Menu

Handicap amoureux… vraiment ?

« MA COPINE PRÉFÉRÉE EST UNE CHANTEUSE, EXACTEMENT COMME MARIAH CAREY. ELLE A DES CHEVEUX LONGS ET PORTE PLUSIEURS BAGUES. »

— DANIEL

Daniel, c’est un des participants de l’émission The Undateables (Handicap amoureux, sur Moi & Cie), mon émission plaisir – même pas coupable.

Pourquoi?

Parce que c’est une émission anglaise. Et non américaine. On laisse pour une fois tout le côté sensationnaliste pour entrer réellement en contact avec la réalité affective de personnes souffrant de déformations physiques, de retards d’apprentissage, d’autisme ou de divers syndromes (de Down, de Gilles de la Tourette, etc.).

Parce que peu de scénaristes font preuve d’un sens de la répartie et du timing plus efficace, plus hilarant, plus naïf et plus grand que ces gens-là, dans leur simple quotidien.  

J’aime ça pour sa vérité. La vérité fraîche de voir enfin des gens « handicapés » vivre une réalité devant laquelle nous sommes tous égaux. Le besoin profond d’exprimer sa tendresse, d’embrasser, de tenir par la main, de coller l’autre, de désir d’une relation idéale et durable.

En regardant cette émission, je me demande pourquoi nous, nous les presque trop « normaux », nous ne pouvons plus crier ni sauter de joie en apprenant qu’on a un rendez-vous galant. Pourquoi, autour de notre première tasse de café, nous ne sommes plus capables de parler de mariage et d’enfants? Pourquoi on ne s’empresse pas de demander à la fin d’une première rencontre, la fameuse question : veux-tu être en couple avec moi?

Pourquoi on se refuse à embrasser l’autre, quand il nous le demande simplement?

Pourquoi on rejette si facilement et trie sans peine?

Je me demande quand on a décidé qu’on ne pouvait plus être triste ou encore timide en amour?

Je me demande pourquoi nous souffrons de nos petits complexes alors qu’eux sont si grands et confiants dans leur différence?

Qui s’est dernièrement regardé dans le miroir, fier de lui au retour d’une date en se disant : mission accomplie!

Je me demande qui est la dernière personne à s’être réellement préparée pour un rendez-vous, en allant lire sur le Web des techniques de séduction ou des grandes lignes de conversations? Qui s’est investi à ce point (même ridicule…) par stress et angoisse afin de se sécuriser?

Pourquoi on se retient de dire des phrases comme :

— L’amour est important, car il triomphe de tout.

— Je veux une copine heureuse. Beaucoup.

— Je me suis ennuyé d’embrasser ton visage.  

— J’ai fait plusieurs erreurs. Et je crains de me retrouver seul à 60 ans.

— Il y aurait enfin quelqu’un qui tienne à moi.

Pourquoi, hein, alors qu’on sait pertinemment qu’elles nous touchent?

Je me pose sans cesse ces questions en regardant ces gens vivre leur quête amoureuse. Je me retrouve en eux, quelque part dans mes insécurités, mes désirs et mon (grand) romantisme.

J’aime ça parce qu’il y a quelque chose de simple et de maladroit dans leur façon d’aborder l’amour qui tranche avec notre cynisme et nos désillusions.

Avec eux, il fait bon croire à l’amour. Moi aussi, j’veux être Mariah Carey.

Tellement bon que, parfois, je me demande qui a vraiment un handicap amoureux.

Eux ou nous?

EmmanuelleBelleaurondannemariebilodeaurond

Photo de couverture : source

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

© La Fabrique Crépue. 2020. Tous droits réservés
Conception de site web - Effet Monstre