Menu

Le retour de Winona!

On a toutes été pâmées sur le look androgyne, cheveux courts, regard de biche grandiose à la Twiggy de la jeune actrice Winona Ryder. On a adoré ses films cultes, admiré ses couples cultes, copié ses looks cultes pis toute…

Et Winona a disparu…

Après avoir enchaîné les succès au grand écran et été acclamée par la critique dans les années 90, Winona disparaît momentanément, hormis quelques apparitions non‑remarquées à l’écran. L’actrice avoue être anxieuse et souffrir de dépression, elle est dépendante aux analgésiques, et est traduite en justice en 2001 pour vol de vêtements et accessoires dans un grand magasin.

Puis, elle réapparait dans les années 2010; ici dans Black Swan en danseuse étoile déchue (métaphore suivant de près sa vie personnelle), là dans Experimenter (basé sur les expériences du psychologue Stanley Milgram). Elle apparaît en 2015, sublime, dans la campagne automne/hiver de Marc Jacobs. Puis en 2016, c’est le grand retour, dans l’excellente série Netflix, Stranger Things!

Winona
Source

Winona
Source

Dans la série, l’actrice incarne Joyce Byers, une mère de famille monoparentale, dont le plus jeune fils, Will, disparaît mystérieusement au retour d’une partie de donjon et dragon avec ses amis. Convaincue que son fils est encore vivant et « parmi eux », mais « dans un autre monde au-delà des murs », et qu’il lui parle à l’aide « des lumières et de l’électricité », les voisins, se remémorant son passé troublé et anxieux, la prennent pour une folle. Mais les amis de Will (excellents petits acteurs) de même que le shérif, enquêtant de leur côté, en viennent à la conclusion qu’il y a des choses étranges (ben oui le titre) qui se passent dans leur petit village de l’Illinois.

Bien que plusieurs aient prêté des commentaires défavorables à l’interprétation de Ryder, c’est plutôt un jeu juste, nerveux, et une exposition extrêmement sensible de l’amour mère-fils qui se déroulent devant nos yeux. Devant la témérité et le courage d’une mère, prête à tout pour retrouver son enfant, même à passer pour une hystérique, on ne peut que saluer le jeu émouvant et généreux de l’actrice. Dans une interview accordée au New York Magazine, le 8 août dernier, l’actrice parle avec beaucoup d’ouverture de son rôle et de ce qu’il représentait pour elle, également ridiculisée dans les dernières années :

« I’m so sick of people shaming women for being sensitive or vulnerable; […]. It’s so bizarre to me… I do have those qualities, and I just don’t think there’s anything wrong with them. There were times when I let it feel too overwhelming and almost, like, shamed, but I had to just get over that ».

Elle revient en force la Winona, et c’est un retour qui vaut le détour!

Et, parlant de la fétiche actrice, gâtons-nous un peu avec des flash-backs de ses précédentes prestations!

Beetlejuice, 1998, Tim Burton

Edward Scissorhands, 1990, Tim Burton

Mermaids, 1990, Richard Benjamin

Et mon « pref »! Little women, 1994, Gillian Armstrong

Sans compter Dracula, The age of Innocence et How to make an American quilt

***

ArianeLessardrondAliceArsenaultrond

Source photo couverture

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

© La Fabrique Crépue. 2019. Tous droits réservés
Une réalisation de