Menu

Prendre le temps

presser par le temps

Source

Il m’arrive parfois de me dépêcher d’arriver chez moi pour relaxer. Je tape du pied en attendant l’autobus. J’appuie trois fois de suite sur le bouton de l’ascenseur (comme si ça allait l’aider à descendre plus vite). Je débarre ma porte, je me dépêche d’enlever mon manteau, de ranger ce qui traîne, de faire la vaisselle, pour finalement m’asseoir sur le sofa et « relaxer » devant une émission de télévision quelconque. Mais je finis toujours par me tortiller et me lever pour une tonne de raisons non pertinentes.

Le problème quand on passe une journée à courir après le petit moment de détente qu’on peut se permettre, c’est que c’est impossible de relaxer quand le temps est venu de le faire. Et puis tout ce que tu fais dans ta journée n’est traité qu’en surface parce que tu vis toujours dans un sentiment d’urgence et de pression. Check! On passe à la prochaine étape.

La plupart du temps, ce n’est pas pour mal faire, c’est parce qu’on est habitué à ce que tout aille vite. On se fait immédiatement dépasser dans la rue quand on ralentit le pas pour changer de chanson sur notre iPhone. On se fait klaxonner comme si on venait de commettre la pire infraction au Code de la route quand on ne tourne pas immédiatement à gauche à la seconde où la lumière devient verte. On angoisse quand l’autobus a du retard ou est en retard de cinq minutes l’hiver parce que si l’autobus a du retard, on a du retard. On doit remettre un rapport de stage la veille d’un examen de 40 %, trouver un peu de temps pour voir notre chum, donner quelques jours de disponibilité au travail, s’arrêter quelques minutes pour appeler notre mère, chercher des jobs d’été, envoyer des CV, aller prendre un verre pour la fête d’une amie…

Comment on fait alors pour prendre le temps de vivre tout ça, comment on fait pour ne se concentrer que sur une chose à la fois pour bien la faire? C’est pas comme si des cours de yoga pouvaient se tailler une place dans notre horaire de fou.

D’abord, tu dois réaliser que tu gères ton horaire d’une façon malsaine. Ensuite, tu dois essayer de trouver des pistes pour améliorer ta routine : le type de musique que tu écoutes quand tu écris, l’heure à laquelle tu te couches, la fermeture de certaines pages Web quand tu fais un travail de recherche, voire la promesse de laisser ton cellulaire dans ton casier quand tu vas au gym ou de ne l’ouvrir qu’après avoir déjeuné.

Il s’agit de respirer, d’apprendre à contrôler son stress et de faire son gros possible pour « vivre dans l’instant présent », comme ils disent.

J’ai déjà fréquenté un gars qui ne disait jamais «  j’ai hâte à… ». Il disait que ça enlevait de la valeur au moment présent. Plutôt censé, non? J’aurais peut-être dû le garder dans ma vie.

À trop se concentrer sur le futur, on perd toute l’essence de notre présent.

elodiecloutierrondArianelehouxrond

Source photo de couverture

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

© La Fabrique Crépue. 2019. Tous droits réservés
Une réalisation de