Menu

La colère dans Thelma & Louise

J’ai revu Thelma & Louise (1991) pour un cours de cinéma et perspectives féministes, film écrit par Callie Khouri et ayant remporté l’Oscar du meilleur scénario. Petite mise en contexte pour les personnes qui ne l’ont jamais vu : c’est l’histoire de deux amies – Thelma (Geena Davis), femme au foyer avec un mari stupide, et Louise (Susan Sarandon), serveuse blasée – qui partent en escapade en montagne une fin de semaine, mais se retrouvent à fuir sur la route des États-Unis à la suite du meurtre par Louise d’un homme qui a voulu agresser Thelma. Le film a remporté un vif succès populaire et est considéré comme un long métrage féministe majeur. Les deux personnages principaux déconstruisent les représentations traditionnelles des femmes à travers un combat identitaire contre le patriarcat. Elles évoluent solidairement dans l’humour et la violence. Elles se donnent le droit d’être en colère et c’est magnifique.

Thelma & Louise
Un selfie avant leur départ
Source

Au début du film, Thelma quitte l’espace domestique du foyer où elle est dominée par son mari (économiquement, verbalement et physiquement) alors que Louise délaisse son emploi précaire de serveuse. Elles prennent une petite relâche ensemble, mais on les sent encore sous surveillance, limitées dans leur audace. Thelma semble anxieuse, remplit d’énormes valises, s’habille chic, alors que Louise est plus décontractée, au volant de son énorme décapotable. Dans un bar country, Thelma commence à être plus à l’aise et boit beaucoup d’alcool. Un homme la cruise ouvertement et danse avec elle. Thelma ne se sent pas bien, alors elle sort dehors dans le stationnement. L’homme se fait insistant sexuellement et Thelma repousse ses avances. L’homme l’insulte, la frappe et se prépare à la violer contre une voiture. C’est alors que Louise surgit avec un revolver pour sauver son amie. L’homme recule, mais continue d’insulter les femmes. Louise est en colère et tire sur l’homme qui meurt. Cette scène est l’élément déclencheur du film, une véritable rupture épistémologique. Telle Lilith, première femme d’Adam chassée pour son insoumission, il n’y a pas de retour possible pour Louise. Dans un monde dominé par les hommes, la fuite des héroïnes devient la seule option positive. Cette colère féminine a été critiquée et débattue longuement par le public. La violence des femmes a été perçue comme une menace pour l’ordre établi, le pouvoir des hommes. Quand l’édifice patriarcal tremble, les privilégiés réagissent : c’est la théorie du backlash.

Thelma & Louise
Représentation de Lilith par John Collier

Le film est encore d’actualité 25 ans plus tard. Je pense aux événements récents impliquant Homa Hoodfar, anthropologue, sociologue et professeure retraitée de l’Université Concordia, emprisonnée 110 jours en Iran pour avoir « baigné dans des activités féministes » (radio-canada.ca). Le danger est bien réel. Aux femmes, la société patriarcale veut tout refuser. On le sait : ce sont les hommes qui détiennent encore majoritairement le pouvoir politique et économique. Une femme avec un fusil est une représentation visuelle jugée bien trop dangereuse dans les années 90, et pourtant, ça ne fait pas si longtemps! C’est assez paradoxal quand on pense à tous les films d’action de la même époque qui représentent des hommes armés : films noirs, policiers et autres blockbusters. Les premières femmes dans n’importe quel espace social ou symbolique sont souvent plus menacées que les autres. A-t-on besoin de rappeler la lettre de Marc Lépine qui ciblait les premières femmes en ingénierie ainsi que dans plusieurs autres domaines traditionnellement masculins? Pauline Marois, première femme première ministre du Québec, qui subit une tentative d’assassinat le soir même de sa nomination? Les exemples pullulent, au Québec et ailleurs.

La colère des femmes traverse toute la narration du film. Elle naît de la solidarité féminine et féministe. Thelma et Louise refusent d’être soumises et reprennent possession de leurs vies. Elles modifient leurs codes vestimentaires et esthétiques pour augmenter leur mobilité, par exemple en portant des jeans au lieu de robes. Elles deviennent actives, libres et fonceuses. La colère est souvent associée au plaisir comme en témoignent certaines scènes où les deux amies rient des hommes vulgaires ou s’autocritiquent gentiment. C’est rare de voir une belle amitié entre femmes au cinéma. La route tisse des liens. Couchers de soleil, cafés, bars, chambres d’hôtel, les espaces sont réinvestis par leur désir d’aventure et d’émancipation. Les héroïnes deviennent authentiques même si cela implique de vivre dans la criminalité. Elles font des choix : tuer, fuir, se venger des hommes. C’est peut-être ça aussi, l’égalité hommes-femmes : la possibilité pour ces dernières de multiplier les expériences, le champ des possibles. Pourquoi les armes à feu devraient être réservées aux hommes? La scène finale du film est devenue légendaire (désolé pour le spoiler). Les deux femmes, poursuivies par la police, refusent de se soumettre et foncent tout droit dans le Grand Canyon, d’une décision commune. C’est un suicide symbolique, une grande rupture finale d’avec le patriarcat. Elles meurent avec le sourire, vont jusqu’au bout de leur liberté. Leur colère est plus forte que tout, plus forte que les hommes, la police, la violence sexuelle et l’État. La séquence s’arrête sur l’automobile figée dans les airs. Nul besoin de montrer le véhicule écrasé ou la réaction de l’enquêteur principal. La fin reste ouverte à l’interprétation, à l’imaginaire du public, à l’indignation féministe.

Thelma & Louise
Source

Thelma & Louise est un film à voir et à revoir pour différentes raisons. Distrayant, féministe, drôle, actuel, innovateur, il a inspiré plusieurs autres films avec des héroïnes fortes qui sont parfois allées encore plus loin dans le libre choix de leur colère, par exemple Baise-moi de Virginie Despentes. Il reste à espérer qu’il y aura plus de films avec des personnages féminins complexes alors que la production cinématographique est encore largement dominée par les hommes.

Simonpoirierrondgabriellebernierrond

Source

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

© La Fabrique Crépue. 2019. Tous droits réservés
Une réalisation de