Menu

La fois où j’ai trouvé l’amour sur Tinder

amour

J’aurais tout aussi bien pu vous raconter mes cauchemars Tinder et nommer ce billet autrement. Disons que la plupart de mes rendez-vous se sont inévitablement transformés en catastrophes ou en mésaventures embarrassantes. Une fois, ça s’est même terminé en bain de sang… Peut-être qu’un jour, je vous raconterai celle-là en plus de détails. J’ai toutefois décidé, en l’honneur de ma relation actuelle, d’écrire un hommage à l’application. Oui, j’ai trouvé l’amour sur Tinder.

trouver l'amour sur le web

Crédit illustration : Margaux Morin

Et je ne suis pas la seule, loin de là! Après que ça me soit arrivé, une armée de fille toutes aussi comblées les unes que les autres par leurs matchs parfaits s’est manifestée pour m’accueillir dans le club. Je vous le jure.

Bien que j’aie toujours entretenu une relation d’amour-haine avec l’application, je réalise aujourd’hui que j’y ai toujours trouvé mon compte selon mes besoins : que ce soit pour occuper des moments d’ennui sur le bol de toilette, pour me faire des amis en voyage ou encore pour réchauffer mes draps lors d’un hiver solitaire. Bienvenue en 2016.

Un jour, j’en ai eu assez des histoires sans lendemains et des matchs qui ne matchent pas tant que ça, en fin de compte. Après deux ans de célibat, je ne voulais peut-être pas me l’avouer, mais être seule avec mon cœur de pierre n’était plus ce qui me comblait vraiment. Je n’en pouvais plus d’accumuler les déceptions et c’est lors d’un souper de filles bien arrosé que j’ai clamé haut et fort : « FUCK TINDER! » J’ai alors fièrement décidé de supprimer l’application.

Quelques semaines plus tard, c’est en secret et dans un moment de désespoir (ou serait-ce d’espoir?) que j’installe à nouveau Tinder sur mon téléphone. « Je donne une dernière chance à l’application », que je me dis. Je me mets alors à swiper, et ce, pendant de longues minutes :

  • photo d’un gars en chest avec des tribaux : swipe left;
  • photo d’un autre gars en chest, prise devant un miroir : swipe left;
  • photo d’un immense pénis… SWIPE LEFT.

gars

Ma quête s’annonçait décevante quand, tout à coup, une :

  • photo d’un cutie à chapeau, tatoué, en skateboard

apparaît sous mon pouce. Je scrute attentivement ses photos et je constate qu’il voyage, qu’il s’habille bien et qu’il est trop mignon. SUPER-LIKE. Bien qu’il semble être totalement mon genre, je ne m’emballe pas trop en me rappelant la fois où je pensais rencontrer un beau joueur de football au sourire Crest qui s’était métamorphosé en presque-nain à forte pilosité lors de notre première rencontre. Telle une plaque d’immatriculation québécoise : « Je me souviens ».

Le cutie et moi échangeons des textos pendant quelques jours. Dès notre premier rendez-vous, quelque chose de beau se passe. Dès que je l’aperçoit, mes pupilles se dilatent. Je suis tout de suite intéressée par l’être humain qui se trouve devant moi. Je suis fascinée et je veux en apprendre d’avantage à son propos. Ce sentiment s’avère être réciproque, car, très rapidement, nos brosses à dent se retrouvent à frencher au-dessus de son lavabo. Deux semaines plus tard, je rencontre sa famille et, deux mois après, on part pour la Thaïlande.

thailande

Ça fait maintenant neuf mois que je suis avec mon copain cutie à chapeau, tatoué, en skateboard. Comme dans la vraie vie, j’ai connu sur Tinder des déceptions et des gros n’importe quoi. Par contre, cette fois-ci, je suis prête à me lancer dans une aventure qui s’appelle l’Amour. Cette application à la réputation douteuse nous a permis de nous trouver et de vivre une belle histoire. Encore une fois, j’y ai trouvé mon compte : j’y ai trouvé l’écoute, le partage et la douceur de vivre à deux.

couple

camillerowerondElodiedugatrond

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

© La Fabrique Crépue. 2020. Tous droits réservés
Conception de site web - Effet Monstre