Menu

Le jour où j’ai accouché de ma libido

Il y a 9 ans, j’ai mis au monde un ti-homme de 4 lb et 15 oz. J’ai accouché rapidement et presque sans douleur d’un mini-bébé prématuré qui est aujourd’hui costaud et top shape.

J’ai pas juste accouché d’un ti-paquet tout mignon à aimer de façon inconditionnelle.

Non…

J’ai aussi accouché de ma libido.

Je ne sais pas combien elle pesait, ça, je m’en sacre, mais ça pèse lourd.

Pis je sais qu’en ce jour d’août, je suis devenue une autre femme : une femme beaucoup moins chaude qu’avant, une femme qui semble toujours avoir mieux à faire que faire l’amour.

La cochonne en moi a pris un aller simple pour Luxure Land, et elle est jamais revenue par chez nous la petite maudite.

Bon, je viens-tu vraiment d’avouer ça live dans ce texte-là et de briser l’image de séductrice que je pouvais peut-être dégager aux yeux de certains? Ça ben l’air que oui…

Faque c’est ça. J’ai pu de libido.

Presque plus en tout cas. Parfois, elle daigne se montrer le bout du nez, après que j’ai eu une conversation ben intense avec mon cerveau pis que mon corps a décidé de suivre la vibe que mon chum a commencée.

Mais ça n’arrive pas souvent, pas mal moins souvent qu’avant.

Dans ma jeunesse, j’ai été assez dévergondée. J’ai tripé pas mal, et j’ai vécu pas mal d’expériences (désolée, vous n’en aurez pas le récit détaillé, y’a toujours ben des limites à être un livre ouvert avec vous, chers Crépus). J’ai été une fille assez ouverte et game, mais j’ai compris par la suite (lonnnnngtemps après mes conneries) que j’étais surtout une fille qui avait besoin d’affection et d’attention. Heureusement, j’ai évolué et, aujourd’hui, je suis heureuse que ces expériences soient derrière moi, même si je ne les regrette pas.

Depuis 9 ans, la séductrice en moi a fait place à la maman. La maman dévouée, fatiguée, motivée, épuisée, stressée, émerveillée, anxieuse… Tout un amalgame d’émotions qui fait que mes hormones ont aussi le tournis et se demandent dans quelle direction se pitcher.

Maintenant, j’ai des responsabilités d’adulte. Fini la période « Je-Me-Moi ». En plus de vouloir performer dans ma carrière et dans ma vie personnelle, je veux performer comme maman. Je veux donner le meilleur de moi-même dans tout, mais j’ai pu assez d’énergie pour en mettre autant dans ma vie sexuelle. On dirait qu’il y a toujours quelque chose de plus urgent à faire ou de moins fatigant à accomplir.

Fatigant faire l’amour?!?

Les hommes ne comprennent sans doute pas ce passage.

Mais oui, parfois, c’est fatigant en maudit mentalement de se mettre en « situation » afin d’accomplir l’acte sexuel. Tu dois te mettre belle et sexy. Tu dois allumer ton regard lubrique. Tu dois faire l’effort de ne pas être égoïste et faire plaisir à ton homme. Tu dois avoir l’air d’y mettre du cœur à l’ouvrage. Tu dois être sensuelle et ouverte à intégrer un peu de piquant et à ne pas toujours offrir les 2-3 mêmes positions. C’est de la job ça, quand tout ce que tu veux c’est t’écraser sur le sofa en linge mou avec un sac de chips pis un drink.

femme mange crème glacée

D’ailleurs, je ne peux passer à côté de l’occasion de faire une parenthèse ici pour parler de 50 nuances de Grey. Bien que j’aie dévoré les trois tomes, ça a-tu pas d’allure cette histoire-là? C’est complètement irréaliste selon moi. Impossible d’atteindre l’orgasme à CHAQUE acte, voyons donc… Surtout quand t’étais vierge avant de rencontrer le gars sado-maso. Come on! Et puis, quel homme pourrait bien rivaliser avec Christian après avoir lu ça? Bref, j’ai vu le film. J’ai eu un petit émoi. J’ai sauté sur mon homme au retour du cinéma, mais ça s’est arrêté là… J’ai pas pour autant retrouvé ma libido.

i dont give a shit

On estime à près de 40 % les femmes qui éprouvent des troubles sexuels. Dans mon cas, c’est un trouble du désir sexuel hypoactif qui désigne un manque d’intérêt sexuel. Ouin, c’est ben beau, mais je fais quoi avec ça? J’attends que ça passe? Je fake pour les 25 prochaines années? Je prends des hormones? Je pars avec mon pack sack à la recherche de ma libido? J’essaie de convaincre mon homme que le sexe est surestimé pis que c’est pas si nécessaire?

J’ai pas la solution encore.

Mais je la cherche…

Quelque part entre Luxure Land et Mom’s Town.

Pis je vais la trouver, inquiète-toi pas chéri.

couple lit

jennifermartinrondjoanieboutinrond

2 thoughts on “Le jour où j’ai accouché de ma libido

  1. T es drole Jen !!! Mais je dois te confirmer que ca existe des femmes qui ont des orgasmes a chaque histoire de lit (meme plus qu un) . C rare mais bon 😉 !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

© La Fabrique Crépue. 2020. Tous droits réservés
Conception de site web - Effet Monstre