Menu

La Nuit des sans-abri

Aujourd’hui, c’est vendredi. Pis oui, on peut faire l’amour (comme tous les autres jours de la semaine, d’ailleurs). Mais là il mouille, il fait frette, les feuilles jonchent le sol pis nos bouts de bottes sont tout le temps trempés.

T’as l’goût de rester chez vous, avec un chocolat chaud, des guimauves pis Netflix. Ou bien d’aller voir un show là où y’a pas de fenêtres pour te rappeler qu’il fait laitte et froid dehors. J’te comprends, je feel pareil. Mais ce soir je ne ferai pas ça, même si ça me tentait!

Ce soir, y’a un événement, sûrement dans ta ville en plus. T’es peut-être déjà allé ou t’es peut-être passé devant, un soir d’octobre, sans trop savoir ce qu’il se passait là.

14237635_1239205912796135_7550622870134692205_n

Source

Ce soir, c’est la Nuit des sans-abri un peu partout au Québec. Des centaines de personnes vont se regrouper dans leur ville afin de démontrer leur solidarité envers ceux qui l’ont moins facile. Des gens de tous les horizons (étudiants, travailleurs, militants, immigrants, marginaux, etc.) vont passer la soirée et la nuit ensemble, afin de se rappeler que notre monde est encore rempli d’injustice et que seule l’humanité peut nous en sortir.

Moi, je suis le genre de fille qui s’empêche de sortir quelque part si je ne connais personne. Oui, je suis l’amie poche qui va te demander : « Pis, qui qui va être là? » ou qui va sonder les « Attending » et « Maybe » de l’événement Facebook. Pourquoi? J’en sais rien. La peur de l’inconnu peut-être? La peur de pas se sentir à sa place, de chercher où se mettre sans reconnaître de visages familiers?

Sûrement un peu tout ça. Mais ce soir, même si je ne connais pas les gens avec qui je passerai ma soirée, je sais que je m’y sentirai à ma place. Que ces gens là vont m’accueillir, sans chercher à savoir je suis qui, je suis ici pourquoi, qu’est-ce que j’ai fait dans ma vie. Ils sauront que je suis là au même titre qu’eux, c’est-à-dire afin de soutenir les gens de ma communauté qui sont souvent marginalisés, rejetés, oubliés.

En vieillissant, je me rends de plus en plus compte que la peur vient de l’ignorance. Que la majorité des gens qui ignorent cette personne qui se parle toute seule dans la rue ou ce jeune homme habillé punk qui fait du squeegee aux intersections ne savent pas/ne veulent pas savoir. On refuse leur humanité à ces gens-là parce qu’ils sont différents. Refuserait-on d’aider un honnête travailleur qui nous le demande? Alors pourquoi refusons-nous de regarder en face son frère qui vit dans la rue?

Peu importe ce que tu as vécu, tu as le droit à la dignité et au même respect que n’importe qui. Et comme ce n’est pas seul que nous pouvons incarner le changement, regroupons-nous. La Nuit des sans-abri, c’est ce soir. Oui il fait froid, sombre et c’est mouillé. Rappelle-toi que c’est le quotidien de certaines personnes et que ton appui peut faire une différence.

On se voit ce soir!

popup

Par Audrey Bourchard-Lachance

esthergirouxrond

One thought on “La Nuit des sans-abri

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

© La Fabrique Crépue. 2019. Tous droits réservés
Une réalisation de