Menu

Ces livres qui font du bien

Depuis quelques années, je suis du genre à lire des livres de croissance personnelle par-ci par-là entre deux lectures universitaires. Le genre de livre qui permet de réfléchir et de se remettre en question. Ça ne guérit pas tous les bobos, évidemment, mais ça permet de faire de petits pas dans ses relations et avec soi-même qui font en sorte que l’on grandit peu à peu.

Je suis tombée sur le livre Les Quatre Accords Toltèques de Don Miguel Ruiz il y a déjà un an et celui-ci m’a complètement changée. Bien entendu, il faut vouloir appliquer les principes qui sont dans ce livre. C’est normal de se sentir bousculé en lisant un tel livre. Au début, je me sentais insécure et même fâchée de lire de telles choses. Avec du recul, je comprends que c’est simplement parce que ces principes demandent de sortir de sa zone de confort et que ça c’est inconfortable en maudit. Toutefois, une fois qu’on nage dedans, on ne peut plus revenir en arrière et tranquillement, on change. Au final, ce qui est proposé permet de se libérer et de se donner une grosse dose d’amour-propre (et ça, on n’en a jamais trop!).

  1. Que ta parole soit impeccable

C’est le plus difficile des quatre accords à respecter, mais c’est aussi le plus important. L’auteur propose de peser le poids de ce que l’on dit mais aussi de ce que l’on reçoit. Cela veut donc dire de faire attention à ce que l’on dit, car on pourrait blesser les autres sérieusement, mais aussi de ne pas donner notre accord lorsque quelqu’un nous dit quelque chose de blessant. Par exemple, si une personne te dit que tu es laide et que tu donnes ton accord à cette opinion, tu finis par la croire toi aussi, donc ton discours intérieur devient négatif. Autrement dit, la négativité qui émane des autres devrait couler comme sur le dos d’un canard et ne pas pénétrer dans ton cœur. Pas facile, me diras-tu, de parler de façon impeccable en tout temps? Tout à fait! C’est normal de ne pas être parfait tout le temps, et ça, l’auteur insiste là-dessus. Une des façons de se protéger des critiques est de se permettre de se dire des choses positives genre : « t’es belle, t’es bonne, t’es capable! ». Plus on se le dit, plus on le croit et plus on est forte.

  1. Quoi qu’il arrive, n’en fais pas une affaire personnelle

À mon avis, ce deuxième accord n’est pas plus facile! Il s’agit de te dire que peu importe ce qui arrive, ce que les autres font ne te concerne pas. Autrement, c’est comme si tu te croyais le centre du monde, comme si ce que chaque personne pense, dit ou fait serait en fonction de toi. En bref, c’est de se départir de responsabilités qui ne t’appartiennent pas. Alors, que les gens te disent que tu es merveilleuse ou la pire personne sur terre, cela ne te concerne pas, car c’est leur opinion de toi. L’important est de savoir qui tu es et ce que tu vaux. Si une personne réagit mal à quelque chose que tu dis, ce sont ses propres blessures qui réagissent à tes mots. Tu deviens en quelque sorte une justification à sa souffrance alors que c’est elle qui interprète tes paroles selon sa propre réalité.

affaire personnelle

  1. Ne fais pas de suppositions

L’un des accords qui a le plus changé ma vision des choses et que j’applique le mieux dans ma vie est celui-ci. Tout le monde fait des suppositions : on interprète les actions des autres comme s’il y avait une intention cachée, une raison à leur agissement. Souvent, on pense que les autres vont lire dans notre tête et comprendre ce que l’on veut et s’ils ne le font pas, la colère et la déception font leur apparition! Les humains sont toujours en quête de compréhension et veulent tout savoir, tout justifier. C’est plus facile d’interpréter une situation selon notre vision de la vie et selon notre réalité. Mais on oublie que la personne devant nous ne voit pas la vie comme nous. Et que ça ne sert à rien de supposer sauf créer des conflits. Comment appliquer cet accord? Avoir le courage d’être clair dans nos intentions avec les autres et poser des questions quand on veut savoir les intentions des autres. Ce n’est certainement pas évident, mais ça fait tellement une meilleure communication!

  1. Fais toujours de ton mieux

Un accord qui fait du bien, qui déculpabilise! Peu importe ce qui arrive, il faut toujours faire de son mieux en étant honnête envers soi-même. « Aujourd’hui je me sens fatiguée, je me sens malade, je suis vraiment triste et pas concentrée… » Ce n’est pas grave. L’important c’est de faire de son mieux, en sachant ce que mieux évolue constamment, et d’accepter ça. Ça permet donc de faire les choses toujours par plaisir et non par obligation. D’aimer son travail, d’aimer la vie, de ne rien attendre en retour de ce que l’on fait et surtout d’être plus heureux. Ça veut aussi dire faire de son mieux pour appliquer les trois accords précédents, et savoir que tu tombes, tu te relèves et ce n’est pas grave!

Ce qui est à retenir de ce livre est d’apprendre à s’aimer et se respecter. De faire des petits pas, d’être patient envers soi-même et plein d’amour et de conscience. Au final, c’est de célébrer son humanité avec ses fragilités et ses victoires, et de voir sa relation à soi-même et avec les autres s’améliorer grandement.

catherinedesjardinsrond

Par Catherine Desjardins

esthergirouxrond

3 thoughts on “Ces livres qui font du bien

    • Bien sûr! La liste de Jérémy Demay donne vraiment une bonne dose de motivation et se lit très bien. Tous les livres de Lise Bourbeau sont très intéressants, pour ma part j’ai lu Les 5 blessures qui empêchent d »être soi-même et Écoute ton corps, partie 1 et partie 2. Sinon tous les livres d’Eckart Tolle si tu es attirée par la méditation et la pleine conscience, permettent de se concentrer sur le moment présent et de calmer ses pensées. Bonne lecture! 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

© La Fabrique Crépue. 2020. Tous droits réservés
Conception de site web - Effet Monstre