Menu

Quitter les bancs d’école

quitter l'école

Source photo

La fin de tes études approche? Moi, en tout cas, j’ai tiré le rideau la semaine dernière! Mon bac en poche : merci bonsoir! Trois années d’efforts et de souffrance enfin récompensées.  Bon, c’est sûr que j’ai vécu tout plein de beaux moments et que j’ai rencontré une foule de gens extraordinaires, mais je ne suis pas fâchée de les quitter, ces satanés bancs d’école.

En côtoyant plusieurs finissantes cette session-ci, je me suis rendu compte que tout le monde ne pense pas comme moi et qu’en fait il y a plusieurs profils…

La fille stressée

L’entrée sur le marchée du travail, pour elle ça représente l’angoisse, le stress, l’appréhension. Elle se répète en boucle qu’elle ne trouvera pas de job, qu’elle n’a pas assez d’expérience, qu’il y a trop de compétition.  Des sueurs froides la nuit, parfois même des cauchemars. Il y a des jours où elle envisage même de s’inscrire dans un autre bac. On est bien sur les bancs d’école, c’est chaud, c’est confortable, c’est en terrain connu.

Retape ton C.V., sors ton sourire corpo’ et fais-toi confiance fille, je suis sûre que ça va bien aller!

La fille « enfin c’est terminé ! »

Elle ne se pointe presque plus à ses cours, elle feuillette ses notes de cours (incomplètes) la  veille de l’examen. Elle est ÉCOEURÉE, pu capable. En classe, elle pose deux actions : elle soupire ou elle roule les yeux. Ses coéquipiers sont pu capables parce qu’elle « botche » tout. Il faut qu’elle sorte de là au plus vite.

Lâche pas fille, y’en reste pas long! Mais à ta place, je profiterais du temps qu’il me reste, dans quelques années l’université risque de te manquer.  

La fille « ça dépend des journées »

Aujourd’hui ça va bien, demain elle est sur les nerfs. Yes, omg. Je vais y arriver, c’est sûr! À moins que je me plante en entrevue… là, c’est foutu. Ben non, ben non, j’ai une belle personnalité, je m’exprime bien, ça va bien aller. En même temps, mon amie Amélie, elle, elle n’a toujours pas d’emploi. Ça fait au moins trois mois qu’elle a terminé, non? Ça pourrait m’arriver aussi. Oh shit.

Je te comprends fille, l’inconnu c’est à la fois excitant et stressant. Fonce ! 

Peu importe vos sentiments par rapport à la fin de vos études, j’espère que vous lancerez votre mortier bien haut dans les airs à votre remise de diplôme et que vous serez tous fiers de vous!

Bonne chance pour la suite.

elodiecloutierrondArianelehouxrond

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

© La Fabrique Crépue. 2019. Tous droits réservés
Une réalisation de