Menu

5 choses que j’ai apprises depuis que je suis mon propre patron

Il y a 3 mois, j’ai décidé de changer de vie. J’ai quitté mon emploi stable pour bâtir quelque chose à mon image et en accord avec mes intérêts. Avant de faire le grand saut, j’ai eu un bon moment de réflexion. Disons que ce n’est pas le genre de décision que j’ai prise sur un coup de tête entre deux bouchées de toasts le matin. Malgré la peur d’échouer et le stress de dire adieu au fidèle chèque de paie qui se pointe toujours le bout du nez aux 2 semaines, j’ai décidé de plonger, tête première, dans l’inconnu, même si je ne savais pas trop dans quoi je m’embarquais. Je vous partage 5 choses que j’ai apprises depuis que je suis devenue mon propre patron.

1. J’apprends à me connaître davantage

N’étant plus dans ma zone de confort, j’en apprends un peu plus sur moi, tous les jours. C’est un peu normal puisque je suis maintenant la personne qui tient les rennes et qui prend les décisions. Je dois donc plus m’interroger pour faire des choix qui me rendent heureuse et qui coïncident avec ma vision. En quelques mois, j’ai découvert quelles sont réellement mes forces et mes faiblesses. Je constate que j’excelle dans certains domaines alors que dans d’autres, ça m’en demande beaucoup. Je me découvre et constate que la femme que je suis aujourd’hui est beaucoup plus épanouie et connectée avec soi-même qu’auparavant. Bref, je sens que je me rapproche du type de personne que j’aspire à être dans la vie.

2. J’apprends à ne plus voir le travail de la même façon

Dès notre enfance, on se retrouve au cœur de grandes structures. Tout débute à la garderie où l’on est encadré et guidé sur les activités et les procédures à suivre. Vient ensuite l’école primaire et secondaire qui a ses lignes de conduites et objectifs à atteindre, suivie du CÉGEP et de l’université, qui permettent un peu plus de liberté dans l’horaire et dans le choix des cours. On décroche ensuite un poste dans une entreprise qui a sa propre structure et dans laquelle on peut se sentir bien ou pas. Maintenant travailleuse autonome, je n’ai plus de structure au niveau du travail sauf celle que je désire me créer. J’ai le contrôle sur mon horaire et sur la conception de mes projets, que je peux faire à partir de l’endroit que je désire, mais je dois livrer la marchandise dans les délais demandés par mes clients – qui sont devenus, en quelque sorte, mes patrons. J’apprends à gérer mon temps et à m’adapter rapidement au changement qui peut survenir d’une journée à l’autre. Contrairement à ce que beaucoup de monde pense, oui, les travailleurs autonomes ont aussi des comptes à rendre. Si je décide de rien faire, eh bien il y a rien qui va se passer. Je suis l’unique responsable de mon succès ou de mon échec.

3. J’apprends à cultiver ma patience et à ne pas baisser les bras

Je trouve que l’on est au milieu d’une drôle d’époque remplie de paradoxes. On veut tout tout de suite et sans trop d’efforts. Si ça prend trop de temps ou d’investissement, on se tourne vers autre chose. L’instantanéité n’aura jamais été aussi présente. Nos comportements et notre façon de voir les choses en subissent ses influences. Décider de monter son entreprise demande du temps et beaucoup de détermination. C’est du work in progress constamment. Il faut donc y aller une étape à la fois et se projeter dans le long terme et cultiver sa patience sinon son projet on peut l’oublier tout de suite.

4. J’apprends à davantage utiliser mon réseau

Ce n’est pas nouveau mais avoir un bon réseau de contacts, dans la vie, ça aide beaucoup. Je m’en rends compte de plus en plus. Parfois, on sous-estime la portée que peuvent avoir les personnes que l’on connaît. En général, les gens sont contents de pouvoir référer quelqu’un qu’ils connaissent. Ils ont le sentiment de pouvoir aider 2 personnes en même temps.

5. J’apprends à me dire stay cool, ça va bien aller

Chaque semaine est différente et de nouveaux défis et obstacles se dressent sur mon chemin. Apprendre à gérer son stress est la clé pour y voir clair. On m’a contactée dernièrement pour un gros projet qui demandait à être réalisé dans un temps record. Après avoir raccroché avec mon nouveau client, j’ai été envahie d’un mélange d’excitation et de stress. J’ai pris de grandes respirations et je me suis dit go, fais-toi un plan de match et ça va aller. Laisser le stress prendre le dessus, ça gruge tellement d’énergie, et cette énergie, j’en ai besoin pour réaliser le mandat. J’ai finalement remis le travail dans les temps et avec la qualité souhaitée puisque j’ai réussi à rester calme dans la situation.

Enfin, être son propre patron est riche en émotions et défis, mais ça demeure tout de même une belle aventure dont on est le héros.

melaniefiliatraultrondcatherine-jodoin

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

© La Fabrique Crépue. 2020. Tous droits réservés
Une réalisation de