Menu

Voyager seule

voyager seule

Source

Il y a quelques semaines, je suis partie toute seule au Costa Rica. Ça faisait longtemps que je me disais que je voulais essayer de voyager seule, je venais de finir mon Bac, j’avais du temps, alors je me suis dit que c’était l’occasion parfaite!

Comme vous, j’avais lu une tonne d’articles et de témoignages qui vantaient ce type d’expérience et qui en étalaient tous les avantages et les points positifs. Certes, il y en a beaucoup. Mais, comme dans toute situation, tout n’est pas blanc ou noir.

Souvent, on va taire les pépins, les épreuves ou les trucs qui nous ont fait stresser parce qu’en fin de compte l’expérience a été positive et parce qu’on ne veut pas avoir l’air d’une princesse chialeuse ou c’est peut-être simplement par orgueil. Partir toute seule ? Y’a rien là, sérieux!

Après tout, on est en voyage, on ne devrait pas se plaindre.

Sauf que, personnellement, il y a quelques trucs que j’ai trouvé touchy et je ne veux pas faire mon hypocrite en vous exposant mes clichés de couchés de soleil et de singes, vous inonder avec mes anecdotes rigolotes d’auberges de jeunesse ou vous mentionner la chaleur et le soleil omniprésents. Je veux vous parler de ce dont on ne parle pas d’habitude : ce qui m’a fait chier!

Avant de partir

Tout ce que j’ai fait les trois semaines avant mon départ, c’est me justifier.

« Tu pars touuuuuuuuute seuuuuuuuuuule ? iiiiiiiii.  Moi je ne serais jamais capable ».

« Ah ouin, toute seule. Me semble que ça va être plate. »

« OMG, t’as pas peur de t’ennuyer? Ça te fait pas peur? Une FILLE toute seule là, c’est dangereux, blonde en plus! »

« Toute seule? Comment ça toute seule?  Ton chum vient pas avec toi? Pourquoi il ne vient pas?  J’imagine que ça va pas bien vous deux… »

À un certain moment, j’ai juste arrêté d’en parler parce que ça me frustrait trop de devoir répondre à ces interrogatoires et de voir les airs dérangés par mon move. Crime, c’est pas comme si j’étais la première à me pousser avec un sac à dos!

Pendant le voyage

Ce que je voulais principalement en partant seule, c’était sortir de ma zone de confort. Ça a toujours été un besoin pour moi; d’être déstabilisée, de déménager, d’essayer des nouveaux sports, de changer d’emploi. Cette fois, j’ai été servie particulièrement rapidement!

Les trois premiers jours, j’ai été seule avec moi-même presque 24 heures sur 24. Personne à qui souhaiter bonne nuit, personne avec qui discuter de nos plans du lendemain. Personne avec qui partager l’excitation du voyage. Personne pour me répondre quand je me demandais si je devrais porter un t-shirt ou une camisole le matin. Personne à qui me plaindre pendant le trajet de six heures et demi d’autobus sans air conditionné. Éventuellement, je me suis fait des amies, je vous rassure, mais j’ai quand même dû passer beaucoup de temps en solo, ce qui ne m’était pas arrivé depuis bien longtemps. C’est comme changer complètement de style de vie parce qu’à Québec je vis avec une coloc et que je suis constamment entourée, que ce soit à l’école ou au travail!

Sur mon bilan final c’est clair qu’il y a plus de points pour que de points contre et que je vous recommande de le faire. J’espère que vous trouverez le « courage » de vous envoler toute seule parce que ce que vous trouverez sur place et en vous ne se compare en rien à ce que vous pourrez vivre ici, ou en groupe là-bas. Même moi, qui vis de mes mots et qui a toujours été passionnée par le récit, je ne sais pas encore comme le décrire.

elodiecloutierrondArianelehouxrond

Source photo de couverture

One thought on “Voyager seule

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

© La Fabrique Crépue. 2019. Tous droits réservés
Une réalisation de