Menu

Céline maintenant, l’après René

Céline Dion

Critiquer Céline Dion, tout le monde le fait. C’est pratiquement notre sport national après le hockey. Quand ce n’est pas ses cheveux trop courts, c’est la longueur de ceux de René-Charles, la différence d’âge entre elle et son mari ou sa voix nasale. Comme on dit, nul n’est prophète en son pays.

Pour certains, elle incarne la perfection alors que pour d’autres, elle a depuis longtemps tourné le dos à ses origines québécoises. Au fil des années, la ferveur avec laquelle ses détracteurs se font entendre s’est atténuée. Durer dans ce métier avec autant de pertinence est un véritable exploit qui impose le respect.

Depuis quelques mois, un vent de renouveau souffle sur Céline. Après le congédiement de son directeur artistique Mégo, d’Annie Horth sa styliste, et plus récemment de Julie Snyder, on peut se demander ce que le clan Céline a derrière la tête. Si Céline maintenant est le premier signe des résultats, on peut affirmer que c’est très décevant et n’augure rien de bon.

Marie-Claude Barrette avait le mandat d’aller recueillir les confidences de Céline à Las Vegas, sa première entrevue télévisée depuis la mort de René. Après seulement quelques secondes, on a vite compris que Barrette n’était là que pour mettre la cassette de Céline dans le magnétophone et appuyer sur play. Honnêtement, un bol à fruits avec des questions aurait donné le même résultat. L’entrevue semblait robotique et statique, la chimie ne s’est pas installée entre les deux femmes au cours des trente-six minutes d’entretien incluant les pauses publicitaires et les extraits d’archives.

Céline mentionne avoir eu recours à Disney, afin d’expliquer à ses jumeaux que papa était Là-haut avec leur grand-père. On connaît maintenant leur routine du dodo, et le côté intransigeant de son ado. L’entrevue anecdotique n’aura servi malheureusement qu’à remplir la case horaire d’un mercredi ennuyeux entre Du talent à revendre et Dans ma tête… On pourrait croire que TVA a tenté de se débarrasser de l’entretien sans trop de dommages collatéraux, pleinement conscient du pétard mouillé qu’était l’émission.

Céline maintenant se devait d’être l’entrevue la plus puissante de sa carrière, certainement celle où elle serait la plus vulnérable. Au lieu de l’asseoir en face de quelqu’un qu’elle connait bien, une amie et une confidente comme Julie Snyder (rappelez vous que la chanteuse est la marraine de Romy, la fille de Julie) on la place devant un nouveau visage avec qui tout est à recommencer. Marie-Claude Barrette a fait un travail acceptable, elle n’a fait ni plus ni moins de ce qu’on attendait d’elle. J’imagine avec regret ce que Sonia Benezra aurait pu nous offrir comme moment télévisuel. Si on devait absolument remplacer Snyder pour de piètres raisons politiques et personnelles dans un acte ingrat de jeux de pouvoir, un Josélito Michaud aurait pu sauver les meubles. La femme de Mario Dumont n’a fait que regarder Céline avec les yeux de quelqu’un qui fixe le soleil trop longtemps.

Je dois cependant vous avouer qu’un moment en particulier est venu me chercher. Relatant un passage de sa biographie, Marie-Claude lisait à Céline ces lignes: « Je sais que je vais mourir à petit feu, parce que je risque d’assister à la mort de tous ceux que j’aime. Je suis la plus jeune, je risque de les perdre un à un. Je serai comme une marguerite qu’on aura effeuillée. Ces personnes sont mes pétales. ». Car il est là le véritable drame, rester après ceux qui partent. L’espace d’un moment, je me suis mis à la place de Céline, à imaginer perdre mon meilleur ami, mon âme sœur, le père de mes enfants, mon seul amour. Vous devriez, vous aussi, excuser ma torpeur et mon regard vide, car vide je serais…vide de larmes.

Pavid PoulinEsther Giroux

One thought on “Céline maintenant, l’après René

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

© La Fabrique Crépue. 2020. Tous droits réservés
Conception de site web - Effet Monstre