Menu

Ode aux petits frères

On les hait, comme on les aime. On les protège, comme on voudrait ne pas leur voir la face quand on invite notre groupe de girls à la maison. On parle d’eux en mal, comme on parle d’eux en bien. Ils occupent une grande partie de notre vie et on se demande bien souvent ce qu’on ferait sans eux, nos petits frères. Autant j’ai pu dire que je détestais le mien quand j’étais jeune, autant j’ai pu dire à un tas de personnes à quel point il est ma personne préférée sur cette Terre! Parce que c’est bientôt la fête de mon petit frère (le meilleur), j’en profite, au nom de toutes les grandes sœurs, pour remercier tous les petits frères de ce monde pour tout le bonheur que vous nous apportez. Nenon, ce n’est pas une blague! Vous servez vraiment à quelque chose, même si vous nous emmerdez les trois quarts du temps! En fait, vous nous êtes indispensables. Tu m’es indispensable, toi, mon « petit-mais-grand frère ».

Parce que les petits frères vont toujours être prêts à jouer le rôle du grand frère quand celui-ci ne sera pas là. Ils n’hésiteront jamais à nous protéger, car « petit » n’est vraiment rien de plus qu’un mot quand vient le temps de défendre sa grande sœur. Combien de fois nous ont-ils répété : « Si jamais un gars te fait de la peine, tu me le dis sur le champ et je m’en occupe! »? Ah téteuuuuuux! On vous aime, petits frères.

Sans vous, nous aurions tellement l’air ridicules à faire seules toutes les folies qu’on a l’habitude de faire avec un petit frère. Dans mon cas, la liste des trucs étranges que je fais avec mon frère est plutôt longue. Ça ressemble un peu à passer toute une soirée à faire des bruits bizarres sortis tout droit de nulle part, faire presque exprès de chanter les mauvaises paroles du dernier gros hit vraiment beaucoup trop fort, ou encore inventer une chanson à propos de notre amour pour les biscuits soda. (Ouais, on aime chanter! On a tous les deux fait les camps de jour, que voulez-vous!) J’essaye de m’imaginer faire tout cela seule, et je crois que j’aurais sûrement droit à des tonnes de regards confus… Désolée, mais on a besoin de vous les petits frères! Notre image en dépend, t’sais!

Tous les jours, vous nous en apprenez sans cesse. À commencer par correctement lancer un ballon de football, jusqu’à comment bien reconnaître un gars qui fait juste nous niaiser, on n’en finit plus d’apprendre avec un petit frère! Le mien, il m’apprend chaque jour à toujours penser aux autres dans tout ce que j’entreprends, avec son âme débordante de générosité. Avec sa motivation et son incroyable succès, il m’apprend aussi à ne pas baisser les bras devant un obstacle. En fait, à le voir aller comme ça, à voir tout ce qu’il accomplit et comment tout lui réussit toujours, il me donne littéralement envie d’être une meilleure personne.

Les petits frères sont toujours là pour nous rappeler que nous ne serons jamais trop folles, parce qu’il y aura toujours eux pour être encore pires que nous. N’oublions pas que ce sont les personnes parfaites avec qui se taper un trip au Dairy Queen à dix heures le soir. Toutes ces fois où mon frère et moi faisons simplement nous regarder après le repas, et que, d’un seul regard, on se comprend tout de suite (« On va au Dairy Queen, ok? ») me convainquent que je ne sais pas ce que je ferais sans lui. Parce qu’on a clairement tous besoin d’une personne qui peut détecter notre craving de crème glacée à la minute près.

Les petits frères sont importants parce que c’est sur eux que les grandes sœurs vont inévitablement se baser pour lister les critères de l’homme idéal. Bien que, pour ma part, je n’aie pas vraiment une liste de critères, grâce à lui je sais ce qu’est une bonne relation et je sais que je voudrai sans aucun doute retrouver une complicité comme la nôtre dans ma prochaine (sûrement lointaine) relation amoureuse. Parce qu’après tout, mon petit bout de frère ne sera pas toujours là pour de folles escapades au Dairy Queen, pour chanter à tue-tête les mauvaises paroles du dernier single populaire, ou encore pour me dire si ma dernière recette est mangeable, après avoir léché la cuillère. Il faudra bien que je trouve quelqu’un qui saura en faire autant!

À tous les petits frères de ce monde, continuez de faire ce que vous faites. Continuez de vous dépasser, d’être toujours les meilleurs et, surtout, de vous garder du temps pour vos grandes sœurs adorées. C’est en voyant ce que vous devenez que ça nous donne envie d’être encore meilleures nous aussi, parce que, quelque part, votre succès immense est aussi signe qu’on a dû bien faire notre job de grande sœur, après tout.

De la part de toutes les grandes sœurs de ce monde, merci à vous, petits frères! Vous faites de nous des êtres comblés de bonheur.

Du gros love pour tous les petits frères de l’univers!

collabo-pop-upmarieclaudebourquerond

 

Crédit photo (couverture)

One thought on “Ode aux petits frères

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

© La Fabrique Crépue. 2019. Tous droits réservés
Une réalisation de