Menu

J’aimerais ça qu’on se dise les vraies choses

Quand je pense à nous, je pense à une scène de vieux western dans laquelle les cowboys sont face à face, prêts à dégainer au moindre geste, à la moindre parole qui va les faire sursauter. On peut rester longtemps face à face, comme ça. Le hic, c’est que j’ai décidé de jeter mes armes. Pis v’là un petit mot pour te faire jeter les tiennes.

Si on en est venus là, c’est parce qu’on était fâchés, déçus, qu’on se sentait impuissants, coupables, ou même honteux. Sauf qu’avant tout ça, y a eu une souffrance qui a pas été exprimée. Des choses qui se sont accumulées.

C’est dur de comprendre une autre personne. Du moins, ça demande un effort. Parce qu’on n’a pas nécessairement vécu la même chose. Mais on a tous souffert. Je baisse mes armes parce que plus ça va, plus je suis persuadée que la seule solution, c’est de parler. C’est de prendre son courage à deux mains, de dépasser la peur d’être jugé ou rejeté, et de se confier nos peurs. Crois-moi, ça me fout la chienne de faire ça, parce que ça veut dire que je me rends vulnérable. Pis tu le sais bien que de nos jours, être vulnérable est associé à de la faiblesse. Sauf que j’ai envie de casser ça.

Je sais, cette peur-là, tu vas la comprendre. Je sais que si tu gardes tes peurs pour toi, ou que si tu me dis pas toujours ce qui va pas, c’est parce que t’as pas toujours été bien reçu, pis qu’il y a quelqu’un, quelque part, qui t’a fait sentir comme si t’étais pas normal de vivre ce que tu vivais.

J’aimerais ça que tu me dises à quel point ces gens-là t’ont fait de la peine.

J’aimerais ça que tu me dises que tu me dis pas toujours les vraies choses parce que t’as peur que je te juge ou que je te rejette.

J’aimerais ça que tu me dises que t’as déjà fait des erreurs, que tu t’es déjà senti pas à la hauteur.

J’aimerais ça que tu me racontes quelques-uns de ces faux pas là, pis que tu me dises que t’as appris.

J’aimerais ça que tu baisses tes gardes, que tu jettes tes armes. Je suis prête à t’accueillir à bras ouverts. Ça va faire ben moins mal qu’un tir de gun. Pis ça va faire deux solitudes de moins.

Source photo de couverture

EmiliehamonrondAliceArsenaultrond

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

© La Fabrique Crépue. 2020. Tous droits réservés
Conception de site web - Effet Monstre