Menu

Oz – Par Roxanne Dupont

J’aime bien imaginer mon existence comme une succession d’éléments perturbateurs, de moments pivots ou de jalons inoubliables. Par exemple :

La fois où mon père m’a fait croire que le Pepsi faisait pousser des grains de beauté.

La fois où j’ai mangé du wasabi en croyant que c’était de l’avocat.

La fois où j’ai concocté une tarte aux pommes avec du sel.

La fois où j’ai dit « je crois que j’ai le cocsuce cassé » au docteur, en croyant dur comme fer que l’on disait « cocsuce » et non « coccyx ».

Sauf que, décidément, toutes ces fois ne battront jamais la fois où j’ai décidé de m’acheter un billet pour Oz.

Oz, la Cité d’Émeraude où mène le chemin de briques jaunes? (Non.) Mon Oz est aussi exotique, c’est simplement qu’au lieu de singes volants, on y retrouve des kangourous qui, selon les ouï-dire, sont tout aussi dangereux.

Cette histoire mérite un peu plus d’explications et de précision, car elle est sur le point de changer ma vie plus que je ne le pense.

C’est alors que j’effectuais une promenade nocturne dans la charmante banlieue de Charlesbourg que j’ai frappé un mur (comme on dit en bon québécois). Ce mur solide, froid et dense était fait d’une matière qui n’était pas du carton.

Si douloureuses et assommantes qu’elles soient, ces collisions peuvent aussi faire naître des questions importantes. Je fais quoi avec les précieuses années que j’ai devant moi? Qu’est-ce que je veux, moi? Pas mes 300 amis Facebook, mais bien moi, la fille qui vient de terminer le Cégep et qui rêve secrètement de se marier avec Justin Timberlake.

Alors, une fois l’état de stupeur dissipé, j’ai repris mes esprits et j’ai compris que je devais vivre une aventure, loin du nid familial, de ma meilleure amie et de mon père poule.

Pour toute réponse, le monde fabuleux d’Oz s’est présenté à moi comme la thérapie-choc, la claque dans face, les Tylenols un lendemain de brosse, la soupe à maman, la première journée chaude de l’été, le silence compréhensif d’une amie, la chaleur d’un chat en plein hiver, l’aloès sur un coup de soleil, la première gorgée d’une bière froide… mais c’est surtout une promesse de bien-être que je me suis faite, un soir complètement perdu dans les rues où j’ai grandi.

Direction, la terre australe.

C’est donc la fois où j’ai acheté un billet pour Oz.

au

collabo_popupmarieclaudebourquerond

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

© La Fabrique Crépue. 2021. Tous droits réservés
Conception de site web - Effet Monstre