Menu

Être une meilleure personne, c’est pas si facile!

Il y a quelques mois, alors que je rageais dans une file d’attente, j’ai pris la décision de devenir une meilleure personne. Plus gentille, plus à l’écoute, plus patiente, plus ouverte aux autres… Tout cela ne pouvait que me faire du bien et me rendre de meilleure humeur. Après avoir lu quelques livres de psycho-pop, il était temps que je passe en mode pratique. L’univers m’avait entendue et quand l’osti de bonhomme le monsieur à la retraite m’a dépassé, j’ai pris une grande respiration et je me suis dit qu’il devait être pressé et  incapable de faire ses osties de commissions la semaine, quand le monde travaille.

Moi : 1. Univers : 0.

Me voilà donc partie pour la gloire, avec mon empathie et ma compréhension sous le bras. Qu’on se comprenne, je n’ai jamais été une mauvaise personne, mais comme tout le monde, j’ai de légers écarts. Un brin de jugement par-ci, un peu de désintérêt par-là, une pointe d’exaspération… Bref, rien de majeur, mais rien d’agréable non plus, surtout au quotidien. Mais, le hic avec le fait de vouloir être une meilleure personne, c’est que les autres n’ont pas nécessairement reçu le même appel au même moment. La dame qui vole mon stationnement alors que j’attends avec mon clignotant, le monsieur qui me dépasse lorsque vient le moment d’entrer dans l’autobus, le gars qui texte au cinéma…

Univers : 564. Moi : 124.

Je dois avouer que c’est un exercice plus difficile qu’on pense de ne pas être négatif et de faire preuve de zénitude, surtout quand on considère le civisme comme un des principes de base de la vie en société ou qu’on a tendance à pogner les nerfs après les animateurs de radio au lieu de changer de poste.

Irrating people

Source

Mon ouverture et ma sensibilité ont rapidement été mises à rudes preuves et ont carrément pris le bord lors de certaines situations, surtout celles confrontant mes valeurs. J’ai eu du mal à balancer ma volonté de comprendre l’autre, mon jugement facile et mon désir de changer le monde. Je n’ai aucun problème à discuter d’un sujet controversé, mais je me suis vite rendu compte que j’ai besoin de matière pour comprendre, d’arguments pour faire avancer ou diverger ma pensée. Alors, quand on me dit ne pas voter pour écouter Unité 9, je bogue. Oui, ça a le mérite d’être honnête, mais pas nécessairement d’être intellectuellement réfléchi, à mon point de vue.

Je ne suis peut-être pas encore la meilleure personne que je voudrais être, mais j’apprends à prendre mon gaz égal, à mettre mes énergies aux bonnes places et à argumenter quand l’autre partie peut faire cheminer ou diverger ma pensée. J’équilibre tranquillement mon côté révolutionnaire et mon envie de devenir sereine. Un hybride entre Che Guevara et Boudha. Anyway, les attitudes que je peux réellement changer sont les miennes, et j’y travaille, pas à temps plein, mais quand même.

La tâche n’est pas terminée, et j’imagine que c’est un travail en continu, mais j’ai bon espoir que 2016 me permettra de faire un autre bout de chemin.

Namasté, les Crépues!

namasté : bonne personne

Source

popupelisetetreaultrond

Par Josianne Vignola

Photo de couverture 1 : source

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

© La Fabrique Crépue. 2019. Tous droits réservés
Une réalisation de