Menu

Habiter sa misandrie – Par Alexandra Tremblay

Moi, je me tiens loin des sections commentaires de l’Internet dans la vie. Particulièrement lorsque ça peut toucher des questions se rapportant plus ou moins au féminisme. M’identifiant comme féministe, les commentaires hystériques d’hommes flabbergastés criant à la misandrie (accusations de haine envers les hommes émises dès les débuts du Mouvement de libération des femmes) et au complot matriarcal à coup de phrases non ponctuées dans les médias sociaux ne font pas partie de mes lectures de chevet. Mais les absurdités qui y sont étalées ont maintenant trouvé leur adversaire grâce à l’ironie d’un nombre croissant de jeunes féministes mordantes. Après les t-shirts « This Is What a Feminist Looks Like », voici venue une nouvelle mode féministe ironiquement misandre. Ce qui se voulait à l’origine une insulte est réutilisé comme un moyen de marquer le self-empowerment et la solidarité entre féministes.

29 aout_photo 1_alexandratremblay

En passant par les clubs de lecture qui s’autoproclament « misandres » et les objets d’art, ce courant s’est rendu jusqu’à l’ultime domaine traditionnellement associé au féminin : la mode.

En effet, on retrouve maintenant ce genre de traits d’humour autant chez les artisans opérant sur Etsy que chez les créateurs plus influents. L’artiste Valfré, par exemple, a notamment conçu des pochettes de cellulaire à la fois cartoonish et acides envers la gent masculine, dont le modèle ci-dessous qui avait déjà présenté ici.

29 août_photo 2_alexandratremblay

Le motif des « larmes d’hommes », qui revient souvent dans les objets ironiquement misandres, fait référence à la position de « victimes des femmes » que se donnent certains commentateurs masculins, tout en gardant un ton fantaisiste et absurde par rapport au message véhiculé. J’interprète aussi ces larmes comme un moyen de retourner contre elles-mêmes les éventuelles protestations mascu’ en partant du principe que, de toute façon, le patriarcat nous enseigne que « les vrais hommes ne pleurent pas ».

29aout_photo3_alexandratremblay

29aout_photo4_alexandratremblay

Depuis presque un an, le féminisme et ses causes sont des sujets de plus en plus abordés dans les médias, ce qui, je l’espère, mènera à une plus grande prise de conscience des enjeux du mouvement dans la population. J’ai hâte d’assister à la transformation de la misandrie ironique en quelque chose qui pourra aussi intégrer les hommes à ce bel humour douteux.

Qu’en pensez-vous?

alexandratremblayrondAnneMarie

One thought on “Habiter sa misandrie – Par Alexandra Tremblay

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

© La Fabrique Crépue. 2021. Tous droits réservés
Conception de site web - Effet Monstre