Menu

Faire mourir l’été

C’est de ta faute. Je l’ai vu ton post l’autre jour. T’as mis une photo d’un latte avec un châle autour pis un filtre orangé. À coups de like, les craques bronzées (de fesses comme de boules) se sont mises à se rappeler que l’été tirait à sa fin. Que la saison estivale n’est qu’un chapitre de rien, qu’un évanouissement dans notre région nordique. La vue d’une feuille d’automne vient nous chercher la petite fibre de fille qui se dit « Tiens, m’a mettre ma petite laine et je va’s devenir auteure, quand la pluie froide battra contre ma vitre à en créer des lacs dans la rue. L’automne c’est fait pour ça. »

MosciniCristina_gif1

Les programmations des chaînes télé te lancent l’hameçon. « Début de la nouvelle saison », « Ne manquez pas la première », « Cette saison, encore plus de cul, de drama et de guns », tout pour aller chercher, en le tirant par l’oreille, l’auditoire épivardé au fond de leur cour à faire des barbecues, à aller se baigner au parc la graine à l’air, la plotte aux genoux, ou les vitres baissées les bras dans le vent sur la route du retour d’Old Orchard. RASSISEZ-VOUS, MES CRISSES, qu’on nous dit.

Pis on est là qu’on a hâte.

Tant qu’à moi, c’est un réflexe pavlovien de notre souvenir d’écoliers excités à l’odeur des crayons de bois neufs taillés à l’aiguisoir, de l’encre encore fraîche dans nos agendas pas ouverts, à nos espoirs encore vierges de découvrir un cours, d’apprendre des choses, de l’espoir de colorer notre cheminement académique aux douces teintes du savoir intellectuel et pratique.

MENSONGES!

MosciniCristina_gif2

Complot, je dis, des magasins de fournitures de connivence avec les Ministères de nous rentrer de force à nos prisons : écoles, universités, cantines, jobs, cubicules, afin d’accomplir leur dessein d’aliénation assise au peuple estivalo bondissant.

MosciniCristina_gif3

Et si l’été ne devait pas finir? Et si c’était LA Liberté qui avait profité des beaux jours pour nous faire sortir par le hublot?

N’empêche, ce retour à la routine ne devrait pas être comme enfiler sur sa peau nue les bobettes les plus sales de pisse et de traces de break du pire clochard de la rue. C’est-à-dire que, prendre la clef des champs, retrouver son cœur d’enfant, ça devrait se faire à l’année. Si t’as des reflux de gorge à l’idée de retourner à la normale, c’est peut-être TA normale qui ne te convient plus.

MosciniCristina_gif4

L’été, c’est comme une capsule d’opiacés qui t’a permis de te déconnecter de ton feed pour aller te reconnecter sur ce qui te nourrit (ark, je viens vraiment d’écrire ça; pendaison par les pieds, please). Mais, c’est vrai dans un sens où si on est siiii bien à s’éloigner quelques semaines de notre quotidien, pourquoi le ramener à toute vitesse alors qu’il fait encore si clair aussi tard et que ta voisine mange une crème molle en bedaine sur la galerie?

CoronaLime

Médite là-dessus, va donner tes deux semaines d’avis pis on se retrouve sur la beach, OK? Bye xxx

cristinamoscinirondannemariebilodeaurond

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

© La Fabrique Crépue. 2019. Tous droits réservés
Une réalisation de