Menu

Et si on arrêtait de vouloir trouver le bonheur à tout prix?

Je ne suis plus capable d’écouter des chansons tristes. Même les chansons joyeuses me donnent le vertige. Quand j’ferme les yeux, je ne vois que du noir. Mes rêves se sont égarés en chemin. On nous a fait croire toute notre vie que le bonheur se résumait à faire de l’argent et des enfants. Arrêter le temps pour se payer un voyage une fois par année et travailler en déchaîné le reste du temps. Trouver le grand amour, se caser, se marier, s’acheter une maison et se regarder dans les yeux avant de s’endormir. On veut à tout prix être heureux qu’on oublie de profiter de chaque instant. À chaque fois qu’on atteint le bonheur du bout des doigts, on pousse les limites un peu plus loin.

J’aimerais juste ça pouvoir sourire à nouveau en te regardant dormir le matin. Profiter de chaque moment présent comme si c’était le dernier, parce qu’on ne sait jamais ce qui peut arriver, mais arrêter d’avoir peur de demain et ne plus penser à hier. Partir en roadtrip on ne sait pas trop où et ne pas avoir le souci de devoir être rentré pour la nuit. Couper ma carte de crédit et investir dans des moments de qualité. Me connaître un peu mieux. Faire toutes ces choses à côté desquelles j’ai toujours passé.

Tu sais c’est quoi le problème avec notre génération? On veut tellement être heureux, on veut tellement ne rien manquer, on veut tellement en profiter qu’on oublie de vivre, tout simplement. On finit par se perdre en regardant la pluie tomber, sans voir l’arc-en-ciel qui transperce les nuages, derrière. Si on prenait du temps pour chacun, pour aller marcher vers nulle part, de la musique dans les oreilles, pour réapprendre à aimer les chansons tristes et joyeuses et qu’on arrêtait un instant de vouloir trouver le bonheur à tout prix ?

stephaniebourassarond

Par Stéphanie Bourassa

Elodiedugatrond

Élodie Dugat

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

© La Fabrique Crépue. 2019. Tous droits réservés
Une réalisation de