Menu

The Seasons de mon cœur

Laisser l’été avoir 15 ans…

En tout cas, si mon été a pas été celui de mes 15 ans, je pourrais changer ces paroles-là par « laisser le vendredi soir avoir 15 ans »… Y’a deux semaines, je suis allée à la salle de spectacles de Gaspé pour voir The Seasons. Je t’avoue que je connaissais pas vraiment le groupe, sauf que là, je dois absolument t’en parler, juste parce que, pendant une soirée, j’ai eu l’impression de retrouver ma puberté et la très grande exubérance qui venait avec (pour ma part).

Premièrement, les gars avaient rien dit que je capotais déjà. C’est simple, j’avais l’impression d’être face à Frank Zappa (en blond), Bob Dylan, Jack White pis un des frères Hanson. Entrée sur scène et première impression réussies.

 The Seasons

Source

Les premiers accords ont suivi pas longtemps après. Et là, j’ai pas pu faire autrement qu’être impressionnée par la maturité de leur son. Un son indie-pop duquel se dégagent des influences de la pop britannique des années 60. J’ai pas été surprise de lire sur le site web que les gars ont beaucoup écouté les Beatles, Bob Dylan ou encore Simon and Garfunkel dans leur vie…

logique

Source

Mais la beauté de leur musique est qu’elle a semblé plaire à tous ceux qui étaient dans la salle. Et laissez-moi vous dire que le public était pas mal hétéroclite. Des femmes dans la quarantaine qui sortaient entre filles ce soir-là, un couple de sexagénaires qui voulait revivre un peu sa jeunesse, des jeunes ados qui frétillaient sur leurs chaises…

Perso, j’ai passé une « saprée » belle soirée. Je sais pas pour toi, mais j’ai habituellement cette maladie qui veut que le moindrement qu’un spectacle est trop long ou un peu ennuyant, je me mets à avoir la bougeotte et à perdre l’attention. Eh bien, c’est loin de m’être arrivé ce vendredi soir-là. Ça m’est pas arrivé parce que les membres du groupe avaient du plaisir à être sur scène et ont su nous le transmettre. Ça m’est pas arrivé parce que la musique et le spectacle étaient rodés, mais pas trop, de façon à aussi laisser place à une belle spontanéité. Ça m’est pas arrivé parce The Seasons sont des musiciens talentueux qui, clairement, ont le sens de la mélodie et présentent un produit des plus professionnels. Ça m’est pas arrivé parce que les gars ont le sens du spectacle. Point.

Ce soir, 20 h, c’est l’ADISQ 2015 : le premier gala – je pouvais-tu être plus d’adon? –  et les gars sont en nomination dans la catégorie « Artiste québécois de l’année s’étant le plus illustré hors Québec ». C’est qu’ils ont passé une bonne partie de l’année sur les routes du Canada, du Québec, ou encore en France et en Belgique.

Gagneront, gagneront pas, merci à The Seasons pour l’excellent spectacle et l’album Pulp, mais surtout pour votre musique qui fait simplement et assurément du bien. Ça peut sembler banal, mais je pense que ça fait partie de l’essence même de la musique.

EmiliehamonrondAliceArsenaultrond

Source photo de couverture

One thought on “The Seasons de mon cœur

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

© La Fabrique Crépue. 2020. Tous droits réservés
Une réalisation de