Menu

Et si l’histoire de Cendrillon n’était pas si romantique – Par Julie Dufour

Cendrillon fut le fruit d’un soir trop arrosé devant un bar douteux, entre un homme adultère pis une femme ben dépourvue, autant émotionnellement que monétairement. Le rythme à laquelle elle hypothéquait son existence à grand coup de cochonneries est venu à bout d’elle, à peine deux ans après la venue au monde de Cendrillon.

Son père a ramassé cet enfant-là de reculons pis il l’a amenée dans son palace glacial qui empestait l’argent, le manque de bonheur pis la culpabilité. Sa femme, Lady Trémaine, était contre son gré pognée à vivre avec le visage de l’infidélité de son mari courailleux. Ça ne faisait vraiment pas son affaire : elle avait déjà deux filles — pis du même âge que Cendrillon, à part de ça. Deux vraies de vraies garces : Javotte pis Anastasie. Toutes deux détestaient éperdument Cendrillon, pis honnêtement, elles se faisaient un malin plaisir à lui mettre des bâtons dans les roues dès que l’occasion se présentait.

Cendrillon, elle était belle, en dedans comme en dehors. Même habillée en guenilles, sa beauté frappait, pis ça dérangeait ben du monde. Surtout ses deux maudites belles-sœurs. Elles n’avaient pas assez de lui mener la vie dure à longueur de journée, il fallait en plus qu’elles traînent ça jusque que sur les bancs d’école. À force d’entendre les ragots des deux belles-sœurs haïssables dans les couloirs, ils se sont tous mis à croire aux ouï-dire pis à s’acharner sur Cendrillon. Personne ne savait dire pourquoi… Ils se motivaient, entre eux, aux racontars.

28_AOUT_2015_3_JULIEDUFOUR

Source

Cendrillon, ben, elle n’avait pas de gang, pas de vraie famille, pas de chum pis pas grand fun dans la vie. Cendrillon n’avait pas grand-chose pour la faire sentir bien…

Le bal qui signait la fin de son secondaire arrivait à grand pas et, jusqu’à preuve du contraire, Cendrillon n’y serait pas. Mille et une raisons l’empêchaient d’y être. Cendrillon n’avait pas de robe pour se sentir spéciale ni de mère pour lui dire qu’elle l’était, pis encore moins de chum ou d’ami avec qui partager pis savourer ce moment-là.

Un jour de juin, quand Javotte pis Anastasie enfilèrent leur robe à plusieurs cents piasses, Cendrillon eut le cœur gros. Encore.

Elle les a vues partir : pis Dieu sait qu’elles avaient l’air heureuses.

Ça faisait déjà une couple d’heures qu’elles avaient pris place dans leur belle « limo » louée pour l’occasion, quand Cendrillon enfila la vieille robe d’une des deux sœurs haïssables. Elle la glissa sur ses épaules comme si elle avait enfilé la robe de ses rêves pis elle prit les clés du vieux tas de tôle et de rouille qui lui servait de char.

Pis elle est partie.

À soir, Cendrillon est en miette. Ça feel pas pantoute. Elle se sent petite pis seule : elle se sent personne.

Elle n’est pas naïve. Les bonnes fées marraines, elle le sait ben que ça existe pas. C’est juste dans les contes de fées ces affaires-là, pis sa vie, c’est tout sauf ça.

Ce soir-là, elle en eut assez. Cendrillon a arrêté son char au beau milieu du Pont Champlain. Une surdité improvisée l’a empêchée d’entendre la symphonie de klaxons qui jouait en trame de fond. Elle a enlevé sa copie de Converse cheap pis elle a grimpé, pieds nus, par-dessus la rambarde.

De là, elle pouvait voir dix tonnes et demie de lumières pis de vie qui scintillaient au rythme de la trame de fond. Elle a regardé le vide comme on regarde le ciel : elle y a vu de la liberté, pis ben de l’espoir. Pour la première fois depuis un boutte, elle n’a pas eu peur du lendemain.

Pis Cendrillon a souri. Comme jamais.

Un des musiciens de l’orchestre qui jouait la symphonie des klaxons est sortie de son char à plusieurs mille piasses, en furie. C’est à grands coups d’« hostie » pis d’« câlice » qu’il lui a donné la poussée qui lui manquait. Ce soir, Cendrillon est partie.

Le rythme auquel les autres ont hypothéqué son existence est venu à bout d’elle, à peine dix-sept ans après la venue au monde de Cendrillon.

 

Un soir de juin, une fille, belle en dedans comme en dehors, a perdu la raison quelque part dans le coin du Pont Champlain. Si tu retrouves la raison de Cendrillon demain, garde-la précieusement, je t’en prie. Qui sait, peut-être pourras-tu sauver une belle princesse avec…? Fais que ce conte reste un conte. #sauveuneprincesse

28_AOUT_2015_5_JULIEDUFOUR

Source

Le 10 septembre 2015 se tiendra la 13e Journée mondiale de la prévention du suicide. Tu fais la différence!

juliedufouremiliebeginrond

2 thoughts on “Et si l’histoire de Cendrillon n’était pas si romantique – Par Julie Dufour

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

© La Fabrique Crépue. 2019. Tous droits réservés
Une réalisation de