Menu

Dysfonction textuelle

Depuis quelques années déjà, on vit dans un monde extrêmement technologique. Pas mal tout le monde possède des cellulaires pis ça commence jeune. Même mon neveu de 9 mois va préférer marcher à 4 pattes en direction de mon téléphone que de ses jouets, s’il le spotte. Un enfant de 5 ans va t’attendre à l’entrée de chez eux et tu vas penser qu’il t’aime vraiment beaucoup et qu’il est content de te voir, mais non ! Il va simplement vouloir jouer à des jeux sur ton téléphone!

Moi, j’ai un cellulaire depuis que j’ai 15 ans. Ça commencé tranquille, avec une carte de 10$ par mois, dans le temps où les SMS étaient payants, avant que mes forfaits comprennent la fonction « SMS illimités ». Sûrement comme ben du monde, mon cellulaire, je ne fais pas beaucoup d’appel avec, mais je texte a lot. Ça fait maintenant 10 ans que je pitonne sur mon cellulaire. Ça fait une décennie, mais pourtant je ne maîtrise pas du tout!

Je ne maîtrise pas parce que je me chicane sans cesse avec du monde avec qui ma relation est basée à 90% sur les conversations virtuelles. Je pourrais ben parler au « on » pis dire qu’on ne se comprend pas, mais franchement, c’est moi qu’on ne comprend pas ! Je ne suis pas ben ben expressive dans la vie vis-à-vis mes émotions, j’exprime tout en pleurant ou en n’exprimant rien du tout, et cette incapacité à communiquer avec des faciès qu’on endure chez moi en face-à-face ne se transpose pas très bien en texto. Pourtant, je t’assure que mes expressions faciales ne ressemblent en rien à ceux que l’on peut mettre dans un message.

7FEV_DOMINIQUEBABIN_1
Crédit Photo : GIPHY

Pourtant, je ne pense pas être mauvaise pour écrire, j’écris quand même pour un blog, à quelque part ce que j’écris doit être un minimum compréhensible! J’ai bien eu un cours au cégep pour apprendre à bien communiquer… N’ai-je rien retenu? Je comprends que certaines nuances peuvent être difficiles à comprendre, mais si j’écris exactement ce que je pense, ton interprétation ne devrait pas dépendre de l’absence d’un petit rond jaune pourvu de deux yeux et une bouche. Quand j’écris avec quelqu’un et que ça se termine en chicane, je suis toujours tellement désemparée et je me demande comment j’ai fait pour me rendre là.

7FEV_DOMINIQUEBABIN_2
Crédit Photo : GIPHY

Je pense juste aux amoureux d’autrefois qui s’envoyaient des lettres d’amour par messager, par pigeon voyageur, par bouteille à la mer. Ils avaient pas besoin d’emoji, eux. Je ne pense pas que dans la lettre de Napoléon à Joséphine, lorsqu’il disait « I cannot wait to give you proofs of my ardent love », il ressentait le besoin de dessiner une aubergine à côté et un petit smiley avec un sourire en coin, emoji populaires pour les sextos. Par le fait même, lorsque cette chère Joséphine a lu cette lettre, je suis quasi certaine que dans sa réponse, elle ne lui disait pas « J’comprends pas Nap’, es-tu fru? ». Non. Elle le comprenait juste avec ses mots, parce qu’il s’exprimait clairement et aussi parce qu’elle ne cherchait pas à lui inventer un ton différent de celui que ses paroles invoquaient, ça avait le mérite d’être clair.

7FEV_DOMINIQUEBABIN_3

Crédit Photo : GIPHY

Les émoticônes sont devenus tellement présents que leur absence nous laisse désemparés. Assure-toi bien de mettre un petit « 🙂 » après ton bonne soirée, parce que sinon, on va penser que tu ne le penses pas pour de vrai ! J’aimerais qu’on puisse me comprendre seulement qu’avec la puissance de mes mots, mais la plupart du temps, mes mots se perdent dans le chemin entre l’envoi et la réception et deviennent du charabia. Le pouvoir d’envoyer un message instantané, outil qui est censé faciliter la communication nuit complètement à celle-ci.

dominiquebabinrondcamilleleblancrond

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

© La Fabrique Crépue. 2019. Tous droits réservés
Une réalisation de