Menu

La vraie vie.

 

Ce n’est pas surprenant, notre vie aura une fin. Mais en attendant le trépas, qu’est-ce que j’aurai accompli? Si demain matin, ma vie prend fin, je me suis rendue compte que je n’aurai rien fait pour changer le monde qui m’entoure et qui vous entoure.

Notre vie s’étale sur plusieurs décennies. Pourtant, la vraie vie… c’est celle que nous vivons à tous les jours, le quotidien. C’est elle qui fait vraiment une différence, j’ai beau me voir dans 10 ans, une tête forte dans l’industrie de la littérature ou encore habiter à Milan, mais demain matin je vais toujours être dans mon Saint-Sauveur, en jogging en écoutant Netflix… Et c’est là que je me suis rendue compte que ma bucket list de vie ne me servait à rien.

J’avais des rêves irréalisables (surtout avec mon compte en banque). Des rêves que je ne pourrai atteindre avant d’avoir une certaine notoriété ou de la richesse plein les poches. Ce n’est pas nécessairement ces rêves qui me poussent à vivre mon lundi ou mon mardi. Et que si demain m’apportait la fin de mes jours, je voudrais partir en me disant que j’ai fait quelque chose de spécial et que je n’aurai pas simplement attendu.

Mais quoi?

Je ne peux écrire une chanson qui va faire pleurer, je ne peux trouver le remède au cancer ou aller sauver le monde en collants et en cape. Je n’aime pas la politique ni le droit, je ne peux non plus défendre les plus faibles. Mais je ne peux me contenter de ne pas laisser une trace de moi quelque part.

Le feu sacré de mon cœur me permettrait d’accomplir n’importe quoi, alors j’ai décidé de me faire une bucket list de tous les jours. Évidemment que je rêve toujours d’aller faire du camping dans la jungle ou du bungee dans un fjord éloigné, mais au lieu d’attendre de pouvoir le faire, je passe le temps à faire d’autres choses.

Sourire aux gens, écouter une personne me parler même quand ça ne me tente pas, rendre des yeux lumineux de bonheur, redonner aux plus démunis, comprendre l’incompréhensible, partager mon respect envers la vie, réconcilier deux ennemis.

le bonheur

Je veux être celle qui touche avec son sourire, je veux être les bras qui te sont tendus, je veux être l’oreille dont tu auras besoin. C’est ça ma bucket list, rendre mon monde heureux, une personne à la fois. Parfois, je me dis que ce n’est pas plus réalisable que d’être à la tête d’une entreprise d’édition ou de signer des autographes… mais quand je réussis à changer la journée d’au moins un inconnu ou d’un ami, ça me redonne espoir et je continue.

Je garde toujours mon avenir en avant et tous mes rêves devant, mais j’ai conscience que tout cela ne se passera pas la semaine prochaine et que je ne dois pas me croiser les bras en attendant. Je dois être quelqu’un et ce, même si je n’ai pas de moyens, j’ai un cœur à donner.

julielevesquerondAliceArsenaultrond

Source photo de couverture

2 thoughts on “La vraie vie.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

© La Fabrique Crépue. 2021. Tous droits réservés
Conception de site web - Effet Monstre