Menu

Le showbizz : la passion, le cœur et la tête

Mon amour pour le showbizz date depuis des lunes! Je ne me souviens pas quand cela a commencé réellement, dès mon adolescence je scrutais mes revues Cool! et Filles. Mais c’est Herby Moreau qui m’a littéralement donné la piqûre et m’a fait réaliser que tout était possible si tu travailles très fort. Je me suis vite découragée de m’inscrire en journalisme ou en télévision au cégep, principalement à cause de mon malaise avec mes dents ainsi que pour mon écriture qui n’était pas au point ni assez mature à mon goût. Mais Herby me charmait et m’offrait tant de rêves, lui qui discutait sur les grands tapis rouges avec les plus grandes vedettes! Depuis, j’ai fait du chemin. Ma passion pour la photographie, l’écriture, le showbizz québécois et la télévision m’a poussée à saisir des opportunités que j’avais toujours cru impossibles. C’est là que j’ai débuté comme pigiste comme photographe pour quelques médias et que mon entrée dans le monde des artistes québécois s’est faite. Les tapis rouges, les lancements, je suis dans mon élément et j’aime ça, j’aime tellement ça que les mots manquent pour définir clairement ce que je ressens. Pouvoir discuter avec eux, faire des entrevues, sentir qu’on te fait confiance, tenter de dénicher des scoops, mais toujours dans le respect et dans l’intérêt de l’artiste : c’est tout simplement magique. Mon cercle social a changé, je côtoie des personnalités publiques et on me reconnaît quelques fois quand je suis derrière ma caméra. C’est une vraie passion, mais il faut travailler fort. Se tenir au courant, consommer beaucoup de télévision, l’actualité, etc. Mais pour moi c’est un plaisir qui ne me tanne pas et qui ne me semble pas être du travail.

herby moreau

J’ai parlé de lui plus haut, Herby Moreau n’est plus aussi présent dans notre télévision, mais il reste tout de même présent partout lorsqu’il y a un gala ou un grand événement. Il m’a appris beaucoup de choses et c’est de lui que ma confiance en mes capacités s’est développée. J’ai eu la chance de le rencontrer sur un événement et ma rencontre fut magique, c’était comme si j’avais bu 30 Redbull tellement l’énergie débordait de mon corps après. J’ai toujours rêvé secrètement d’être LA personne qui prendrait sa relève, mais ça, c’est mon rêve secret. Il a réussi de grandes choses qui pour certaines personnes semblent banales, mais pour moi et toutes les personnes souhaitant laisser leurs traces dans ce milieu, eh bien Herby Moreau c’est le summum du succès. Beaucoup de gens passionnés ont réussi à se faufiler et se rendre loin, je parle entre autres de Valérie Roberts. Cette fille je l’aime d’amour, que ce soit sur ses réseaux sociaux, à la télévision, à la radio ou en personne, elle est intègre et connaît sa job. Le showbizz fait littéralement partie intégrante de sa vie. Son corps, son âme, son cœur et sa tête sont ancrés dans ce milieu, c’est ce qui fait d’elle (selon moi) une bonne candidate pour être la nouvelle Herby Moreau du Québec.

Pour moi, travailler dans le showbizz nécessite du cœur et de la passion, sinon pourquoi faire ce métier? Je suis entourée de gens remplis de passion et de talents qui font leur possible pour faire leurs preuves et vivre de leurs passions. Malheureusement, la vie de pigiste c’est un peu comme du bénévolat, c’est rarement payant. Pour ma part je ne lâche pas prise, je sais au fond de moi qu’un jour j’arriverai au bout de tout ce travail. Pourquoi? Parce que selon moi quand tu mets du cœur et de la passion dans quelque chose d’important pour toi, tu ne peux que retirer du positif au bout du compte. J’en retire déjà, j’ai des souvenirs incroyables de moments que je n’oublierai jamais de ma vie.

red carpet

Aujourd’hui le showbizz est de plus en plus accessible. Sur quoi je me base? Sur ce que je vois. Je ne suis peut-être pas Julie Snyder, mais j’ai tout de même les deux pieds dedans. Les réseaux sociaux rendent les artistes accessibles, tout le monde peut suivre ses artistes favoris. Les événements comme les galas sont annoncés sur le web, tous les fans peuvent s’y rendre et tenter leur chance pour obtenir un selfie avec une de ses idoles. Il y a cet aspect oui, mais aujourd’hui un média c’est quoi? Un média, c’est un magazine, un site Internet, une institution, un blogue ou même une personne qui fait ses preuves et réussit à obtenir l’accès pour couvrir des petits événements à de gros galas. Le showbizz, c’est accessible dans toutes les sphères de la culture, même un blogue peut devenir tellement populaire qu’il reçoit la notoriété. Il ne suffit plus de sortir un album de musique ou de jouer dans un film à succès pour faire partie de l’univers du showbizz. Aujourd’hui, même une relationniste de presse peut devenir si populaire par son talent que sa boîte devient reconnue et fait parler dans les médias. YouTube est un autre bon exemple, on y trouve de nombreuses chaînes où l’on retrouve des personnes qui sont devenues très populaires. Les webséries propulsent de petites séries de 5 minutes l’épisode à des séries populaires de 30 minutes à la télévision (Jonathan Roberge en est un grand exemple avec Papa qui sera diffusée à TVA cet été). En gros, ce que mon texte exprime, c’est que le showbizz québécois est très différent de celui d’Hollywood. Je ne veux rien comparer, simplement dire qu’ici, nous sommes uniques. Il y a un respect incroyable entre les médias et les artistes ainsi qu’avec toutes les personnes exerçant un métier rattaché. Faire de la photo pour des médias ainsi que de couvrir des événements et des galas pour la Fabrique Crépue m’a permis d’apprendre plus sur cet univers que j’admirais et que j’aime connaître de plus en plus. Il faut de la patience pour s’y rendre, mais ce qu’il faut encore plus c’est du cœur, de la passion et une bonne tête.

30 janvier_Karine CB_Photo 3

Quand j’étais adolescente, il y a environ 15 ans, notre showbizz était principalement Flash à la télévision, la radio, les journaux et les magazines. Rien de très instantané ni d’accessible, mais la magie était déjà présente. Les technologies ont évolué, et les métiers également. Le petit monde est devenu gros et je dirais que depuis quelques années, moins de 5 ans, c’est devenu gigantesque. Le showbizz est presque partout dans nos vies. Pour certains cela veut dire des téléréalités, plus de choix de chanteurs et de chanteuses, plus de spectacles internationaux au Centre Bell ou à Québec, plus de festivals, plus de magazines web, plus de blogues parlant de culture, plus de séries télé, plus d’émissions québécoises à la télévision, plus de productions de films, etc. Mais pour les gens travaillant dans le showbizz, cela veut dire : plus d’emplois, plus de chances de faire ses preuves, plus d’événements à couvrir, plus de variétés, plus d’opportunités, etc. Mais encore là, je me base sur ce que je vois. Je suis consciente qu’on est dans une ère de coupures et la culture écope aussi, mais je ne veux pas embarquer dans ce sujet. En fait, l’accessibilité crée de la magie pour toutes les personnes ayant des rêves. Un rêve ce n’est pas ça qui nous fait vivre dès le départ, mais il me semble que lorsqu’on y croit et que la passion prend tout son sens, ça ne vaut pas tout l’or du monde? Pour moi oui!

KarineCaronBenoitrondannemariebilodeaurond

Source (photo de couverture)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

© La Fabrique Crépue. 2020. Tous droits réservés
Conception de site web - Effet Monstre