Menu

Me choisir moi-même : mes choix, mon avenir, ma vie

se choisir

J’étais la fille qui disait rarement non. J’étais la fille qui rendait service sans arrêt. J’étais la fille qui organisait tout plein d’évènements avec ses amies. J’étais la fille qui recevait toujours pour souper. J’étais la fille qui prenait soin de son monde. J’étais la fille qui était organisée à cent milles à l’heure. J’étais la fille prévenante. J’étais la fille qui ne pensait pas à elle. J’étais la fille triste en dedans. J’étais la fille qui ne s’arrêtait jamais. J’étais la fille qui s’empêchait de faire ce qu’elle aimait. J’étais la fille remplie de secrets. J’étais la fille qui avait peur du jugement. J’étais la fille qui souffrait en silence. J’étais la fille qui mettait de l’énergie sur son groupe social et jamais sur elle. J’étais cette fille!

Je ne peux pas pointer le moment exact où j’ai craqué. Ce que je sais, c’est que j’avais besoin d’un break. Ce break, et bien, je le vis encore, mais j’ai repris le contrôle de ma vie, je ne me gêne plus pour dire non ou pour montrer mon doigt du milieu si ça passe mal! J’ai décidé que ma priorité, c’était moi-même, et pas les autres autour. Oui, j’ai de super amis, une superbe famille, un beau-fils extraordinaire et un chum formidable, mais c’est en me mettant en premier sur la liste que ceux qui suivent ont le meilleur de moi-même. J’écoutais tellement les discours de tout le monde que j’acceptais presque volontairement de me laisser influencer sur les décisions concernant ma vie et mon avenir. Je n’avais plus le contrôle de moi-même parce que j’avais enfoui ma personne très loin pour m’occuper de tout le reste!

Ma transformation n’est pas terminée, mais je suis super fière du chemin que j’ai fait. J’ai décidé de prendre au sérieux mes passions, même si certaines personnes me disaient que je gaspillais de l’argent et du temps dans quelque chose qui n’allait pas m’aider à bâtir mon avenir. À ces personnes, je dis que mes choix m’appartiennent et que je suis plus heureuse que jamais grâce à mes passions : l’écriture, la vidéo, la photo, le showbiz. Non, je ne fais pas d’argent, mais le bien-être que ça m’apporte m’offre du bonheur. Oui oui, j’ai bien dit « du bonheur », c’est ce que tout le monde devrait obtenir quand il fait quelque chose pour lui-même. J’aime toujours rendre service aux gens et m’investir dans mille et un projets, mais la différence aujourd’hui c’est que je me suis choisie moi. J’ai le contrôle de mes choix : c’est ma vie et mon avenir, et je ne laisserai plus personne me rabaisser et me faire sentir mal de penser à moi. J’ai une vie remplie, oui, mais c’est moi qui ai décidé de la vivre ainsi. À 28 ans, je crois avoir le droit de faire des choses qui me rendent heureuse en compagnie des gens avec qui j’ai envie de partager ces moments-là. Je n’écoute plus les gens qui me reprochent d’être trop occupée et de ne pas avoir assez de disponibilités pour eux. Au lieu de me reprocher de penser à moi, pourquoi ne me demandent-ils pas tout simplement « Tu es dispo la semaine prochaine pour un souper? Je m’ennuie et j’aimerais te voir. » Il me semble que c’est tellement plus simple. Je les ai peut-être habitués à la fille toujours disponible et toujours serviable, j’assume une partie des responsabilités. Mais il faut tourner la page, je n’ai commis aucun crime! De plus, tout le monde devrait vivre pour soi-même avant tout! Les reproches qui ont un lien avec mes choix et ma manière de vivre ont droit à un doigt du milieu (et j’en abuse, littéralement).

Maintenant, je suis la fille qui sourit. Je suis la fille qui dit non, quelques fois. Je suis la fille qui réalise ses rêves. Je suis la fille qui sort au restaurant avec ses amis de temps en temps. Je suis la fille qui aime sa famille et en prend soin. Je suis la fille qui écrit pendant des heures. Je suis la fille qui couvre des évènements des fois 3 soirs dans une semaine. Je suis la fille chanceuse qui côtoie des artistes incroyables. Je suis la fille qui peut s’exprimer publiquement grâce à La Fabrique Crépue. Je suis la fille qui s’aime. Je suis la fille qui a un chum merveilleux qui l’appuie dans ses décisions. Je suis la fille qui a décidé d’écouter son moi intérieur. Je suis la fille qui utilise souvent son doigt du milieu. Je suis la fille qui a le contrôle sur sa vie, ses choix et son avenir. Et je suis la fille qui te dit à toi que, oui, toi aussi tu as le droit de te choisir toi!

heureux

Ne laisse personne t’imposer quoi que ce soit, ne laisse personne tenter de changer qui tu es et comment tu penses. Dans chaque décision importante à prendre, tu dois penser à toi, à tes valeurs et à tes désirs. Se choisir soi, c’est selon moi la chose la plus importante que tu peux faire pour toi-même. Que tu sois célibataire, mariée, maman ou même une adolescente de 16 ans, se choisir soi avant tout le reste c’est primordial. L’important, c’est de s’accorder la priorité parce que, qui est mieux placé pour prendre nos décisions pour notre vie et notre avenir que nous-mêmes? Alors, fille, prends tes jambes et vis ta vie en fonction de toi et toi seule! Regarde devant toi et fonce!

KarineCaronBenoitrondAnneMarie

9 thoughts on “Me choisir moi-même : mes choix, mon avenir, ma vie

  1. Quel point de vue égoïste effectivement il faut vivre pour soi penser à soi mais pas besoin de nier tout le monde le juste milieu est la, j ai 23 ans je suis une fille je suis parti à l autre bout du monde seule, je l ai fais pour moi après on ne vit jamais seule et il faut pouvoir penser au autre aussi, car simplement on est pas seule sur terre. Je n aime pas se genre d article qui renforce la société individualiste dans laquelle on grandit, la compassion la générosité sont des valeurs perdue à cause de discours de ce type et si les gens voyagent seulement pour eux et en ne pensant qu à eux nous allons évoluent dans un monde d égoïste égocentrique, les hommes nous force à penser comme eux comme ça, je pense que la force des femmes résidents dans leur sensibilité à justement prendre en compte l avis des autres et cela ne signifie pas ne pas faire ce que l’on souhaite vraiment mais juste être attentive au monde qui nous entoure car nous ne sommes jamais seule!

    • Je crois que commencer à penser à soi quand tu ne l’as jamais fait avant est honorable et mérite d’être dit. Le but n’est pas d’encourager l’individualisme, mais bien de prendre le temps de se connaître, de se respecter et surtout de mettre ses limites. Dire non quand tu as toujours dit oui c’est quelque chose!

      • Oui je suis d’accord avec toi! Il faut passer par soi-même en premier pour pouvoir aimer – aider – être disponible pour les autres. Si nous ne sommes pas bien avec nous-même, nous ne pouvons pas être à 100% bien avec l’autrui. Cela n’a aucun de rapport avec l’individualisme!!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

© La Fabrique Crépue. 2019. Tous droits réservés
Une réalisation de