Menu

Mon premier Noël loin de mes proches

Il y a de cela pas très longtemps, c’est-à-dire au printemps dernier, je n’avais aucune peine à l’idée de célébrer mon Noël 2015 loin de mes proches. Pour moi, Noël était devenu insignifiant. Une fête rendue beaucoup trop commerciale et matérialiste à mon goût. Ça faisait déjà un petit moment que je n’y prenais plus trop plaisir (désolée maman!). J’avais l’impression que les gens se forçaient pour me faire des cadeaux, et vice versa. Je devais économiser durant 2 mois pour faire des cadeaux à mes proches, et, en retour, eux m’offraient des choses que j’avais demandées mais dont j’aurais très bien pu me passer ou en faire l’achat moi-même. Tu vois la game ? Je suis plate, hein, mais je voyais ça de cette manière-là. Les chansons de Noël à la job m’agressaient. Je ne trouvais plus ça cute pantoute, un Noël blanc. J’avais juste ben hâte au Boxing Day, pour aller flamber ce qu’il me restait de place sur ma carte de crédit. Honte à moi, oui. Définitivement, j’étais devenue le Grinch.

C’est donc avec mes cliques et mes claques (et mon chum) que je suis déménagée à l’autre bout du pays pour aller améliorer mon anglais et vivre mon rêve d’habiter sur la côte ouest. Avec 50 h de voiture ou 6 h d’avion, il y avait très peu de chances que je sois de retour pour Noël, étant donné le prix des billets d’avion Vancouver-Québec en cette période, et aussi le fait que je travaille dans le commerce au détail (c’est LE pire moment de l’année pour prendre des vacances.) J’ai donc avalé plutôt facilement, au départ, l’idée de passer un Noël sans ceux qui me sont chers. Jusque là, tout allait bien.

noel loin de sa familleSource

Habiter loin de ses proches est à mon avis le meilleur moyen pour se rendre compte d’à quel point ils sont importants pour nous. Chaque jour, ils me manquent un peu plus. Skype et Facetime, c’est bien beau, mais ça ne remplacera jamais le fait de partager le moment présent avec eux. J’ai réalisé que les cadeaux, ce n’est pas la fin du monde si tu n’en donnes pas. Je pense que de m’enlever cette pression m’a fait du bien. J’ai réalisé que je n’ai pas serré assez fort mes parents dans mes bras, avant de partir. J’ai réalisé que je n’ai pas assez profité de chaque instant quand j’étais avec les gens que j’aime, trop absorbée à regarder mon cellulaire. Et je pense que d’être capable de saisir ça, c’est une chose, mais de le mettre en pratique, c’en est une autre. Je me suis donc promis que nos prochains moments ensemble seront savourés à chaque instant. Peu à peu, la magie de Noël reprend un peu le dessus sur moi. Je me suis surprise de m’émerveiller devant le gigantesque sapin de Noël à ma station de skytrain. Je me suis aussi surprise à chantonner Jingle Bell entre deux clients. J’étais consciente que ce Noël sera bien particulier des autres, car en plus de travailler le 24-25-26 décembre (misère!), je ne partagerai pas les moments de famille. Il n’y a pas à dire, Noël est le moment de prédilection pour être avec ceux qu’on aime. Je suis consciente que ce n’est pas juste à Noël qu’on doit les voir, mais disons que c’est un moment propice pour le faire.

J’ai réalisé que le temps des Fêtes passé loin de ma famille et mes amis, ce n’est pas pareil, mais en même temps, ça m’a fait du bien. Ça m’a fait réaliser qu’ils sont bien plus importants que les cadeaux. Le matériel disparait au fil des ans, mais les souvenirs restent. C’est donc assise sur mon divan, à 4 785 km de ceux que j’aime, que je pense à eux. Et que j’espère qu’ils en font autant en pensant à moi.

Tu peux continuer de croire que Noël est une fête super commerciale qui n’existe que pour faire rouler l’économie, mais tu peux aussi changer ta manière de voir les choses et te dire que Noël est le parfait moment pour passer du temps avec tous ceux que tu aimes. Tu peux continuer de te lever chaque matin en te disant que la vie c’est de la merde, mais tu peux aussi te lever en te disant que ça va être une belle journée, et que quelque part dans le monde, des gens tiennent à toi. Je ne sais pas ce que l’avenir me réserve. Je ne sais pas où je serai à mon Noël 2016. Je sais par contre que je suis contente de vivre cette expérience, d’habiter ici, parce que ça m’aura permis de grandir et de savoir profiter davantage, à l’avenir, des moments précieux passés avec mes proches – des plus beaux moments à jamais.

Joyeux Noël à tous, mais plus particulièrement à tous ceux que j’aime, parce que vous me manquez énormément.

stephaniebourassarondcatherine-jodoin

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

© La Fabrique Crépue. 2019. Tous droits réservés
Une réalisation de