Menu

Démystifier Floes en quelques points

On vous l’avait pas encore annoncé, mais cet article est le premier d’une poignée d’articles qui aura comme objectif de dresser un portrait de la musique locale, un band à la fois, à peu près une fois par mois.

Quand le projet s’est concrétisé, j’avais déjà dans l’idée d’offrir ce premier jet à Floes, un band émergent local. On m’a assez souvent vanté leur son pour que ça pique ma curiosité et que ça me pousse à les démystifier.

Floes
Crédit photo : Camille Gagnon

Floes a fait son premier show le 7 mai dernier au Complexe Méduse, lors du MammiFest. Les musiciens partageaient la scène avec nuls autres que Royal Canoe, Organ Mood, et plus encore. Au moment où j’écris ces lignes, le groupe est en pleine production de son premier E.P.

(Chanson à écouter ICI)

Afin d’en savoir un peu plus au sujet de Floes, j’ai rencontré les membres au Pantoum, un complexe de création musicale situé en Basse-Ville, où ils se retrouvent pour jammer.

La formation

Floes est composé de 3 musiciens déjà connus sur les planches de Québec : Pier-Philippe Thériault et Simon Tam, tous deux membres de PopLéon, ainsi que Samuel Wagner, à la tête de Harfang. Simon et Pier-Philippe jammaient déjà ensemble à des fins expérimentales ; le premier faisait les beats alors que le deuxième jouait de la guitare. Ce que ce dernier ne savait pas, par contre, c’est que Samuel avait déjà demandé à Simon de commencer un projet électro.

Une bonne fois, alors que les deux membres de PopLéon faisaient leurs expériences sonores dans un local du Pantoum, Samuel était, quant à lui, sur la scène adjacente, en pleine répétition avec Harfang. Quelques sons du jam lui sont parvenus. Il aimait ce qu’il entendait. Son premier réflexe : aller cogner à leur porte. C’est là que le déclic s’est produit.

La jonction des forces

Avant l’arrivée de Sam, le projet se voulait plus expérimental qu’autre chose. C’est normal, puisque Pier-Philippe et Simon cherchaient plus à trouver des sons qu’à les organiser pour en faire des chansons. Si ces deux-là avaient la chair bien en main, lui tenait le squelette. C’est d’ailleurs ce qu’il a apporté au projet : un genre de structure dans laquelle ils pouvaient disposer leurs idées.

Le pattern

Chaque groupe a son pattern quand vient le temps de composer sa musique. Pour Floes, c’est quand Sam sort de la pièce pour quelconque raison, et qu’en revenant, il surprend les gars à jammer. C’est là que vient jouer sa faculté d’entendre les idées et de les organiser. Il les surprend à s’amuser, saisit l’ambiance et en tire l’essence pour travailler leur musique et la retravailler jusqu’à ce qu’ensemble, ils soient satisfaits.

Floes
Crédit photo : Camille Gagnon

Le son

Minimaliste, aérien, le son de Floes entremêle l’électro, la guitare, la voix et le synthé jusqu’à ce que tous les éléments se confondent. C’est un peu comme une brise glaciale qui te caresse le visage malgré l’ardeur du soleil.

Si le rythme est plus dansant lors de leurs spectacles et qu’il arrive à te faire bouger, on peut dire qu’il est plus calme sur CD, et qu’il te laisse planer. Ce sont les douces turbulences en live contre l’apesanteur saisissante en track.

 Les contraintes

 Ce qui différencie principalement Floes des autres formations électros, ce sont les barrières qu’ils se sont imposées. Alors qu’il serait possible de simplement préprogrammer quelques séquences, les membres du groupe préfèrent que chacun des éléments que l’on entende soit performé, joué. C’est ce qui les rapproche d’un band rock. C’est un feeling plus spontané, plus organique. D’un autre côté, c’est aussi ce qui fait qu’ils ont moins d’éléments, et, par conséquent, plus d’espace à remplir. Ainsi, la musique semble toujours être en mouvement puisqu’il y a toujours un trou à remplir.

 L’inertie de l’auditeur

C’est accessible et facile à écouter. Pourquoi? Parce qu’on dirait toujours que la musique te dit exactement quand et sur quel élément tu dois focaliser. C’est peut-être ce qui la rend apaisante, d’ailleurs. T’as pas besoin de te prendre la tête, tes oreilles te mèneront là où le mouvement de la musique voulait t’emmener. Ici, tu écoutes la guit. Et maintenant, tu écoutes la voix. Laisse-toi porter par le courant.

Floes
Crédit photo : Camille Gagnon

Les dates à retenir

Le E.P sortira le 27 mai et le lancement d’album se tiendra le 2 juin au Pantoum. Restez à l’affut, des dates de spectacles sont à venir ICI.

Noemi OtisMarie-Andrée Caron

Crédit photo de couverture : Camille Gagnon

2 thoughts on “Démystifier Floes en quelques points

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

© La Fabrique Crépue. 2021. Tous droits réservés
Conception de site web - Effet Monstre