Menu

La dépression

La mal du siècle semble-t-il. Elle mène au suicide et elle ouvre la porte à d’autres pathologies psychologiques beaucoup plus graves comme le trouble bipolaire. On en parle pendant les semaines thématiques de la santé mentale ou du suicide. Le reste de l’année, 10 à 15 % de la population québécoise en souffre à tous les jours. Les personnes dépressives jonglent avec les préjugés et surtout, avec l’incompréhension d’elles-mêmes et des autres. Parce qu’il ne faut pas en parler juste quand ça nous tente, la dépression fait sincèrement mal et ce n’est pas une maladie imaginaire qui sera guérie par un coup de pied où vous pensez.

Tout d’abord, seul un professionnel de la santé peut diagnostiquer une dépression, l’opinion de la voisine ou de ta cousine ne pèse pas dans la balance. Il existe aujourd’hui plusieurs traitements pour la dépression qui ont fait plus que leurs preuves chez les patients. C’est une maladie qui peut se résorber avec de l’aide et la prise adéquate d’antidépresseurs. Malheureusement, plusieurs ne se rendent justement pas dans le bureau du professionnel pour dire que ça ne va pas.

La déprime vs la dépression

Il est également très important de différencier la dépression de la déprime. Nous avons tous eu à traverser des épreuves difficiles, ce qui peut résulter en un sentiment de détresse et de tristesse profonde. Cette déprime est souvent passagère et la personne peut garder le goût de vivre malgré ces affects difficiles. Toutefois, la personne dépressive aura tendance à s’isoler socialement et même aller boire un café avec une amie ne réglera pas ses symptômes.

Les symptômes tels que l’insomnie (ou hypersomnie), la perte d’appétit, le sentiment d’inutilité, les pensées noires, l’irritabilité ou encore les douleurs physiques, pour ne nommer que ceux-là, sont ressentis tout au long de la journée, et ce, pendant 2 semaines environ. La dépression n’est pas un simple état de peine intense. C’est un dérèglement chimique du cerveau. Le débalancement des deux neurotransmetteurs a une grande incidence sur le déclenchement de la dépression : la sérotonine et la noradrénaline.

Demander de l’aide

Il est difficile d’avouer : « Je ne vais pas bien ». Beaucoup plus que de porter un masque et de continuer de sourire même quand ton intérieur est douloureux. La dépression est sournoise car elle ne se voit pas. Elle se ressent… Plusieurs personnes ont peur d’avouer leur détresse et restent seules dans le noir. Par peur des préjugés encore trop nombreux en 2016, par peur de devoir prendre des antidépresseurs ou d’avoir l’air faible. Bien au contraire, s’avouer mal dans sa peau et aller à la rencontre d’un professionnel demande du courage et de la volonté. Je comprends très bien la résistance de certains à adopter la médication. Je le vois d’un angle différent. Si j’ai la jambe cassée, je devrai avoir un plâtre et des béquilles, il me serait impossible de marcher sans ces accessoires. Et bien, la médication représente le même principe dans la dépression. Une dépression non-traitée peut mener au suicide ou à des maladies mentales encore plus graves. Il ne devrait pas y avoir de gêne d’être suivi par un thérapeute non plus, cette personne peut devenir la clé de votre guérison et peut vous donner tous les outils pour changer votre vie et vous retrouvez vous-même. Selon vos besoins, une médication adéquate et une thérapie peuvent sincèrement vous faire du bien, dans la tête et dans le cœur, croyez-moi vous n’êtes pas faible de demander de l’aide. Vous être même plus futée que tous ceux qui ne le font pas. N’ayez pas peur, les professionnels en ont vu d’autres!

la dépression
Source

Être en dépression c’est avoir mal à soi-même, ne plus se reconnaître. Même avoir peur de ce que nous sommes devenus… N’attendez pas d’être au bout du rouleau, un bout qui est trop souvent fatal. Il y des milliers de ressources possibles pour vous aider dans cette situation.  Alors, que ce soit vous ou une personne de votre entourage, ne garder pas ce mal à l’intérieur. Je connais ce processus, je connais les chatouillements désagréables dans votre ventre du matin au soir, je sais ce que c’est que de se lever le matin sans savoir comment faire pour survivre à votre vie. Dans votre gris que vous voyez en ce moment, il y a une petite lueur au loin qui s’appelle de l’aide. Allez la chercher avant de vous perdre dans votre torpeur. Faites-le pour vous retrouver, faites-le pour retrouver goût au plaisir, à l’amour, à la vie. Dites-le : ÇA NE VA PAS BIEN. Certainement que vous aurez plus de je t’aime que vous n’aurez jamais entendu.

À commencer par le mien.  À toi qui souffre en silence, JE T’AIME.

julielevesquerondAliceArsenaultrond

Source photo de couverture

Sources 1 / 2 /3

 

One thought on “La dépression

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

© La Fabrique Crépue. 2020. Tous droits réservés
Conception de site web - Effet Monstre