Menu

Mon malaise avec l’industrie laitière

J’ai un malaise grandissant avec l’industrie laitière. Vous êtes p’têt déjà en train d’vous dire : « Bon, un aut’ osti d’vegan », mais pas tout à fait, attendez juste un ti peu. Oui, je suis végétarienne. J’ai commencé en arrêtant la viande (v’là douze ans), puis les fruits de mer, puis le poisson (v’là environ huit ans). Depuis, j’ai été une fière ovo-lacto végétarienne, ça veut dire que je mangeais encore des œufs et que je consommais des produits laitiers.

Le processus a tout le temps été doux chez moi, dans le sens que je me mets à penser à un changement longtemps à l’avance, à en soupeser les pours et les contres, pis que quand je me sens prête, j’essaie. En général, quand j’me sens ben ben ready, c’est parce que je le sais que je suis en accord avec mes papilles, ma tête pis mes envies. La viande, par exemple, ne devient plus une envie, je n’y pense tout simplement plus.

LE MALAISE…

Dernièrement, le processus de questionnement vis-à-vis des produits laitiers a été enclenché. J’y pensais depuis les fêtes, et je m’y suis mis il y a environ deux semaines (oui je pense longtemps des fois).

Pourquoi? Mon malaise provient de plein de places. J’veux pas faire de propagande mais je m’explique. D’abord, je ne consomme presque aucun produits laitiers, sauf l’esti de Fromage-D’ici-d’annonce-du-gars-qui-sait-pas-de-quoi-y-parle-pis-les-vrais-noms-des-affaires. J’ai travaillé à l’Épicerie Européenne  sur St-Jean à Québec, pis asti que je me gâtais l’fromage mon ami. Autrement, le lait si j’en achetais, finissait tout l’temps pourri au fond du casseau, même chose pour le yogourt, la crème, le beurre, pis les grosses briques de fromage « ti-Québec ».

J’ai été bien embêtée par un hypothétique arrêt de consommation de fromages fancy, parce que j’aime le bleu, le chèvre, le brebis pis ben d’autres affaires. Mais, je choisis des produits bios, ou écolos, pis je m’assure que la vache dont je consomme le lait a pas eu le pie entubé 365 jours par année. Pas mal l’équivalent d’être enceinte TOUS les jours de ta vie, en t’faisant traire TOUS les jours, pour extraire le lait qui devait nourrir ton enfant. Ah pis oui, ton enfant… Dès qu’il naît, ben on te l’enlève pis toi tu brailles mais tu t’fais tirer les tétines en même temps, tu fais ton deuil en t’faisant aspirer les nipples… et j’en passe.

Si je consomme lait, fromage, ou autres, je veux être sûre que ça soit dans un environnement naturel, sain et sans histoire d’horreur.

chèvre et mouton
Source

Pis juste comme ça, les vaches font du lait pour leurs veaux, les chèvres pour leurs chevreaux, les bufflonnes pour leurs bufflons, les brebis pour leurs agneaux, les mères pour leurs bambins, pourquoi donc est-ce que l’humain boit le lait de TOUS les autres. Normalement, le lait, c’est pour aider à la croissance d’un bébé. Après, l’être animal ou humain, ne devrait plus consommer de lait de sa mère.

En plus, si vous connaissiez les ingrédients du lait en épicerie, probablement que vous cesseriez de le boire. Je vous laisse faire vos recherches.

DES ALTERNATIVES!

Le lait de soya 

Le soya est un aliment ayant une valeur nutritive intéressante. En effet, 250 ml (1 tasse) de fèves de soya cuites contiennent autant de protéines que 100 g de viande, de volaille ou de poisson cuits. Toutes les légumineuses, dont le soya, ne contiennent pas de cholestérol. Et même si le contenu en matières grasses du soya est légèrement plus élevé que celui des autres légumineuses, on n’y retrouve que de bons gras : des gras monoinsaturés et polyinsaturés, dont les oméga-3! Le soya est aussi une excellente source de minéraux, dont le calcium, le fer et le zinc. En épicerie, il est souvent juste à côté du lait de vache, et le prix est sensiblement le même.

Le lait d’amandes

Comme le lait de soya, il ne contient ni lactose, ni gluten, en plus de ne pas contenir de cholestérol. Il est riche en vitamines et minéraux, mais peut être parfois très sucré. Le mieux, c’est de faire le vôtre, et la recette est très simple!

Le faux-mage


« Quessé ça han? » Du faux fromage, fabriqué la plupart de temps avec des noix de cajou, ou d’autres noix. Il ne possède aucuns produits laitiers et a une consistance rappelant celle du fromage. Voici la recette de la nutritionniste Catherine Lefebvre, tirée du Châtelaine hors-série sur la cuisine végétarienne :

+
Faire tremper 1 1/2 tasse (375 ml) de noix de son choix, nature, dans l’eau pendant 4 heures. Égoutter et passer au robot culinaire en ajoutant 1/3 tasse (80 ml) de levure alimentaire, 2 c. à  thé de jus de citron, 1 c. à soupe de tahini (beurre de sésame), 1/2 tasse (125 ml) d’huile de noix de coco et des épices au goût (graines de carvi, piment chipotle, poivre rose). Réfrigérer quelques heures. Tartiner sur des craquelins ou émietter dans une salade.

faux-mage
Source

Ferme Vallée Verte

Une initiative de Saint-Jean de Matha qui n’offre que des produits laitiers qui proviennent de vaches heureuses. Leurs produits (lait, yogourt, fromage) sont disponibles à Montréal.

Ferme Vallée Verte
Photo 3 : Les excellentes « crottes de fromage »

Ferme Vallée Verte
Photo 4 : Le succulent yogourt 

J’vous dis pas de devenir vegan, je ne le suis même pas moi-même, mais soyez curieux! Renseignez-vous! Il y a beaucoup d’alternatives moins barbares, plus fines, plus ouvertes et qui offrent des produits d’autant plus savoureux.

***

Ariane LessardAlice Arsenault

Source photo de couverture 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

© La Fabrique Crépue. 2020. Tous droits réservés
Conception de site web - Effet Monstre