Menu

Des sorcières féministes

Witch and bitch

Baba Yaga qui hante la forêt, Maléfique, enfermée dans son château, Lestrange, en prison; TOU-TES des SOR-CI-ÈRES! Effrayantes, marginalisées, des femmes de power – magiques et maîtresses d’elles-mêmes – qui vivent sans rien demander à personne, sinon à leurs deux sœurs qui « bitchent » Macbeth. Le personnage de la sorcière est fascinant parce qu’il représente des femmes fortes, dans des univers où coule sur de longues épées, le sang du patriarcat.

game of thrones femme rouge

Image tirée de Game of Thrones, Saison 5

the lord of the ring femme

Image tirée de The Lord of the Rings: The Fellowship of the ring, 2001

les chroniques de Narnia femme

Image tirée de The Chronicles of Narnia : The lion, the witch and the wardrobe, 2005

La sorcière fascine par son étrangeté et son charisme hors de l’ordinaire. On n’a qu’à penser à la fameuse Mélisandre, de la populaire série télévisée Game of Thrones, qui semble assez à l’aise avec la nudité sabbatique et avec les monstres de fumée qui lui sortent du « vag ». N’empêche, elle est forte (pis sans vouloir « spoiler ») je pense qu’on peut dire qu’elle est un personnage clef de la prochaine saison… #Résurrection. Y’a aussi Galadriel, la reine elfe de The Lord of the Rings, qui est pas mal la seule « dudette » qui détient un anneau de pouvoir (lire avec un ton épique). Ces sorcières s’en sortent grâce à leurs pouvoirs qui les rendent invincibles vis-à-vis des « dudes » à cheval, mais surtout parce qu’elles sont utiles et pas tout à fait « méchantes-méchantes », plus « méchantes correctes ».

Dans les histoires où elles représentent des femmes souvent moins « au sommet de leur art », genre sorcières débutantes à demi-avancées, malheureusement, elles finissent souvent en méchoui, bannies vers des horizons lointains ou ben juste oubliées. Comme quoi, la femme qui a du pouvoir peut le perdre ben facile, t’sais Marois style

merlin sorcière

Image tirée de Merlin, 1998

méchantes sorcières

Source

sorcières

Image tirée de Hocus Pocus, 1993

J’écoutais récemment le mini-documentaire The Witching Hour : A video essay de Pam Grossman, qui trace un historique de l’utilisation de la figure de la sorcière au cinéma. Elle y cite de nombreux films qui ont façonné mon enfance et ma vision fantasmée de la sorcière, tout en construisant une critique féministe du phénomène :

Witches are endlessly fascinating because they reflect our ambivalent, complicated feelings about women with power. They can invoke the divine feminine while looking sexy as hell, or they can be dark goddesses themselves. […] Witches are alternately terrifying and destructive, or life-giving and light-bringing. They harm us, they heal us, they turn us on, they burn us up. They teach us to enforce our own personal boundaries, while remaining marginal—and magical—all the while.

De la sexy witch à la vieille croûtée dans le fin fond d’un cabanon, il faut avouer que c’est une figure féminine d’affranchissement. En littérature, en cinéma, en peinture, elle est représentative du pouvoir au féminin.

Son influence explique certainement sa réutilisation dans la lutte féministe, entre autres avec; le First New Intergalactic Wickedary of the English Language, publié en 1987 par la controversée Mary Daly, féministe radicale américaine, dans lequel elle propose d’exorciser les mots pour les libérer de leur connotation péjorative, comme hag (vieille sorcière), witch (sorcière) et lunatic (cinglée). Le périodique artistique français Sorcières, créé en 1976 par Xavière Gauthier, est un autre exemple; ou encore La Corriveau, blogue québécois pas mal funny‑irrévérencieux-cool.

T’sais. J’me sens sorcière quand même pas mal dans la vie de tous les jours. Des fois c’est l’fun, des fois c’est lourd. Mais j’me réconforte en lisant ma louve (aka Virginia Woolf, Une chambre à soi, 1929) qui a écrit : « […] que n’importe quelle femme, née au seizième siècle et magnifiquement douée, serait devenue folle, se serait tuée ou aurait terminé ses jours dans quelque chaumière éloignée de tout village, mi-sorcière, mi‑magicienne, objet de crainte et de dérision ».

witches

Image tirée de Witches, 1990

sorcière

Image tirée de The Wizard of Oz, 1939

sorcière balai

Albert-Joseph Pénot, Départ pour le Sabbat, 1910

ArianeLessardAliceArsenaultrond

One thought on “Des sorcières féministes

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

© La Fabrique Crépue. 2020. Tous droits réservés
Une réalisation de