Menu

Je texte au volant

Tirez-moi des roches sur la place publique parce que je le mérite. Depuis quelques années déjà que je me promène en voiture et que je ne peux retenir la pulsion de répondre à un texto ainsi que d’en écrire un qui me passe par la tête de peur de l’oublier. Et, depuis quelque temps, je ne peux pas m’empêcher de m’étirer le bras dans ma sacoche pour saisir mon cell et consulter mon Facebook à une lumière rouge, quand la mamie avant moi sur le chemin roule à 40 km/h et quand j’suis dans un bouchon. Parfois, j’entends ma mère me chicaner dans ma tête et, malgré ce retentissant avertissement, j’outrepasse les consignes…

Faut dire qu’en voiture, j’ai le pied lourd et la patience réduite. Il est aussi à noter que j’ai été épargnée plus qu’à mon tour de payer pour mes péchés. Jamais une infraction, jamais de contraventions. Pour ce qui est des cellulaires en main pendant la conduite c’est 80-100$ et 4 points d’inaptitude : j’aurais certainement fait faillite et j’aurais pu de permis…ce que j’aurais mérité.

Ça va si loin que je texte même quand j’ai quelqu’un à côté de moi dans l’char, quand j’ai 3 minutes d’auto à faire pour aller à l’épicerie, quand je viens de voir quelqu’un et que j’pense à lui dire quelque chose de plus. J’consulte Instagram sur l’autoroute parce que la route est longue, j’fais des selfies dans l’char en roulant après avoir été chez la coiffeuse, je « snapchat » combien la route est dangereusement enneigée sur l’autoroute Henri-IV… Eille, sérieux, j’suis vraiment folle, là… J’m’haïs de faire ça.

Fait que, j’ai décidé de me châtier moi-même en avouant mon délit à vous tous. Parce que ça fait déjà trop longtemps que je laisse ma perversion m’entraîner vers des possibles accidents. Et comme je ne pourrai jamais me pardonner de renverser un jeune qui joue dans ma rue, de me ramasser en chaise roulante au département des traumatisés crâniens, de faire un face-à-face avec un sweet papi ou simplement de briser l’cul du char avant moi, j’ai décidé que c’était assez. Y’a déjà eu en masse d’exemples concrets aux nouvelles pour que j’me responsabilise enfin.

Puis, j’ai trouvé ceci : « Texter en conduisant augmente le risque d’accident, puisque le conducteur quitte la route des yeux de 4 à 6 secondes. À une vitesse de 90 km/h, c’est comme traverser un terrain de football les yeux fermés. » Je le savais, mais je le savais pas à ce point là, que c’est terriblement dangereux.

textos au volant

Source

La Société de l’assurance automobile du Québec (SAAQ) a fait une étude sur le sujet en 2012, et c’est toujours aussi d’actualité (et choquant!) :

  • 99% des Québécois considèrent dangereux de texter en conduisant (on s’entend tous là-dessus)
  • 18% des conducteurs avouent qu’il leur arrive de texter au volant
  • 67% des conducteurs qui textent en voiture disent ne pas être capable de s’empêcher de lire un texto reçu
  • et 35% de ces gens-là ne pourront retenir l’envie d’y répondre.

C’est définitivement le moment de m’exorciser (pis toi aussi tant qu’à y’être!).

On se croit toujours en dehors de ça tant que ça nous arrive pas. Aujourd’hui, j’ai décidé de ne pas attendre que ça m’arrive. Parce que le film de Paul Arcand, Dérapages, m’a déroutée la première fois, m’a frappée de plein fouet à la deuxième écoute et m’a transformée hier, quand je l’ai réécouté. Si t’as pas vu ça, c’est primordial que tu le visionnes.

Par ailleurs, j’ai longtemps pensé que j’étais plus forte que moi-même. Que j’étais capable de me contrôler, mais le constat aujourd’hui, c’est que non, pas du tout. Alors j’ai consulté les interwebs pour m’assurer d’avoir quelques trucs en poche pour me maîtriser. Comme je suis une récidiviste, les conseils les plus drastiques seront ceux qui s’appliqueront le best à ma situation :

  • Pour ma part, j’applique désormais : laisser mon cell dans le coffre : c’est 100% certain que j’irai pas le rejoindre en sautant par-dessus les bancs à un stop.
  • Si j’ai le plaisir d’avoir un compagnon de route et que je reçois un texto, je peux bénéficier de sa présence pour me le lire et y répondre si c’est important.
  • Si je ne peux me retenir, j’vais me parquer dans un endroit autorisé et je vais consulter mon cell autant que j’veux, sans danger.
  • La possibilité d’éteindre mon cell lorsque je monte en voiture est toujours une bonne option.
  • Y’a même l’application mobile Mode conduite, de la SAAQ, qui permet de bloquer les appels et textos entrants en plus d’envoyer un message automatique expliquant que t’es en voiture, pour avoir l’esprit tranquille en route. Offert, pour Android, dans Google Play. Une application semblable est offerte dans Apple Store également (Drive Mode App).

Comme le dit la SAAQ, la dépendance à la technologie pose des risques importants pour la sécurité routière. Fait que pour s’encourager dans le sevrage, la réadaptation, puis la sobriété, je vous encourage à vous procurer l’autocollant ci-dessous qui est offert dans les centres de services de la SAAQ et les pharmacies Familiprix.

textos au volant

Source

C’est en gang qu’on va réussir à éviter des accidents. Pensez-y avant de commettre un geste grave.

SVP, empêchez-vous. Au volant, on ne texte pas.

P.-S. – Depuis que j’ai écrit ce texte pour vous dévoiler un côté honteux et sombre de moi, je n’ai pas écrit ni lu de texto dans ma voiture. J’en suis fière et je sais que t’es capable de reprendre le contrôle toi aussi.

 

sarahmillerrondemiliebeginrond

Sources :

Centre patronal de santé et sécurité du travail du Québec

SAAQ

CAA Québec

One thought on “Je texte au volant

  1. Okay l’application de la SAAQ c’est tellement une bonne idée, pourquoi je n’en avais jamais entendu parler? C’est super! Parce que c’est tellement tentant, des foia, de détourner le regard deux secondes pour lire un message reçu (la plupart du temps jamais assez important pour mettre notre vie en danger, tsé!)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

© La Fabrique Crépue. 2019. Tous droits réservés
Une réalisation de