Menu

Les 4 novembre

Aujourd’hui, on est le 4 novembre.

C’est une journée spéciale.

C’est ton anniversaire, maman.

Comme à l’habitude pour les anniversaires, on fait un effort supplémentaire pour se lever plus tôt afin de se faire un bon déjeuner, tous ensemble, malgré nos horaires différents. Aujourd’hui, spécialement en ton honneur, Papa prend le temps de nous faire des crêpes. On les mange un peu trop vite, en pyjama, en écoutant la radio. Pendant qu’on se brosse les dents, le téléphone sonne. Papa répond, mais l’appel était pour toi, maman. C’est quand même ton anniversaire, tsé.

Le midi, au travail, je ne peux m’empêcher de penser que je ne suis pas avec toi pour ton dîner d’anniversaire. Je t’envoie un beau message d’amour sur ton mur Facebook. J’ai quelques likes. J’ai demandé aux petits de la garderie de faire un dessin pour toi, pour ta fête. Si tu voyais ça, m’man, ils sont trop « mign »!

Pour souper, on va manger à ton restaurant préféré. On se paie la traite, on choisit même une entrée et un dessert! Puis, après quelques verres de vin, on se fait un grand câlin en famille, un peu tristes en pensant à toi.

Aujourd’hui, c’est ton anniversaire, maman.

Et maudit que j’aurais aimé que tu sois avec nous pour le fêter.

mort
Source

Les 4 novembre ont toujours été des journées réjouissantes, jusqu’à ce que tu ne sois plus là, joyeuse à mes côtés. Il y en a beaucoup trop, des journées de ce genre, dans l’histoire de l’Humanité. Des journées banales qui sont grises juste parce qu’il y a un de nos soleils personnels qui s’est éteint. Des journées composées de nostalgie et de regrets…comme celui de ne pas avoir remarqué, avant, à quel point les plus petits détails sont importants.

«Si j’avais su, lorsque j’étais jeune, que je me fabriquais des souvenirs, j’aurais fait beaucoup plus attention.»

 

Une fois, ma marraine m’a inscrit cette phrase dans l’une de mes cartes d’anniversaire. Je n’ai jamais trouvé de qui venaient ces paroles, mais cette personne devait être très sage.

Moi, si j’avais su, maman, je nous aurais payé un verre de plus à ton dernier anniversaire.

Si j’avais su, je serais restée une autre heure quand tu m’as invitée à souper.

Si j’avais su, j’aurais appelé plus souvent et j’aurais jasé des heures durant.

Si j’avais su, maman, j’aurais fait beaucoup plus attention.

Aujourd’hui, c’est ton anniversaire, maman.

Ça se doit d’être une journée grise. Mais j’en ai pas envie.

J’ai pas envie de me concentrer sur les « j’aurais dû » en cette journée qui te célèbre. J’ai envie de prendre un break de pensées tristes pour enfin plugger quelques passages heureux qui chassent les nuages. Au lieu de déprimer, j’ai envie que les 4 novembre m’apaisent. Simplement parce que ça me fait du bien de penser à toi.

Après tout, les 4 novembre ont toujours été des journées agréables et il n’y en a vraiment pas assez de ces journées-là, dans l’histoire de l’Humanité.

nice day
Source

Jessiefillionrond

Par Jessie Fillion

MarieeveJosephrond

Marie-Ève Joseph

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

© La Fabrique Crépue. 2020. Tous droits réservés
Conception de site web - Effet Monstre