Menu

J’ai pas l’âme voyageuse… encore

roadtrip
Source

Je suis allée des dizaines de fois me faire cuire au soleil du sud, déambuler dans des hôtels qui ressemblaient à ceux de chez nous où le seul dépaysement, c’était que l’eau goûtait le sel. Je ne suis jamais partie avec un sac à dos sur les épaules pour conquérir le monde une auberge de jeunesse à la fois.

Je vois souvent des gens sur les réseaux sociaux qui vivent ce que je ne vis pas, qui voient ce que je ne vois pas. Ils sont dans un monde de voyages qui embellit le cœur, moi dans un monde universitaire qui évalue le par cœur. On dirait que je suis bien là-dedans. Sur mes terrasses que je connais jusque dans le fond du verre, dans mes restos aux menus estampés dans ma mémoire, dans ma zone de confort qui prend la forme du corps.

C’est pour ça que je me suis payé un billet direct pour le Portugal. Pour sortir de ma mousse mémoire. Je suis loin de me proclamer Christophe Colomb, je suis consciente que ce n’est pas si dépaysant que ça, l’Europe, que ce n’est pas l’Asie. En effet, mais c’est déjà plus loin que le bout de ma rue.

Je pars avec une amie à côté de moi, peut-être pour emporter une partie de confort avec moi, pour qu’elle me prenne la main durant les turbulences et qu’elle fasse des tresses dans mes cheveux sablés. Je pars avec ma meilleure amie parce que je ne suis pas prête encore à me faire face 24 heures sur 24. Elle, elle est habituée.

Je laisse ici ma douche dans laquelle je peux danser et chanter aisément pour la troquer contre une toilette partagée à douze. Je laisse mon lit douillet pour un matelas douteux dans un dortoir mixte. Le plus difficile, c’est de laisser mon entourage là. Quand j’aurai eu une journée semi, je ne pourrai pas aller me vautrer dans leurs bras en chialant que ma vie est un enfer (j’exagère souvent). Je laisse mon confort pour tenter de le retrouver ailleurs. Je pense que je veux me prouver que je suis capable d’être bien peu importe où je suis dans le monde.

Essayer d’étirer ma bulle de bonheur sur un autre continent.

Parfois, les gens partent à l’aventure une fois et reviennent avec la piqûre des autres cultures, des envies de voir le monde, de la curiosité. D’autres fois, ils reviennent seulement avec de plus belles photos Instagram.

J’ai peur de revenir piquée parce que ça impliquerait un autre départ. Pour l’instant, j’ai seulement l’impression que mes abonnés vont augmenter. Ce n’est pas mon but premier, c’est juste que j’ai l’impression que le voyage, ce n’est pas ma place. Que je n’ai pas les critères pour avoir un siège à mon nom dans l’avion.

Je n’ai pas l’âme voyageuse… pas encore en tout cas. Je ne sais même pas si je la veux, mais je sais pertinemment que je vais avoir un plaisir fou à découvrir un paysage qui étouffe les mots dans la gorge, à me lever le matin à côté de mon amie et de seulement me préoccuper de la réveiller pour choisir quel coin du monde on va découvrir aujourd’hui. J’ai hâte de n’avoir qu’à apprendre une nouvelle langue pour commander mon drink du 4 à 7. Je sais que je vais adorer voir du nouveau, l’architecture et les gens. Mais je ne pense pas tatouer Wanderlust sur un de mes membres.

Moi, j’aime que mon café goûte toujours la même chose, parce que je le prends toujours au même endroit. J’aime que les serveurs me reconnaissent au resto. J’aime les terrasses et la sangria qui a toujours les mêmes fruits. Je ne suis pas une yolo dans l’âme, j’aime toujours mieux savoir les paroles d’un spectacle par cœur pour l’apprécier complètement.

J’ai toujours pensé que si je ne me trouvais pas ici, je ne me trouverais jamais ailleurs. Je veux être bien ici et ici, c’est partout où je déambule au moment présent. Ici, c’est moins loin que l’Asie, mais c’est directement dans mon cœur. Je pense que le mien a juste besoin d’être un peu déboussolé pour le réaliser.

florencevezinarondGabrielle-Bernier

2 thoughts on “J’ai pas l’âme voyageuse… encore

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

© La Fabrique Crépue. 2022. Tous droits réservés
Conception de site web - Effet Monstre