Menu

La décision

On fait comment pour prendre une bonne décision?

7 h 56

Ouin, il faudrait bien que je me lève. Mais dans le fond, je suis confortable dans mon demi-sommeil. Il me tient un peu à l’écart des problèmes que je dois gérer dans la vraie vie. Ça me donne un petit break, t’sais.

Sauf que l’affaire, c’est que la vie, elle, ne te donne pas de « petit break ». Aussi bien faire avec. Je me fais deux toasts et je les mâche assise sur mon divan, le regard dans le vide.

Ça fait une semaine que j’ai recommencé, pis ça va pas. C’est fou comme 4 jours peuvent te faire freaker et tout remettre en question. Là j’ai le choix de ne rien faire et de m’endurer ou ben de faire quelque chose.

J’ai une décision à prendre. Chaque jour, j’en ai à prendre, mais certaines ont beaucoup plus de poids que d’autres. Je fais le choix de me coucher passé minuit, le choix de manger plus santé. Oui, ces décisions ont un impact, mais il est moindre sur le déroulement de mon quotidien.

Arrêter de faire son occupation principale pour plus de 6 mois, c’est un pensez-y-bien.

Là, j’ai jusqu’à demain pour me décider. Les deadlines me clignotent dans tête. J’arrête ou je continue, malgré le fait que ça risque de mal se terminer? Je le sais pas.

Mais plus les heures passent, plus je le sais.

Ça mijote là-dedans sur tout un temps.

La question qui revient tout le temps : « J’vais-tu être heureuse? »

J’ai l’impression que quand vient le temps de décider, il faut pas être trop dur avec soi-même. Vaudra toujours mieux avoir essayé et s’être planté (ou pas) que n’avoir rien risqué. Il faut souvent que je me souvienne de ne pas me blâmer pour m’être trompée.

Quand je prends une décision, je le fais toujours au meilleur de mes connaissances sur la situation actuelle. C’est certain que 2 mois plus tard, ça se peut que je me dise qu’avoir su, j’aurais dont pas fait ça! Mais c’est sûr, quand t’as accumulé 60 jours de nouvelles informations!

J’ai pesé le pour, j’ai pesé le contre, j’y ai pensé jour et nuit, j’ai reviré la situation dans tous les sens possibles et imaginables. Mais la seule option possible finalement, c’est la prise de risque. C’est ça d’un bord ou de l’autre.

Je vais prendre cette décision, pour moi. Je vais prendre l’option qui me fera le plus plaisir, pis on verra ben ce que ça donne.

C’est épeurant, c’est engageant et il n’y a pas de retour possible, mais ça vaut la peine, je suis pas mal certaine.

Finalement, l’important, c’est d’assumer ses choix. Une fois qu’on a pris notre décision, il faut la tenir jusqu’au bout et voir où ça nous mène. Je suis libre de pouvoir choisir, aussi bien en être heureuse et utiliser cette liberté!

2016, tu me commences ça raide, mais je suis prête.

plan A ou plan B

Par Noémie Ouellet (POP-UP)

popupelisetetreaultrond

Image de couvertue : source

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

© La Fabrique Crépue. 2019. Tous droits réservés
Une réalisation de