Menu

Je suis belle et tais-toi

Je me suis longtemps demandé comment une fille comme Paris Hilton pouvait se trouver si belle et parfaite même si elle avait un nez long, qu’elle était très maigre et, au fond, quoique riche, assez ordinaire. Elle n’a jamais été au top de ma liste de filles cutes. J’ai eu de la misère longtemps avec elle, comme si elle avait pas le droit de se trouver belle parce qu’elle était trop superficielle. Le truc, c’est que j’ai juste rien à foutre moi, dans ses raisons/pas raisons de se trouver comme elle veut. La beauté d’une autre n’a rien à m’accaparer, me soustraire, n’a juste rien à voir avec moi.

Je comprends mieux depuis quelques années que la beauté a plus à voir avec l’acceptation. Le constat que tout le monde devrait faire, et je l’ai fait, c’est « Je me trouve belle et y’a rien qui peut m’empêcher de penser le contraire ».

Certes y’a des moments où je tombe dans la comparaison, mais jamais dans une dépréciation de ce que je suis. Ce que les autres sont, ça ne fait pas partie de moi. Ce que Paris Hilton est, ça n’a rien à voir avec moi, et ça ne m’apporte rien de noter, quantifier, examiner son potentiel de beauté. Je vois tellement souvent des filles en juger d’autres, sous prétexte qu’elles sont donc laides, et ça me fait de plus en plus de peine pour les accusatrices. Oui, je suis passée par là, mais oui, j’ai voulu sortir de ça.

J’ai longtemps eu des complexes, je trouvais mon nez trop long (such Paris), mes joues trop creuses, mes lèvres trop minces, mes cuisses, mon cul et même mes bras (faut le faire) trop gras, pis aujourd’hui, j’m’en « câlisse ».

Depuis peut-être cinq ans, je n’ai plus peur du miroir.

Ariane Lessard_25 avril_Gif 1
Source

Je me fous de plus en plus de ce qu’on peut penser de mon enveloppe. J’aime quand même me faire dire que je suis belle, et je ne dis pas que l’apparence physique n’est pas importante (c’est même prouvé que ça importe dans un certain nombre de cas) mais j’accepte qui je suis. Et plus le concept d’acceptation de soi arrive vite, plus on a de temps pour se trouver belle/beau, et moins on en a à perdre à juger les autres.

Y’avait une époque où je refusais de me regarder dans le miroir parce que j’avais honte de le faire, peur qu’on se mette à rire de moi, une « ex-laite » qui « osait » se mirer en public. Je dis ex, parce que oui, quand on se croit laid, on l’est toujours plus dans sa tête.

À un moment donné, l’inquiétante étrangeté acceptée, on se voit dans le miroir, pis oui, on comprend que c’est nous, qu’on changera pas, bistouri excepté, pis que « criss », c’est correct.

Ariane Lessard_25 avril_Gif 2
Source

J’ai passé mon secondaire à faire comme si j’avais pas de profil devant les gars qui m’intéressaient, allant jusqu’à pas oser me retourner, de peur qu’ils voient mon affreux nez de côté. So pas Égyptienne la fille. Genre, Cléopâtre, va juste chier, que je « feelais ».

Ariane Lessard_25 avril_Gif 3
Source

La peur c’est simple, c’est comme Platon l’avait écrit y’a environ 2388 ans, si tu sors jamais du noir (dixit de ta caverne), tu vas croire en des faussetés toute ta vie.

Regarde-toi, t’as le droit. Y’a aucune honte à se montrer pis à se connaître, encore moins à oser. Aujourd’hui, j’ai ben beau me prendre en photo tu seule devant mon miroir pis faire des selfies, je me trouve belle « criss », je le prends pas mal.

C’est peut-être ça la différence qui aura avec les bébés du futur. Ils vont s’être tellement regardés souvent, qu’ils vont peut-être se trouver beaux plus vite.

Tant que tu te transformes pas en fleur, moi je le vois pas le problème.

Genre, deviens pas de même…

ariane lessard_25 avril_photo 1
Source

Ni de même…

Ariane Lessard_25 avril_Gif 4
Source

ArianeLessardrondAliceArsenaultrond

***

Source photo de couverture

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

© La Fabrique Crépue. 2020. Tous droits réservés
Conception de site web - Effet Monstre