Menu

La « man eater »

On parle souvent des gars qui séduisent deux, trois, voire 1000 filles en même temps. Trop souvent on associe cette réalité à un sexe. J’aimerais aujourd’hui vous présenter l’envers de la médaille. Celui des filles qui séduisent plusieurs hommes à la fois. La « man eater ».

Il ne faut pas regarder bien loin pour penser à une fille dans notre entourage, qu’on envie parfois, et qu’à l’inverse on méprise le lendemain. Tsé le genre de fille que tu ne comprends pas trop ce que les autres y trouvent, qui a toujours ce qu’elle veut côté relation et qui score clairement plus haut que toi. Il s’avère qu’il y en a une comme ça que j’ai très bien connue à une certaine époque. Je te demande pardon de sa part, elle ne savait pas trop ce qu’elle faisait et elle ne voyait clairement pas le mal que ça causait autour d’elle. Si tu as été une de ses conquêtes, tu l’as probablement eu en estime, jusqu’à ce qu’elle te laisse tomber pour ton meilleur ami ou tout simplement qu’elle cesse de te répondre. Si tu étais juste une personne dans son cercle, tu devais sûrement te demander pourquoi la terre semblait graviter autour d’elle.

En analysant, on peut voir que ces filles-là trouvent un plaisir à jouer avec les autres. Elles ont besoin d’être regardées différemment. Elles veulent toujours plus : des regards séduits posés sur elles, des compliments, sentir que les filles autour d’elles les envient. Ces croqueuses d’hommes ont envie de séduire et de contrôler les envies des autres.

C’est ainsi que les mensonges et les garçons conquis s’alignent : l’ami de l’ami, le meilleur ami de ton frère, le cousin du meilleur ami de ton frère… et, pourtant, la fin est toujours la même.

Peut-être qu’il s’agit d’égoïsme? De narcissisme? Celle que j’ai connue, elle s’est longtemps remise en question. Elle a longtemps cru qu’elle ne méritait que la monnaie de sa pièce. Aujourd’hui, elle voit ça autrement. Elle assume que, finalement, à une certaine époque, elle se cherchait à travers les autres. Elle assume qu’elle était malheureuse et que cet espèce de mécanisme d’auto-défense pour cacher à quel point elle était seule à l’intérieur était sombre et que ça ne l’avait que conduit à sa propre perte.

Elle m’a déjà dit qu’après des heures de discussions dans le blanc des yeux et de réflexions en solitaire, elle a réussi à se retrouver – ou, du moins, à se réinventer.

Bref, oubliez le stéréotype du gars qui « profitent » des filles, parce que moi, je vous le dis, des filles comme ça, il y en a aussi! Ça n’est pas une affaire de « sexe ».

Annieclaudebergeronrond

Par Annie-Claude Bergeron

Elodiedugatrond

Élodie Dugat

Source photo de couverture

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

© La Fabrique Crépue. 2020. Tous droits réservés
Conception de site web - Effet Monstre