousser sur du Marie-Mai ou du Lorie en souhaitant qu’elles soient nos meilleures amies. Moi, je me voyais déjà être un livre ouvert et raconter mes moindres secrets à Lorie. Puis, j’ai vieilli. Je ne grimaçais plus autant qu’avant devant le sexe opposé et Kaïn est entré dans ma vie. J’ai vite compris qu’il ne m’embarquerait nulle part et qu’il ne m’amènerait jamais n’importe où. Me voilà maintenant à l’âge adulte, avec cet amour impossible que je traîne partout, qui gonfle quand j’écoute la radio et qui éclate quand j’assiste à un spectacle. Louis-Jean Cormier, je t’aime.

C’est curieux idolâtrer un artiste. Lui, il te connait pas, sait même pas que tu existes au fond. C’est bizarre, mais ça ne freine pas mes ardeurs. Je l’écoute partout, même en allant au bar avec mes amies. C’est d’ailleurs pourquoi on ne me nomme plus chauffeuse désignée. Je l’enregistre quand il passe à une quelconque émission télévisée et, quand il joue à la radio, j’ai cette fierté qui m’habite comme si j’étais un membre proche. Sauf qu’au fond, il ne me connait vraiment, vraiment pas.

Je me revois encore, seule dans les gradins, tout au bout de la rangée. Les yeux dans l’eau, le cœur gros. Fredonner les paroles exactes avec l’intonation exacte et toutes les fausses notes existantes, toutes ses chansons. J’enviais la scène de toucher ses semelles. Quel bonheur que d’apercevoir pour la première fois en chair et en os l’homme de sa vie. Mais c’est plutôt triste de réaliser que, pour lui, je ne suis qu’une petite tête noire aux yeux en forme de cœur dans la foule, qui arbore les mêmes yeux que moi. Je n’ai pas besoin qu’il m’aime en retour, je peux le faire pour deux. Ça frôle le pathétisme j’en suis consciente.

Parfois quand on est trop prise par l’adoration, il est facile d’oublier qu’une personne reste une personne comme une autre. Avec une tête, des yeux, un cœur et des mains. Parfois, on met cet individu qu’on voudrait voir heureux sur un piédestal tellement haut qu’on se regarde soi-même de bas. Il arrive qu’on aime en double quelqu’un qui ne veut pas être aimé. À tous ces amoureux assoiffés, je crois que, dans ces cas-là,  il vaut mieux s’aimer soi-même pour deux.

Beatles-Groupies-43

florencerondmarie-claude

One thought on “Mon amour à l’inconnu – Par Florence Vézina

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

© La Fabrique Crépue. 2022. Tous droits réservés
Conception de site web - Effet Monstre