Menu

Je veux ce que tu as, juste parce que tu l’as

« Je veux ce que tu as, juste parce que tu l’as ». On n’a pas exactement ce genre de réflexion, mais on agit quand même de cette façon. Comme un enfant qui va jouer chez son ami et qui revient avec une liste de cadeaux de Noël. C’est toujours plus cool ailleurs que dans son propre bac à jouets.

Je ne comprends pas ce qui nous émoustille tant des biens des autres, mais on dirait quasiment que c’est mental. Automatiquement, quand quelqu’un met du baume à lèvres j’ai un besoin urgent de m’en étendre, moi aussi, sur les babines. Je crois que c’est l’envie qui fait ça. On envie tout le monde même si on ne se l’avoue pas. On veut leur t-shirt autant que le frisou de leurs cheveux. On veut leur chou Kale et l’appartement Pinterest qui vient avec.

On veut souvent la pelouse verte du voisin, et ce, même dans nos relations humaines. Je veux ton chum/ta blonde, parce qu’il/elle est en couple. Je ne sais pas c’est quoi le déclic mental qui se fait, mais dès que quelqu’un change son profil de « célibataire » à « en couple », il devient automatiquement plus attirant. Comme si c’était un jeu et que quelqu’un nous mettait au défi. Dans ces cas-là, vaut mieux s’abstenir de jouer dans le bac de l’autre et s’imaginer, à la place, sortir avec Johnny Depp avant de s’endormir.

Parfois, l’envie fait découvrir d’autres sentiments qu’on se cachait avant. Le gars que tu friendzone depuis 8 mois voit une nouvelle fille et tout d’un coup, tu réalises que c’est l’homme de ta vie. Je ne peux pas te dire comment ça va finir, mais avec un peu de chance, il va te niaiser 2-3 semaines (mais tu l’as un peu mérité) pour finalement te dire que c’est réciproque.

Il existe un certain type de personnes qui sont amies avec tout le monde et que tout le monde aime. Le monde de même, ça m’énerve un peu. On a l’impression de se battre pour leur attention et quand on l’a, ils agissent avec nous de la même manière qu’avec la terre entière. Y’a pas de sentiment d’exclusivité en amitié, mais ça donne encore plus envie d’être invité à leur pendaison de crémaillère, on dirait.

L’expression « Vouloir ce qu’on ne peut pas avoir » m’a toujours fait rire. C’est ironique parce que ça insinue qu’on ne sera jamais content et c’est pas vrai. Oui, des fois je veux être Beyonce, mais parfois, être moi ça me suffit. Ce n’est pas parce qu’une fille porte du 34A qu’elle veut nécessairement porter du 34D et l’inverse existe aussi. Des fois, on est bien avec ce que la vie décide. Je pense que c’est comme ça qu’on devient heureux dans sa peau. Faut arrêter d’envier toujours les autres, car ça ne sert pas à grand-chose. On a tous nos déguisements d’humains propres à nous, avec nos talents respectifs et nos personnalités pour une raison. C’est pour que le monde ait plein de couleurs et qu’il ne fasse pas toujours gris-monotone-couleur-de-ciel-pas-heureux. On ne peut pas tout avoir et se faire dire non, ça forge le caractère.

florencevezinarondGabrielle-Bernier

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

© La Fabrique Crépue. 2020. Tous droits réservés
Conception de site web - Effet Monstre