Menu

La rentrée littéraire : 5 livres à ne pas manquer!

Alors voilà, nous avons maintenant les deux pieds dans le mois de septembre. Outch! Avouez, l’été a encore passé trop vite. Enfin bon, ne soyons pas trop pessimistes, puisque la saison des feuilles colorées est remplie de trucs nice, comme les sorties pour aller cueillir les pommes et les citrouilles, les marches dans les feuilles qui font scrunch-scrunch, les cafés tout chauds sur le balcon et pourquoi pas? la rentrée littéraire.

J’attends toujours ce moment avec impatience, puisque l’automne est ma saison préférée, oui, mais aussi ma saison préférée pour lire. Tout adonne bien, en même temps. J’aimerais donc vous partager les cinq livres que je dévorerai cet automne, assise au pied d’un arbre, rayons de soleil au visage.

Le crime du comte Neville, d’Amélie Nothomb

Je suis une grande admiratrice d’Amélie Nothomb. Je possède tous ses livres et je les ai tous lus à plusieurs reprises. Elle réussit rapidement à m’embarquer dans ses différents univers grâce à son écriture élégante, dramatique et loufoque. Son 24e roman, inspiré de la personnalité de son père, raconte l’histoire d’une jeune châtelaine mal dans sa peau, qui cherche à se faire assassiner par son père, pour aider ce dernier à réaliser, sans dommages, la prédiction d’une voyante rencontrée à l’issue d’une fugue qui n’en est pas une. À mon avis, un futur régal. Disponible maintenant.

Amanita virosa, d’Alexandre Soublière

Grand retour attendu. Depuis trois ans, j’attends ce moment. J’étais totalement tombée sous le charme du livre brutalement contemporain Charlotte before Christ, une œuvre complète et percutante au langage purement moderne. Son nouveau livre abordera les sombres buts d’une entreprise qui exploite les pulsions de domination de la race humaine en vendant l’image des gens, à l’ère de la jungle cybernétique. Le livre est sorti le 25 août dernier.

Les Maisons, de Fanny Britt

Les amateurs de théâtre reconnaîtront ce nom. Reconnue pour ses traductions et ses pièces de théâtre, Britt débarque cet automne avec son premier roman. J’ai beaucoup d’attentes. J’adore ses adaptations et ses pièces, dont Couche avec moi, donc j’ai hâte de découvrir son nouvel univers. Son roman parlera du sort d’une chanteuse classique convertie au conformisme, qui sera confrontée à un vieil amour entre une visite immobilière et un cours de natation. Intriguant, n’est-ce pas? Sa sortie est prévue le 27 octobre. 

Tas-d’roches, de Gabriel Marcoux-Chabot

Un auteur que je ne connais pas, mais dont le style m’intrigue. Il décrit lui-même son écriture comme un all you cant eat littéraire, tandis que son éditeur affirme qu’il a quelque chose de Fred Pellerin dans la tournure et beaucoup de jamais-vu dans la structure. L’auteur marie le français, le parler québécois, le vieux français, l’innu et le chiac. Un « tousqui » qui pique la curiosité. Disponible depuis le 26 août.

Un début de siècle : essais sur la littérature, collectif

J’adore la maison Le Quartanier et j’admire plusieurs de ses auteurs. Je suis heureuse de retrouver un collectif de ceux-ci pour la rentrée. Dans ce livre, les auteurs réfléchissent sur la littérature et racontent des histoires sans contraintes de sujet ou de ton. Patience, il sortira le 6 octobre prochain.

J’avais peu d’espace ici pour partager la quantité impressionnante de livres à surveiller cet automne, mais je vous propose de faire vos recherches. J’ai réussi à faire une sélection de peine et de misère.

Bonne lecture mes crépus!

jennifergagnonthibaultrondemiliebeginrond

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

© La Fabrique Crépue. 2021. Tous droits réservés
Conception de site web - Effet Monstre