Menu

Maman aussi a besoin de vacances

14 juin : plus que quelques jours avant la fin du marathon des lunchs, des devoirs, du cadran programmé trop tôt, des examens et surtout de la routine réglée au quart de tour. À bout de souffle, épuisée par cette longue année scolaire durant laquelle JE n’ai pas droit aux nombreuses journées pédagogiques. Je peux te dire que j’en ai ras-le-bol de la course contre la montre pour arriver à l’heure le matin, habillée et coiffée adéquatement, après avoir voulu sacrer mon cadran au bout de mes bras et réussi à me décoller les yeux pour affronter une autre journée de la belle réalité qu’est ma vie de maman un peu indigne/impostrice.

«Tit-homme» termine une autre année scolaire et il a aussi hâte que moi d’en finir avec le maudit horaire que je lui impose depuis septembre et qui laisse peu de place à l’imprévu et à la spontanéité. Depuis 10 mois, je tente par tous les moyens de nous garder dans le droit chemin de la réussite scolaire et professionnelle. Je tente de jongler avec les nombreuses responsabilités de ma vie et de ne pas perdre le focus. Même si l’envie de tout « crisser » là pour partir indéfiniment à l’aventure sur un voilier autour du monde me remonte à la gorge au moins une fois par jour.

voilier

On rêve du matin où l’on pourra se lever pour manger un bol de céréales à 7 h et retrouver la chaleur de notre lit à 7 h 10 pour regarder un film ensemble ou pour que je puisse terminer ma nuit de sommeil cachée sous la couette, pendant que «tit-homme» profite de son dernier jeu vidéo.

On rêve des matins de pluie où l’on pourra rester en pyjama toute la journée ou des matins où la cigale nous donnera son ok pour enfiler nos maillots afin de profiter de notre abonnement saisonnier aux glissades d’eau.

glissage d'eau

On dresse déjà la liste des films qu’on ira voir au ciné-parc (Trouver Doris, entre autres) en plus de prévoir le stock de cochonneries que l’on cachera sous les sièges d’auto. Les prochains paniers d’épicerie contiendront aussi au moins un sac de guimauves par semaine pour les nombreux feux de camp, que nous ferons dans le confort de notre cour extérieure.

On connaît aussi l’horaire des nombreux festivals, les pays qui s’affronteront lors de l’International des Feux Loto-Québec, deux ou trois restos à essayer et le nom des artistes qui viendront chanter dans notre ville lors des festivités de la Saint-Jean.

On a prévu plusieurs rides de vélo, des cornets chez Chocolats Favoris, des tournois de baseball, des pique-niques improvisés, des bouquins à lire, des séries à écouter en rafale.

Mon chum et moi, on se fera des BBQ, on discutera de la vie en regardant les étoiles, on se parlera de nos rêves, de nos déceptions, de nos projets à court, moyen et long terme (on s’en lasse jamais), on fera l’amour plus souvent de manière spontanée, puis on va chialer à cause de l’indice humidex, à cause du froid si ça prend une «tite laine» en fin de soirée ou pester contre les maringouins qui iront jusqu’à passer à travers notre linge pour nous sucer le sang.

etoiles

Bref, on s’accroche à l’espoir des jours heureux de la belle saison (des vacances) qui arrive à grands pas, et qui nous permettent de recharger nos batteries afin d’affronter une autre rentrée scolaire et de faire la paix avec le temps qui s’écoule à une vitesse fulgurante.

jennifer martinAriane lehoux

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

© La Fabrique Crépue. 2019. Tous droits réservés
Une réalisation de