Menu

Je ne suis pas ton amie

Personnes connectées

L’autre jour, une vieille connaissance du secondaire m’a ajoutée sur Facebook. Comme ça faisait minimum dix ans qu’on ne s’était pas parlé et que, même à l’époque, je n’aurais pas pu le qualifier d’ami, je ne voyais pas trop l’intérêt de l’ajouter, mais hé! Facebook étant Facebook… Bref, on est devenus « amis ». Peu de temps après, il m’a écrit un message privé pour prendre de mes nouvelles. Perdue dans le tourbillon de mes tâches au travail, je n’ai pas pensé lui réécrire et je lui ai finalement répondu deux jours plus tard… Suite à mon message tardif, il m’a fait comprendre qu’il n’appréciait pas ce retard, alors qu’il ne faisait que prendre de mes nouvelles. Sur le coup, je me suis sentie mal…, mais la culpabilité a duré cinq secondes, jusqu’à ce que j’aie cette conversation avec moi-même :

Devil in me. – T’es ben pas fine! Il prenait juste de tes nouvelles… T’aurais pu prendre deux minutes de ton temps pour lui répondre avant!

Moi. ­­– Minute, Devil in me! Je ne dois absolument rien à ce gars-là, qui d’ailleurs aurait pu prendre de mes nouvelles dix ans plus tôt si notre relation était si importante, et à qui, bien franchement, je n’ai rien à dire!

Le clapet du devil s’est fermé ben serré, pis je ne me suis pas excusée. Cette histoire-là m’a par contre rappelé à quel point on est maintenant tellement submergés par dix milles moyens de communication (textos, téléphone, courriels, en personne, alouette!), et qu’on a parfois de la difficulté à respirer et à « prioriser ». Au final, y’a vraiment rien de si urgent et de si important! Et surtout, interagir avec tout le monde n’est pas un devoir! Plus je vieillis, plus c’est vrai.

Je reste une personne respectueuse et remplie de compassion, mais je comprends également que je n’ai pas – ou plus – l’énergie pour entretenir toutes les interactions qui viennent sur mon chemin. Si je le faisais, je le ferais pour quoi de toute façon? Pour plaire à tout le monde!? Du même coup, je me perdrais et ça, ce serait malhonnête.

Je réalise que « prioriser » les amitiés, les connaissances, les conversations, les courriels, les messages, c’est aussi s’écouter et garder son énergie pour entretenir des relations vraies. Et être une personne vraie, je trouve ça pas mal cool!

Cela dit, je m’engage à être cordiale avec toi, même si t’es pas mon ami(e)! Pis c’est ben correct comme ça!

P.-S. Un autre article qui pourrait t’intéresser ICI.

Emiliehamonrond

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

© La Fabrique Crépue. 2022. Tous droits réservés
Conception de site web - Effet Monstre